Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Tunisie : Comment la Tunisie réoriente sa stratégie touristique

. Le pays cible désormais toutes les catégories de clientèle
. Thalasso, santé, évènements… les créneaux exploités
· Conquête de la Chine, marché aux perspectives très prometteuses


LA Tunisie a été longtemps considérée comme une destination incarnant le rêve méditerranéen à petits prix. Ne serait-ce qu’en comparaison avec des pays de la région, en l’occurrence le Maroc.

Aujourd’hui, la Tunisie s’applique à changer de perception et d’image auprès des TO, affichant clairement ses nouvelles ambitions de destination à portée de toutes les bourses.

Surtout qu’au fil du temps, les prix se sont nettement affinés en fonction de l’offre tunisienne. Réalisant jusque-là ses performances avec un tourisme favorisant les classes moyennes, grâce à un coût raisonnable de prestations des vols (7 aéroports pour un total de 4 compagnies aériennes) et d’une bonne desserte aérienne, la Tunisie s’oriente désormais vers une clientèle plus diversifiée.

Parfaire son hôtellerie, diversifier ses formules et développer ses créneaux du tourisme d’affaires et celui du luxe, à travers l’organisation de séminaires pour grands groupes internationaux, accueil de manifestations privées ou officielles…Tous les moyens sont déployés pour atteindre les objectifs fixés pour ce secteur. Ce dernier assure 10% de l’emploi et draine 20% des recettes en devises.

Les résultats sont d’ores et déjà palpables. Le pays a pu diversifier son offre en misant sur des créneaux qui ont forgé sa réputation auprés des plus grands tour-opérateurs (TO) étrangers, notamment européens et plus particulièrement allemands.

Sur le créneau du tourisme de santé, les hôteliers redoublent d’ingéniosité pour offrir des services concurrençant les principaux pays du pourtour méditerranéen en matière de thalassothérapie.

Fondés en Tunisie par un couple de médecins, les premiers centres de thalassothérapie ont connu un grand engouement et depuis, leur nombre ne cesse d’augmenter. Des thérapies manuelles, associant les bienfaits de la mer à ceux des algues microéclatées, en passant par la physiothérapie, les centres offrent un grand choix au niveau des cures.

Aujourd’hui, un autre type de tourisme de santé émerge. Et ce n’est plus l’apanage des seuls hôteliers. Même les cliniques privées s’y mettent et en force. Certaines d’entre elles se sont fait une réputation en matière de chirurgie esthétique, ou encore de soins dentaires.

Ces institutions proposent leurs services dans le cadre d’un package complet comprenant également installation dans un hôtel de luxe et si l’état de santé le permet, quelques excursions ou sorties shopping.
La plupart des TO jouent sur ce rapport qualité-prix qui demeure très compétitif parmi les pays du bassin Méditerranéen.

Aujourd’hui, de l’avis de nombreux professionnels, les stations balnéaires tunisiennes n’ont plus rien à envier aux espagnoles ou encore italiennes: propreté des plages, animation… Et l’on annonce déjà le lancement d’une société à capitaux privés pour le développement de l’animation touristique.

De plus en plus, les nombreux voyagistes qui avaient quelque peu boudé la destination ces dernières années sont revenus en force.

Une récente liste exhaustive des principaux TO faisant la promotion de la Tunisie paraît pour peu saisissante: Allemagne, Autriche, Angleterre, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, France, Grèce, Hollande, Irlande, Italie, Pologne, Portugal, Russie, Suède, Turquie... On y trouve même des marchés comme la Chine, la République tchèque, la Slovaquie. Parmi les TO programmant la Tunisie, la plupart sont aujourd’hui spécialisés par créneau: voyages culturels, thalassothérapie, produits sahariens, événements et congrès. Le pays ne lésine pas sur les moyens à ce niveau.
Chaque année, des investissements colossaux sont destinés au secteur et d’importantes mesures sont prises pour stimuler l’investissement. Après l’accalmie relative des dernières années, le tourisme reprend de plus belle. La demande est au rendez-vous, et le marché allemand, un des plus importants en Tunisie, reprend également du poil de la bête. La demande est telle que l’on craint maintenant une gestion approximative d’un surbooking (cf. www.leconomiste.com). Mais les autorités ne comptent pas en rester là. Aujourd’hui, de nouveaux marchés sont ciblés.

La dernière opération en date est celle concernant l’immense marché chinois aux 20 millions de touristes par an actuellement. Les perspectives sont jugées encourageantes par sa taille mais aussi et surtout par le rythme d’évolution économicosocial du pays.
Et ce n’est pas l’amerrissage forcé de l’avion Tuninter (filiale de Tunisair) reliant Bari à Djerba, la semaine dernière au large des côtes de Palerme et le décès de 14 personnes, qui dissuadera les touristes de continuer à affluer vers l’île de rêve qu’est Djerba.

Cela même si certains observateurs craignaient une certaine stagnation après l’accident. Tuninter opère de plus en plus sur des lignes régulières. Récemment, le management avait décidé de desservir des nouvelles lignes exploitées jusque-là par Tunisair. Sur le plan charter, la compagnie se renforce petit à petit sur la destination Italie, son premier marché.

--------------------------------------------------------------------------------

Costa del Sol tunisienne

. Hammamet

Destination rêvée des riches Tunisois qui échappent aux chaleurs estivales de la capitale, elle est considérée comme le nouveau joyau du pays. Hammamet, à moins d’une heure de Tunis, est l’une des stations de vacances les plus prisées. Charmes du soleil, du sable et de la mer le jour, boîtes de nuit et soirées privées jusqu’au petit matin animées par des DJ réputés, soirées à thème, festival local… Hammamet est une ville où l’on ne s’ennuie pas. A cette période de l’année, elle accueille de nombreux touristes locaux et étrangers. Disposant d’une quarantaine d’hôtels (19.000 lits), son point fort est le port de plaisance et sa célèbre marina, mais aussi la célébrissime station Yasmine Hammamet, qui s’étend sur une superficie de 270 hectares et quelques kilomètres de mer. Une véritable ville animée qui possède une esplanade de 1.500 mètres et onze hôtels ainsi que des centres commerciaux. Loin des espaces animés, la ville offre aussi un autre panorama tout aussi authentique, celui de la vieille médina. Avec ses remparts et sa forteresse datant du XVe siècle, c’est le lieu idéal pour une virée shopping artisanat et autres articles typiques.
A Hammamet, on s’amuse beaucoup, mais attention à la facture un peu salée. En effet, les tentations sont diverses au risque de dépasser nettement le budget prévu pour les vacances. Toutes les traditions culinaires figurent sur les cartes de restaurants: les italiennes arrivent en tête, suivies des espagnoles et un peu moins les françaises mais aussi une carte orientale très riche et particulièrement appréciée des touristes locaux.Hammamet est aussi la ville des casinos. Au total, trois casinos offrent au grand bonheur des estivants toutes sortes de jeux: black jack, roulette, american poker, en plus de dîners-spectacles. Ici, les casinos sont de plus en plus fréquentés. Mais là c’est un autre type de clientèle qui est courtisé.

· Sousse (Région du Sahel)
Située à 134 km de Tunis, Sousse offre un style touristique qui se rapproche de celui de Hammamet. Ce sont à peu près les mêmes concepts touristiques qui sont développés mais à une échelle différente. Ce n’est pas un hasard si la destination regroupe aujourd’hui une des plus importantes concentrations touristiques. C’est une ville qui invite vraiment au voyage et à la découverte.
Là encore, le visiteur est d’emblée attiré par les magnifiques paysages et la propreté des plages d’une qualité irréprochable. On peut y exercer différentes activités: louer des jet-skis, faire de la plongée sous-marine, du parachute sur mer. De quoi occuper largement les journées et oublier la chaleur estivale. Le soir, à port El Kantaoui, la place la plus animée de la ville, des spectacles sont programmés en permanence et la fête est garantie jusqu’au petit matin. Cette région du centre est aussi réputée pour ses cultures oléicoles et ses stations touristiques.

De notre correspondante permanente à Tunis, Yousra MAHFOUD

--------------------------------------------------------------------------------

Critiqué par les Marocains, le Royaume se défend pourtant bien

A COUP d’innovations, de programmes d’animation et de «braderies», les destinations du pourtour méditerranéen rivalisent pour attirer le client mais elles diversifient aussi leurs offres. Si le soleil et la plage restent l’argument dominant et le plus prisé, d’autres créneaux prennent des parts de marché non négligeables. La Tunisie s’est déjà lancée dans le tourisme de santé. Le Maroc est en train de la suivre et… de la concurrencer. Le boom de la chirurgie esthétique devrait aussi drainer un plus grand nombre de clients européens, grâce aux prix «20 à 30% moins chers que ceux pratiqués dans les capitales européennes». Avec l’implantation du groupe Accor, la thalassothérapie et la balnéothérapie devraient gagner en importance. Le tourisme balnéaire ne perdra pas pour autant son prestige. La politique menée par le Maroc depuis l’élaboration de la Vision 2010 privilégie ce créneau. Avec six stations balnéaires concédées à des aménageurs-développeurs nationaux et étrangers, le tourisme balnéaire devrait figurer au premier rang des arrivées touristiques. Il faudra attendre 2012 pour mesurer les résultats de la stratégie marocaine. Le pays avance sûrement et rattrape le retard accumulé ces 20 dernières années. Beaucoup reste à faire et beaucoup a été réalisé. Les plages marocaines n’auront donc plus rien à envier à celles de la Costa Del Sol visitées chaque année par plus de 40 millions de touristes. Rien, ou presque, à envier aussi à la Turquie. Le potentiel culturel et historique du pays d’Ata Turk lui confère une place de choix dans le pourtour méditerranéen. Les politiques successives de développement touristique ont largement contribué à l’essor de la destination. Avec ses nombreux sites historiques et la promotion envisagée autour du tourisme culturel, le Maroc devrait arriver à réaliser de bons scores sur ce créneau. A condition qu’il révise ses prix pour devenir véritablement le «rêve méditerranéen à petits prix», comme on a tendance à qualifier la Tunisie.

Casablanca,08 22 2005
Amale Daoud
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |