Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Nouvelle dynamique pour le Processus de Barcelone - Une perspective plus large pour plus d’efficacité par Javier Solana

POUR atteindre tous les objectifs qu’elle s’est fixées, l’Union européenne a besoin de partenaires. Et parmi nos multiples partenariats, le Processus de Barcelone apparaît comme le plus remarquable -à la fois en raison de ses enjeux cruciaux et de l’urgence des problèmes à traiter- mais également en raison du cadre de travail unique que nous avons édifié avec le temps.

En novembre 1995, j’ai présidé au lancement du Processus de Barcelone, un projet visionnaire dont l’objectif était de mettre en place une zone de sécurité et de solidarité partagées de part et d’autre de la Méditerranée.

Dix ans après, nous pouvons considérer le passé d’un regard sans passion et améliorer le modèle à mettre en œuvre pour l’avenir.

· Bon voisinage

Lancé au lendemain de la Première Guerre du Golfe, le Processus de Barcelone reposait sur l’espoir que la paix au Moyen-Orient était à portée de main. Dix ans après, le conflit israélo-arabe est toujours sans solution et la recherche d’un règlement pacifique demeure une priorité stratégique et urgente pour l’Europe.
Plus généralement, la région a encore été le témoin de guerres, de tensions politiques et de relations de voisinage tendues.

Dans un monde où la menace terroriste, la perméabilité des frontières physiques et l’innovation technologique s’affirment chaque jour un peu plus, la Méditerranée est inévitablement devenue un théâtre où les problèmes émergeant dans les régions périphériques viennent se révéler au grand jour.

Les insurrections en Irak ont un impact immédiat sur les pays voisins; la pauvreté et les dissensions politiques en Afrique subsaharienne sont devenues des questions d’importance nationale pour les pays européens et nord-africains.

L’accroissement de la disparité des niveaux de vie entre continents et à l’intérieur même des sociétés, les idéologies extrémistes et fondamentalistes, la mondialisation du terrorisme, la facilitation des ventes d’armes meurtrières: telles sont les causes immédiates des manifestations d’instabilité et de défaillance que nous avons rencontrées jusqu’ici.

Je reste persuadé que la meilleure façon de régler ces problèmes à la source est de travailler en totale collaboration et sans rien négliger. La vocation initiale de l’UE était d’édifier un partenariat capable de transcender de simples relations de bon voisinage, un modèle que nous avons progressivement perfectionné avec le temps. Nous avons commencé par mettre en commun nos ressources en charbon et en acier.

En un peu plus d’un demi-siècle, nous avons réussi à construire une union politique et monétaire, à quadrupler le nombre des Etats membres et nous sommes maintenant liés collectivement par la Stratégie européenne de sécurité (SES).

La Stratégie européenne de sécurité constate les nouveaux défis que pose la sécurité en ce début de XXIe siècle et réaffirme les principes de l’action de l’UE, fondés sur un véritable système multilatéral et sur un réel engagement à développer et à soutenir le droit international.

· Fracture de la connaissance

En ces temps de mondialisation, l’objectif de l’UE est d’être plus active, plus efficace et plus cohérente, et de rester pleinement consciente de l’importance de la géographie dans une vision plus large de la situation.

La SES se réfère au Processus de Barcelone en tant que principe de base d’un engagement constant avec ses partenaires méditerranéens, tout en nous incitant à entreprendre ensemble des actions plus efficaces.

Au cours de ces dix dernières années, les sociétés méditerranéennes sont devenues pluriethniques et les évolutions de la technologie ont fait du monde un village.
Grâce aux médias, à Internet, aux voyages et aux mouvements migratoires, les populations ouvrent progressivement leur compréhension à d’autres cultures et à d’autres valeurs.

La fracture de la connaissance est toujours présente, mais la situation est bien meilleure qu’il y a dix ans.

Dans ce contexte, je suis heureux de signaler cette année le lancement de la Fondation Anna Lindh, qui couronne un projet de longue haleine dont l’objectif est la mise en œuvre, de manière très concrète, de l’une des valeurs cardinales du Processus de Barcelone: le dialogue des cultures et des civilisations.

La Fondation est implantée à Alexandrie, où existe également une autre institution dédiée à la promotion de la connaissance, de la modernisation et du dialogue.
Pour l’avenir, nous devons intensifier nos efforts dans le domaine de la sécurité, en nous attaquant aux menaces immédiates, tout en développant un programme capable de traiter les causes profondes des conflits et de l’instabilité. Nous devons approfondir et accélérer notre coopération, par exemple concernant la prolifération (des armes de destruction), les mines antipersonnel et la sécurité maritime. Il est également nécessaire que nous renouvelions nos efforts en vue d’élaborer une structure de sécurité partagée pour le Partenariat euroméditerranéen.

La clé de voûte de cet accord prépondérant serait de fournir une direction politique plus explicite à la collaboration actuelle, et d’ouvrir de nouvelles perspectives pour la coopération future.

Il est impératif d’accélérer considérablement nos efforts pour créer des sociétés ouvertes, autonomes et fondées sur la connaissance, capables de rester en phase avec l’évolution du monde. Comme l’indique le Rapport du PNUD sur le développement humain arabe, l’investissement de ressources dans la promotion des connaissances pour le développement contribue à améliorer le niveau de l’enseignement, à éradiquer de l’analphabétisme, à garantir l’égalité entre filles et garçons et à promouvoir les échanges internationaux. On ne soulignera jamais assez l’importance fondamentale de l’enseignement.

Malgré tous nos efforts, nous avons échoué à réduire les disparités économiques existant au sein du pourtour méditerranéen. Heureusement, un consensus s’est fait jour concernant la nécessité de continuer dans la voie des réformes politiques et économiques et de la modernisation.

Le genre de réforme auquel je pense doit être initié par la société elle-même et adapté aux conditions locales. Chaque société doit trouver sa propre voie et progresser selon son rythme. Mais d’autres réformes peuvent et doivent jouer un rôle, tout particulièrement en aidant à la création d’un contexte favorable au changement, là où le changement est une aspiration des citoyens. Une fois que le changement est initié, nous devons nous y rallier en proposant notre aide et notre soutien.

· Compréhension mutuelle

J’aimerai conclure par quelques réflexions concernant la société civile. Le Processus de Barcelone est généralement perçu comme un instrument réservé aux relations de gouvernement à gouvernement. Il me semble néanmoins qu’il offre à la société civile toute l’étendue et l’opportunité nécessaire pour qu’elle puisse jouer un rôle croissant. Une telle réalisation marquerait une progression naturelle et constituerait une preuve de la maturité de nos relations dans leur globalité. Depuis le début du Processus de Barcelone, les questions euroméditerranéennes ont été suivies par une société civile avide, particulièrement à travers les Forums civils.

Une étude menée récemment par le quotidien libanais L’Orient Le Jour a fait état d’une large connaissance de l’euro et de Schengen (des sujets proches de la réalité quotidienne du public), mais d’une bien moindre familiarité avec l’histoire de l’intégration de l’UE et le Processus de Barcelone.

Aujourd’hui plus que jamais, nous ne pouvons plus nous permettre de séparer le Partenariat euroméditerranéen de la population méditerranéenne. Le Processus de Barcelone a évolué jusqu’à englober des structures nouvelles telles que l’Assemblée parlementaire euroméditerranéenne, qui est comptable de ses actions vis-à-vis des citoyens de la région.

Nous pouvons faire davantage et mieux en matière de sécurité, de compréhension mutuelle, d’enseignement, de réformes et de société civile.

Les instruments permettant d’atteindre ces objectifs existent déjà dans le cadre du Processus de Barcelone. Il ne tient qu’à nous maintenant d’affûter ces outils et de les utiliser dans une perspective plus large et avec une plus grande efficacité.
--------------------------------------------------------------------------------
(1) Haut représentant de l’UE pour la Politique étrangère commune et la Sécurité.

Casablanca,06 13 2005
Rédaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |