Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Maroc-Belgique : Le renforcement de la coopération en projet

Entretien avec Armand De Decker, ministre belge de la Coopération

Le ministre belge de la Coopération au développement, Armand De Decker, effectue une visite de travail au Maroc du 28 mai au 1er juin. Des contacts politiques au plus haut niveau sont prévus avec les autorités marocaines.

Les deux parties doivent également faire le point sur la coopération bilatérale et préparer la prochaine Commission mixte qui se tiendra d’ici la fin de l’année.
- L’Economiste: Dans quel cadre s’inscrit votre visite de trois jours au Maroc?

- Armand De Decker: Mon voyage au Maroc s’inscrit avant tout dans le cadre du 40e anniversaire de la coopération entre nos deux pays. Après 40 ans de fructueuse collaboration, ce déplacement me permettra de faire un état des lieux de notre coopération sur place, de me rendre compte du travail accompli et surtout de prendre connaissance, auprès de mes homologues marocains, des besoins actuels du Maroc et des Marocains.

Outre de nombreuses rencontres officielles (ndlr: il doit rencontrer notamment Oualalou, Chekrouni, Benaïssa, Benhima…), ma visite me permettra de me rendre sur le terrain, de visiter des projets en phase de réalisation et de signer de nouveaux accords. Cette mission me donnera également l’occasion de rencontrer les acteurs du développement qui travaillent chaque jour sur le terrain. Mais il s’agit surtout de faire le point sur notre coopération afin de préparer au mieux la prochaine Commission mixte qui se tiendra à la rentrée.

- Quelle place occupe le Maroc dans les priorités de la coopération belge avec les pays tiers?
- Le Maroc fut parmi les premiers partenaires de la coopération belge. La première Convention générale de coopération technique entre le Royaume de Belgique et le Maroc a été signée le 25 avril 1965. Aujourd’hui, le Maroc reste un de nos plus importants pays partenaires, il se situe au quatrième rang après le Congo, le Rwanda et le Burundi.

- Au cours des dernières années, la coopération belge au Maroc a été surtout active dans les régions du sud du pays. Quid des autres régions?
- La coopération belge souhaite rester active dans les provinces du sud du Maroc, mais également apporter, à l’avenir, une attention particulière au nord du pays. Je prévois d’ailleurs une visite à Tanger à l’occasion de laquelle je rencontrerai le wali, Monsieur Mohamed Afoud, ainsi que Monsieur Driss Benhima, directeur général de l’Agence du nord, avec qui je souhaite aborder les possibilités d’une future collaboration, notamment dans le secteur de la microfinance et de la reconstruction de la société. Je dois également visiter la clinique belgo-marocaine Assalam.

- Quels liens faites-vous entre la politique de développement de la Belgique et la question de l’immigration marocaine en Belgique?
- Je suis convaincu du rôle essentiel que la diaspora marocaine peut et doit jouer dans le développement de son pays d’origine. D’ailleurs, la clinique belgo-marocaine que j’ai évoquée est l’œuvre de la diaspora marocaine revenue vivre au pays. La question du développement est devenue l’un des enjeux majeurs du monde globalisé qui est le nôtre aujourd’hui; c’est un enjeu stratégique que l’on ne peut dissocier des questions migratoires.

- A l’issue de cette visite, est-ce que vous vous attendez à une réorientation/modification de la coopération belge au Maroc?
- Le but de ce voyage est justement de préparer la Commission mixte de la rentrée. Nous déciderons, en accord avec les autorités marocaines, de la suite que nous donnerons à notre coopération. Ma visite vise justement à déterminer les points principaux de l’ordre du jour que nous devrons aborder lors de cette commission.

- Comptez-vous visiter des projets de coopération dans lesquels la Belgique est intervenue?
- A Ouarzazate, j’aurai l’honneur d’inaugurer un nouveau projet d’assainissement d’eau. Je visiterai également d’autres projets en ville ainsi que dans la vallée du Draâ. A Casablanca et Rabat, ma visite sera essentiellement consacrée aux projets de développement urbain, mais j’aurai également des contacts relatifs à la microfinance et au rôle du secteur privé dans la politique de développement. Enfin à Tanger, l’accent sera mis sur le développement du nord du pays.

- Le fait qu’un Belge (Louis Michel) soit commissaire européen à la Coopération au développement, peut-il avoir une influence quelconque sur la coopération belge au Maroc?
- C’est un atout certain dans nos relations avec la communauté européenne. Un atout que je tenterai de mettre à profit car je plaide pour un renforcement des collaborations avec l’Europe afin d’agir encore plus efficacement sur le terrain. Le 24 mai, le Conseil des ministres de l’UE a d’ailleurs signé un accord historique sur l’augmentation de l’aide au développement. L’Union européenne s’est accordée sur un nouvel objectif commun de 0,56% de son revenu intérieur brut à consacrer à l’aide publique au développement d’ici 2010, ce qui représentera à ce moment une augmentation annuelle de 20 milliards d’euros. A travers cet accord historique auquel la Belgique a activement contribué, l’Union européenne confirme sa volonté de rester le premier contributeur mondial au développement.

Casablanca,06 06 2005
Aziz Ben Marzouq
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |