Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Les sons du monde à Marseille

Sur les bords de la Méditerranée, le Dock des Suds accueille le premier Forum des musiques du monde qui se veut à la fois festival et marché alternatif.

Traditionnel théâtre de la grande Fiesta des Suds, le Dock des Suds accueille une nouveauté avec Babel Med Music, premier forum des musiques du monde. « La Méditerranée, telle que nous l’avons rêvée, avait besoin d’un Babel Med Music », indiquent d’entrée Bernard Aubert et Samir Sadak, les directeurs artistiques.

« Marseille n’avait pas beaucoup de programmation méditerranéenne, italienne, espagnole, poursuit Bernard Aubert, également chef d’orchestre de la Fiesta des Suds. Il y avait un manque. Si une ville en France est capable, à part Paris, d’accueillir un marché des musiques du monde, c’est bien Marseille. »

Malgré le lancement tardif de l’opération, en novembre 2004, le comité de sélection a reçu plus de neuf cents candidatures. « Nous avons fait une trentaine d’heureux mais des centaines de déçus », regrette Samir Sadak. Trente et un concerts en trois soirées, les scènes sont déjà bien remplies. Parmi les élus figurent onze groupes originaires de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, des artistes venus de pays méditerranéens (Espagne, Italie, Turquie, Liban, Palestine, Algérie), mais également de contrées plus lointaines (Mongolie, Azerbaïdjan, Cuba, Côte d’Ivoire, Brésil, Mauritanie, Pakistan), les organisateurs n’ayant pas voulu limiter le talent aux frontières naturelles de la mare nostrum. Ainsi le chant diphonique mongol de Okna Tsahan Zam ou la tradition orale azérie de Baba Mirzayev côtoieront le flamenco de Juan Carmona et les voix corses d’A Filetta.

« Il faut courir le risque de faire découvrir des artistes, leurs richesses et leurs singularités culturelles, mais il ne faut pas tomber dans le folklore ou dans le coup du concert à cinquante personnes. Babel Med Music sera là pour mettre les artistes en contact avec ceux qui vont les produire ou les faire tourner », ajoute Bernard Aubert. Car l’idée maîtresse de Babel Med est de créer un « marché alternatif ». Un millier de professionnels sont attendus dans cet ancien entrepôt transformé en salle de concerts en 1997. Alain Hayot, vice-président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur chargé de la culture, résume les enjeux de cette première édition : « Il s’agit à la fois de créer un contre-marché aux grandes majors et de faire vivre la diversité culturelle. »

« Nous avons également voulu donner du sens et de la réflexion sur l’itinérance des musiques du monde au moment de la mondialisation », ajoute Samir Sadak. Ainsi, trois débats publics (« Marché de la musique, musique de marché ? » ; « Nouvelles technologies ou nouvelle manière d’appréhender la musique ? » ; « La place de la radio dans les musiques du monde ») et autant de conférences professionnelles émailleront les trois jours.

Lors de la conférence de presse de présentation, Michel Vauzelle était venu expliquer l’engagement de la région PACA (contribution de 300 000 euros sur un budget de 450 000) : « Je m’efforce de lutter contre la mondialisation qui marchandise. L’ouverture aux autres, la défense des identités culturelles sont de beaux exemples de mondialisation positive. Babel Med, c’est une ouverture aux autres, à leur culture, à leur identité. C’est insister sur la diversité et résister à ceux qui veulent vider nos cerveaux pour les revendre à Coca. »

Cette volonté d’ouvrir la région sur le monde s’est également traduite par un partenariat entre l’institution régionale et le Festival de Cannes portant sur la création d’une nouvelle section baptisée « cinéma du monde ». « Favoriser le métissage, l’échange, c’est tout le contraire du repli et du communautarisme », insiste Alain Hayot. Pendant huit jours, le cinéma qui a du mal à s’exprimer mais qui lutte contre l’uniformisation trouvera sa place sur la Croisette. Tout comme les musiques du monde ces jours-ci au Dock des Suds.

Christophe Deroubaix

Pour plus de renseignements :
www.dock-des-suds.org


Marseille,04 04 2005
Rédaction
L'Humanité
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |