Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

"L'Europe logistique intègre le Maghreb" - Entretien avec Pierre Blayau, PDG du groupe Geodis

· La stratégie au Maroc: Développer le TIR avec l’Espagne
· Les flux Asie/Maroc et la messagerie expresse également ciblés


Le PDG de Geodis, un des 5 premiers opérateurs européens dans l’organisation de la logistique, était au Maroc où il a rencontré partenaires, opérateurs et collaborateurs. Objectif, développer son métier dans une région à fort potentiel.
Le groupe est présent au Maroc, depuis 2000, avec deux filiales, l’une à Casablanca, l’autre à Tanger.

- L’Economiste: Votre filiale marocaine a signé récemment un contrat avec Unilever. Comptez-vous sur d’autres partenariats?
- Pierre Blayau: Nous sommes ouverts à toutes les solutions qui conviennent aux clients et qui sécurisent le contrat. Nous envisageons des partenariats avec des opérateurs économiques ou financiers marocains, qui sont intéressés par le développement des activités logistiques. Notre offre intéresse aussi bien les industriels que les groupes de grande distribution.

- Justement, il se dit que le groupe ONA a quelques idées dans ce sens. Vous a-t-on approché?
- Non, mais nous sommes ouverts à discuter des projets communs. Nous sommes un spécialiste des opérations logistiques, parmi les premiers européens. Nous avons la maîtrise complète de nos process. Il est clair qu’au Maroc, nous pouvons imaginer des schémas complètement différents où Geodis sera l’opérateur logistique spécialisé avec des partenaires pour l’accompagner dans le développement.

- Que pouvez-vous apporter aux opérateurs au Maroc?
- Notre offre est globale. Car aujourd’hui, nous pensons que la compétence est de mise ainsi que la spécialisation dans chacune des expertises du métier. Que ce soit pour les opérations de traitement, de fret aérien, maritime ou routier international. Il faut savoir gérer un entrepôt, assurer des déclarations, le contrôle qualité, les préparations de commandes… Ce qui est important, c’est que nous comptons donner un coup d’accélérateur en faisant marcher le tout ensemble. Nous sommes capables d’apporter des solutions adaptées de la supply chain. Dans certains cas, la solution passe par de la distribution expresse internationale, ou encore des partenariats dans la distribution nationale. Mais aussi la construction de nouveaux entrepôts logistiques. En tout état de cause, il faut que l’on soit présent sur l’ensemble de la chaîne en apportant toutes les solutions possibles aux problèmes de supply chain.

- Il y a quelque temps, vous avez déclaré au journal Le Monde que la priorité de votre groupe est de se développer au cœur des grands groupes en Europe et pas ailleurs. Qu’en est-il aujourd’hui?
- Je parle de l’Europe au sens large. Quand on voit le lien économique et culturel entre les pays du Maghreb et l’Europe, l’on peut considérer que l’Europe au sens logistique intègre le Maghreb. Car c’est une zone de développement économique aussi bien en production compétitive qu’en consommation, puisque les grands groupes s’y sont installés pour développer la consommation et la distribution de produits manufacturés. Pour nous donc, les liens sont tels que la vision de l’Europe logistique intègre le Maghreb.

- Comment vos filiales au Maroc peuvent accompagner le développement dans les marchés de la région?
- Nous avons des filiales qui s’occupent de la logistique et du transport international. Il y a deux clés fondamentales pour le développement de l’activité. D’abord, la prospection de nouveaux clients et nouveaux contrats, le commercial avec la volonté d’être en permanence à l’affût d’opportunités d’affaires. Ensuite, il est nécessaire d’être aussi à l’affût de partenariats éventuels avec d’autres opérateurs. Et enfin, les filiales disposent du support permanent de l’expertise des services centraux de Geodis. Au siège, nous avons Geodis Solutions, une sorte de bureau d’études capable d’apporter des solutions techniques aux problèmes des filiales. Les services centraux peuvent se déplacer pour des expertises, des propositions et élaborent des solutions. C’est dire que l’ensemble des supports du groupe Geodis se met au service des filiales.

- Il y a aussi les exigences des clients en termes de flexibilité?
- Les clients demandent en général trois choses. Mais les exigences dépendent souvent du secteur d’activité. C’est la raison pour laquelle nous avons développé des offres dédiées à des secteurs économiques. A titre d’exemple, les produits de santé, l’automobile, la high-tech ou encore les produits de luxe dans le textile. La première exigence de nos clients est que nous comprenions leur business modèle. C’est-à-dire que nos équipes assimilent la problématique du client. Aujourd’hui, ce sont la traçabilité et la rapidité qui sont le mot-clé. Car les grands groupes ont besoin d’informations et de rapidité au niveau des stocks et du transport. Parallèlement, il y a le facteur coût, le prix. Ce dernier se joue en fonction de la taille, la capacité de négociation, la compétitivité. En général, la première exigence consiste d’abord à mieux assimiler le business modèle ainsi que l’expertise technique du secteur.

- Les prix du transport baissent de plus en plus, comment un prestataire de logistique peut pallier cette donne?
- Certes, les prix du transport baissent, mais ce sont surtout les clients qui veulent payer un transport moins cher. Il y a un moment où ce n’est pas possible, car le prix du pétrole monte, les frets maritime et aérien aussi. Dans notre métier de commissionnaire de transport que nous sommes, il faut bien répercuter le prix des facteurs objectifs sur le prix final. Ceci étant, vous avez raison. En Europe, il y a une pression sur les prix du transport. Dans ce cas-là, la chance des grands groupes réside dans l’offre globale, multimétiers. Car il faut convaincre le client, que le transport ne réside pas dans le transport de marchandise d’un point A à un point B. Mais plutôt l’organisation et le service qui vont avec.

- L’espagnol Logesta, filiale TIR et logistique du groupe Altadis, vient de s’implanter au Maroc. Comment vous vous positionnez?
- Vous savez, la concurrence est stimulante. C’est la preuve que le Maroc est en phase de mutation dans la conception de son organisation logistique. Le fait d’être là déjà pour nous prouve que nous avons bien compris le potentiel du marché.

--------------------------------------------------------------------------------

Coup d’accélérateur

Pour Pierre Blayau, la logistique au Maroc possède un énorme potentiel de développement. Selon lui, les spécialistes du secteur sont conscients que l’une des clés du développement économique chez nous, c’est essentiellement de pouvoir améliorer les performances logistiques au service des grands acteurs économiques et d’accompagner les nouveaux investisseurs. “Nous avons bien l’intention de nous développer et proposer une offre globale logistique, compléter nos prestations de transports internationaux de logistique avec une activité de messagerie expresse quotidienne entre le Maroc et l’Europe”, confie le PDG de Geodis. Il s’agit, selon lui, d’un défi important. Les filiales marocaines de Geodis à Casablanca et Tanger sont actives dans l’industrie avec Unilever Maghreb, Nexans et UPS. Mais aussi dans la grande distribution avec Marjane ainsi que le textile de luxe (groupe PPR) ou encore l’agroalimentaire (Centrale laitière). Geodis compte accentuer son effort sur l’Espagne et le Maroc par le développement du transport routier. Et enfin développer des flux Asie/Maroc.

Casablanca,04 04 2005
Abashi Shamamba
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |