Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Pour la sauvegarde de l’industrie céramique marocaine - Par l’Association professionnelle des industries de la céramique

Le marché local de la céramique fait l’objet d’une compétition vive, comme l’indique notre article publié le 4 mars dernier (Cf. www.leconomiste.com). La compétition est si vive que les deux principaux compétiteurs, les fabricants regroupés dans l’APIC (association professionnelle des industries de la céramique) d’un côté, et l’APISA (association professionnelle des importateurs céramiques) de l’autre côté, ont trouvé que cet article était trop favorable à l’autre partie! Voici le point de vue de l’APIC.

Les membres de l’Association professionnelle des industries céramiques (l’APIC) jugent que certains des propos cités par L’Economiste du 4 mars 2005 ne sont pas bien fondés et que cet article défend les intérêts des importateurs au détriment des producteurs nationaux.

· Importation: 120% de croissance en deux ans

Les industriels du secteur céramique marocains, n’ayant bénéficiés d’aucun soutien de l’Etat ou de mesures particulières contrairement à d’autres secteurs, ont investi plus de 2,5 milliards de Dirhams et ont ainsi contribué à l’industrialisation du pays en développant un secteur vital à l’économie nationale, qui emploie directement et indirectement 10.000 postes et qui font économiser à l’Etat plus de 1,5 milliard de dirhams en devises.
La Loi 13-89 du Commerce extérieur promulguée par le dahir n° 1-91-201 du 9 novembre 1992, déclare que lorsque les importations causent un préjudice à l’industrie nationale, l’Etat a le droit de mettre en place des mesures de sauvegarde. Ce qui est le cas étant donné que les chiffres officiels montrent que les importations ont augmenté de 120 % entre 2002 et 2004, passant de 5,71 millions de M2 à 12,6 Millions de M2.
Le secteur céramique a réalisé des investissements en technologie très moderne, qui n’a rien à envier à celle des pays industrialisés, pour produire une panoplie de produits céramiques diversifiés répondant aux standards européens et à tous les besoins du marché national marocain (haute et moyenne gammes). En plus, pour sa mise à niveau, il s’est engagé dans l’application des méthodes et des référentiels reconnus à l’échelle internationale pour en citer quelques exemples: certification ISO 9001/V 2000, application des statistiques de procédés MSP, techniques de contrôle NQA, AMDEC, GPAO, suivi de traçabilité du produit depuis la carrière jusqu’au produit fini.

· La calorie, 4 fois plus chère au Maroc

A titre d’illustration, des investisseurs étrangers en bâtiment ont utilisé les produits céramiques marocains dans leurs projets (abattoirs de Casablanca, logements et hôtels réalisés par le groupe Fadésa et par Bouygues), les investisseurs et les architectes marocains ont prescrit également le carreau national dans leurs projets phares, à titre d’exemple, Asswak Assalam, hôtels haut standing à Marrakech et Agadir, Sala El Jadida, complexes sportifs, etc.
Malgré les efforts déployés par le secteur, il reste toujours handicapé par le coût élevé de l’énergie comme l’a démontré l’étude de benchmarking (comparaison) faite par des experts de l’Union européenne et présentée en janvier 2004, concernant l’industrie céramique marocaine et celles des pays du pourtour méditerranéen. Cette étude a approuvé que le Maroc est le seul pays qui utilise le propane au moment où le gaz naturel est source d’énergie ailleurs et même si le gazoduc Algérie-Europe traverse le territoire marocain, l’industrie céramique marocaine ne profite pas de cette opportunité!!!
En terme équivalent, l’énergie calorifique au Maroc coûte 4 fois plus cher qu’en Europe et 40 fois plus cher qu’en Egypte.

· Normes non respectées

En plus, certains importateurs opportunistes importent de Chine et d’Espagne des carreaux non commercialisables sur le marché européen et américain, où des normes sont obligatoires. Ils importent des carreaux composés de petits lots ou de fin de série et des carreaux de 2e et 3e choix, dont la qualité est défaillante (défaillance démontrée par des analyses faites par des laboratoires nationaux indépendants : taux de porosité élevé, tachabilité du carreau, résistance faible à la flexion, carreaux nuancés, etc.).
Les prix déclarés par ces importateurs sont de moins d’un euro, ce qui ne représente même pas le coût de la matière première, et un poids de 3 Kg/M2, sachant qu’un carreau dans le monde ne peut avoir un tel poids, étant donné que le poids reconnu par les experts du secteur est de 13 Kg/M2; ce qui ne laisse aucun doute sur les fausses déclarations de certains de nos importateurs. Ces pratiques de la sous-facturation et les déclarations frauduleuses nuisent à l’intérêt national: pertes de recettes fiscales (droits de douane, TVA …) et portent préjudice au consommateur marocain en mettant en danger la sécurité du citoyen et des constructions et dégradent l’environnement national.
Face à ce mal et pour protéger le consommateur marocain, les autorités compétentes ont entrepris depuis l’an 2000, en concertation avec les industriels, les laboratoires nationaux en céramique, l’instauration des normes marocaines pour les carreaux D Normes ISO 13006. Elles sont devenues obligatoires depuis le 19 Novembre 2004 (arrêté n° 426-04 du 16.04.2004 publié au Bulletin Officiel n° 5240 du 19 août 2004), aussi bien pour les industriels marocains que pour les importateurs.

· Aligner les prix du gaz!

Le seul but est, bien entendu, la protection en premier lieu du consommateur marocain, l’assurance de sa santé, la sécurité des constructions marocaines ainsi que l’environnement.
Par contre, certains importateurs opportunistes ne pensent qu’à leur enrichissement sans se soucier ni de l’intérêt de l’économie nationale, ni de la sécurité des employés qui risquent de se retrouver au chômage, après la faillite de leurs unités de production, et se retrouver dans un état de désespoir qui les pousserait à quitter leur pays par n’importe quel moyen, même au détriment de leur vie.
L’APIC et l’ensemble de ses membres ne sont pas contre les importations régulières et transparentes, mais pour être plus compétitifs, ils demandent aux pouvoirs publics de mettre à leur disposition le gaz naturel qui traverse le territoire national, sinon de bénéficier immédiatement de l’énergie calorifique (propane) au même prix que le prix du gaz naturel en attendant d’être alimenté par le gaz naturel???
Enfin, nous rappelons à nos amis de l’Association professionnelle des importateurs céramiques (l’APISA) que le Maroc n’est pas un dépotoir et par conséquent n’est ni le premier ni le dernier pays à avoir recours à la mise en place des mesures de sauvegarde prévues par les accords de l’OMC, pour protéger les intérêts de l’industrie nationale. Tout le monde se rappelle que les USA fervents du libéralisme à outrance ont eu recours aux mesures de sauvegarde pour protéger leur industrie de l’acier.

NB – NDLR:
- Les mots et expressions agressifs et qui ne participaient pas à un débat serein, ont été enlevés par les soins de la rédaction de L’Economiste.
- Les intertitres, aussi que l’introduction (le “chapeau” en terme technique) sont de la rédaction de L’Economiste


Casablanca,03 21 2005
Rédaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |