Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Sarkozy : «Le Processus de Barcelone,pas à la hauteur»

· Le président de l’UMP estime “qu’il faut être plus imaginatif”
· «Chaque pays doit revenir sur son histoire, pas pour diviser mais pour rassembler»


Abdelhafid Boutaleb Jouiti, président de l’Université Mohammed V de Rabat, multiplie les initiatives. Après Dominique de Villepin, alors ministre français des Affaires étrangères, Abdoulay Wade, président du Sénégal, c’est autour de Nicolas Sarkozy, président de l’Union du Mouvement Populaire (UMP) de faire une intervention académique.

Il a choisi comme thème le partenariat entre le Maroc et l’Europe avant de s’envoler vers Fès où il devait être reçu par le Souverain. Pour ce voyage au Maroc, il est accompagné par notamment Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, et du peintre marocain Mehdi Qotbi.

L’amphithéâtre était comble, en majorité des étudiants de l’Ecole Mohammedia des ingénieurs et des enseignants, mais aussi des hommes politiques qui ne sont pas de son bord comme Mohamed El Yazghi, premier secrétaire de l’USFP, Abdelouahad Radi, président de la Chambre des représentants (également USFP). Abbès El Fassi, patron de l’Istiqlal, a également fait le déplacement. Les autres responsables de la classe politique ont perdu là une occasion de profiter d’un exemple modèle de la communication politique.

· Le Maroc de demain

Sur un ton direct, avec des mots pesés, et une gestuelle qui interpelle, le président de l’UMP a tenu en haleine une assistance acquise à sa cause. En témoignent les applaudissements. Sarkozy a démarré son discours en force: “c’est ici que se construit le Maroc de demain à travers vous les jeunes”. Pour lui, il est impératif de “mettre un contenu dans la relation exceptionnelle qui unit les deux pays, et éviter de la réduire à un discours. L’amitié entre le Maroc et la France doit être élargie à l’Europe. Le Maroc a été pionnier puisque le Souverain a avancé l’idée d’un statut spécial dans les relations du pays avec l’Union européenne (UE) il y a déjà quelques années. Sarkozy reconnaît que c’est la première fois que la Constitution européenne prenne en compte le concept de partenaire privilégié dans son article 57.

Cependant, que faut-il mettre derrière ce concept? s’interroge-t-il. Pour lui, ce sont les dix pays du processus de Barcelone, qui n’a pas été à la hauteur des espérances exprimées, qui sont concernés par ce nouveau partenariat. Le Maroc est en tête de liste. “Ce pays a été le premier à jeter les bases fondamentales des relations avec l’Europe”, a martelé Sarkozy. “Nous devons aller plus loin et être plus imaginatif pour construire une zone méditerranéenne démocratique, prospère et stable. Il revient à la charge avec le contenu de ce partenariat: une zone de prospérité et de sécurité. L’objectif est le développement économique, fondé sur la liberté du commerce entre les pays du pourtour méditerranéen. Il s’agit de mettre en place un marché commun, avec des tarifs communs et des normes techniques et sanitaires communes.

Sur le registre de la sécurité, les menaces sont les mêmes: terrorisme, criminalité internationale… Les réponses doivent être collectives et coordonnées. Dans la lutte contre le terrorisme, la coopération marocaine a été exemplaire, reconnaît l’ancien ministre de l’Intérieur.

Sarkozy est également revenu sur la construction de grands ensembles avec le respect des équilibres régionaux. Pour cela, il est nécessaire de former une autorité unique qui peut représenter l’Europe et les pays du sud de la Méditerranée, particulièrement dans les négociations de l’OMC. Celle-ci sera forte de 750 millions de personnes, presque le double de celle des pays de l’Alena (400 millions de personnes). De même, des regroupements régionaux peuvent se constituer autour de facteurs structurants comme l’eau, une denrée rare pour les pays de l’Afrique du Nord. Les nappes phréatiques ignorent les frontières, dit-il avant de faire le parallèle avec l’Europe d’après-guerre qui s’était faite autour du charbon et de l’acier.

Le président de l’UMP ne s’en cache pas. Il admire le Maroc pour deux initiatives prises par le Souverain. La réforme du code de la famille instaurant l’égalité entre les deux sexes. La seconde concerne l’Instance Equité et Réconciliation. “C’est l’honneur du Maroc, chaque pays doit revenir sur son histoire, pas pour diviser mais pour rassembler”, souligne-t-il. C’est le Souverain qui conduit ce chantier exceptionnel. “Vos amis européens et français voit le Maroc comme un grand pays qui est entré dans la modernité sans renier son passé”, dit-il. Selon lui, d’autres pays de la région n’ont pas encore le courage de le faire.

Sarkozy est également revenu sur les délocalisations. Celles-ci sont positives lorsqu’elles servent à gagner des parts de marché. Cependant, elles ne sont pas souhaitables quand elles cherchent à maximiser les avantages comparatifs.

Casablanca,04 11 2005
Mohamed Chaoui
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |