Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Hassan Chami plaide pour que Bruxelles n'oublie pas la Méditerranée

Le président de l'Union Méditerranéenne des confédérations d'entreprises veut préparer ses mandants au libre-échange.

Parce que la compétence est reconnue dans le monde patronal international, Hassan Chami, "patron des patrons" marocain, a été porté le 28 février 2002, à Istambul, à la présidence de l'Union Méditerranéenne des Confédérations d'Entreprises (UMCE), dont le siège est à Tunis.

Cet organisme tout neuf est chargé de préparer les économies des douze pays du sud de la Méditerranée à la création d'une zone de libre-échange avec l'Union Européenne (UE) d'ici 2010. Un vaste chantier qui n'effraie pas ce spécialiste des travaux publics. Dans la foulée de l'indépendance de son pays, cet ingénieur diplômé à l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris avait une carrière toute tracée.

Dans un premier temps, il semble la suivre et gravit les marches du pouvoir. En 1961, il est ingénieur chef de l'arrondissement des travaux publics de Meknès et, en 1970, il est nommé ministre des travaux publics et des communications.
Mais il n'a jamais voulu devenir fonctionnaire et a conservé le statut de contractuel. Et il démissionne de son poste de ministre, parce qu'il juge dépassée la formule des gouvernements de technocrates.

En 1976, il crée une entreprise de génie civil et diversifie ses activités dans la céramique industrielle, la filature, le tissage. Comme il a gardé le goût du militantisme de ses années de jeunesse où il fréquentait des formations de gauche, il prend des responsabilités dans des organisations professionnelles jusqu'à être élu, en 2000, président de la Confédération Générale des entreprises du Maroc (CGEM).

Le voilà chargé aujourd'hui de guider les premiers pas de l'UMCE et de faire la preuve de son utilité. "Les économies protégées que nous sommes vont prendre de plein fouet le choc de la création de la zone de libre-échange avec l'Europe, explique-t-il. C'est sur nos entreprises que l'on compte pour réussir la 'prospérité partagée' que nous voulons tous. Mais, pour cela, il faut que nos entreprises participent à l'élaboration de nouvelles règles du jeu. Nous n'aurons bientôt plus de prtections, nous devons sortir du schéma traditionnel, où l'administration décidait de tout. Notre premier objectif est de persuader les fonctionnaires de nos pays et les Européens de la nécessité d'un partenariat avec nous, chefs d'entreprise."

Le deuxième objectif de l'UMCE est d'amorcer un marché commun entre les pays du Sud de la Méditerranée : Algérie, Chypre, Egypte, Jordanie, Israël, Liban, Malte, Maroc, Autorité Palestinienne, Syrie, Tunisie et Turquie. "Nos marchés sont trop petits affirme-t-il. Avant de commencer avec l'Europe, il est nécessaire que nous commercions entre nous, ce qui veut dire faire évoluer les mentalités de nos pays qui ont des difficultés à échanger entre eux." Sans parler des difficultés à faire discuter les Israëliens et Arabes... Hassan Chami, qui a manifesté à Rabat contre la répression du gouvernement Sharon dans les territoires occupés souhaite que "l'économique permette de dépasser les conflits politiques."

Troisième objectif : persuader les Quinze d'être aussi sensibles au Sud qu'à l'Est. "Nous avons accepté bien plus qu'une zone de libre-échange, s'exclame t-il. Nous nous sommes engagés dans un choix de société fondée sur la démocratie et les droits de l'homme. Les Européens ne se rendent pas compte du bouleversement que cela représente pour nous. La démocratie ne peut se construire sur la misère. Et si l'on ne veut pas déstabiliser gravement nos sociétés traditionnelles, il faut que l'UE fasse le même effort que pour l'Espagne ou la Grèce. Nous avons besoin de fonds structurels qui permettent de construire des infrastructures - une autoroute transméditerranéenne par exemple - pour faciliter les échanger, créer des emplois et réduire l'émigration."

Avec son vice-président, le Libanais Jacques Sarraf, M. Chami a rendu visite, le 23 mai, au Président de la Commission, M. Romano Prodi, pour lui exprimer cette urgence, car il ne reste plus que huit ans pour rapprocher le Sud du Nord.

Quelqu'un est plutôt optimiste sur la bonne fin de cette aventure : c'est François Périgot, ancien Président du CNPF français et président d'honneur de l'Unice, qui regroupe les patronats européens. Il a aidé à la naissance de l'UMCE, tant il croit vital de réduire le fossé entre les deux rives de la Méditerranée. Il ne doute pas de son efficacité :"Ce ne sont pa des patronats manchots !, s'exclame t-il. Ils ont une longueur d'avance sur leurs gouvernements et n'ont plus besoin d'eux pour dialoguer avec Bruxelles."

Hassan Chami a commencé à plaider la cause dans les réunions de ministres de l'Union tenues pendant la présidence espagnole à Tolède, Malaga et Valence. Il faudra quelques mois pour savoir s'il a été entendu.

Bruxelles,07 08 2002
info
Le Monde
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |