Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Processus de Barcelone : Et si on en parlait aux populations ?

De notre correspondant à Bruxelles, Aziz BEN MARZOUQ

· La Commission européenne lance un programme de sensibilisation
· La société civile des pays Meda associée à la démarche
· Un premier bilan Euromed en mai


Le processus de Barcelone, on en parle beaucoup, et souvent c’est plutôt à travers des débats d’experts. Mais, que savons-nous réellement du degré de sensibilisation des populations cible? Pas grand-chose. C’est sans doute là une des raisons qui ont conduit la Commission européenne à lancer un chantier important: améliorer la visibilité du processus de Barcelone.

“Il ne s’agit nullement de faire de la pub pour nous-mêmes, mais notre but est d’attirer les diverses couches de la population et notamment les jeunes de la Méditerranée”, confie à L’Economiste Rafael Dochao, chargé de l’information et de la communication Euromed au sein de la DG “Relations extérieures” de la Commission européenne. L’objectif étant d’entamer avec ces populations un véritable dialogue ou partisans et détracteurs du processus de Barcelone pourront faire valoir leurs points de vue”. Ce chantier sera entamé cette année, ce qui devrait coïncider avec le 10e anniversaire du processus de Barcelone (l’année 2005 a également été décrétée “Année de la Méditerranée”.

Contrairement aux actions classiques de communication institutionnelle, le programme “Euromed Dialogue” vise, à partir de la société civile concernée et des bénéficiaires finaux du programme européen Meda à faire ressortir leurs préoccupations principales, les problèmes qu’ils affrontent au quotidien et les solutions qu’ils recherchent, éventuellement avec le concours des projets européens. Pour ce dialogue avec la société civile du sud, l’Union met sur la table un budget de 10 millions d’euros sur 3 ans. D’ailleurs, les appels d’offres pour des actions de promotion du processus de Barcelone vont être lancés bientôt. Chaque délégation de la Commission européenne dans les pays méditerranéens associés a d’ailleurs reçu un mandat pour centraliser toutes les activités projetées par les représentants de la société civile et par les gouvernements locaux. Ces activités qui seront coordonnées au niveau de la Commission à Bruxelles et mises en ligne sur son site Web “Europa-Méditerranée”. Une enquête rapide a permis de recenser déjà une cinquantaine d’initiatives qui seraient organisées par des ONG, les gouvernements locaux et les différentes délégations de la Commission dans les 9 pays Meda concernés.

Première action de visibilité qui va émailler cette année de la Méditerranée: doter d’un logo le processus de Barcelone. La Commission a repris (en le modernisant un peu tout de même) le logo utilisé lors de la déclaration de Barcelone en novembre 1995. Il sera rendu public dans une semaine, distribué à des milliers d’exemplaires et mis en ligne sur le site Web de la Commission.
Côté audiovisuel, différents programmes de TV seront lancés dans les pays Meda pour informer le public de l’intérêt du processus de Barcelone et de son apport pour les pays concernés et en particulier aux populations civiles. Les jeunes et les femmes seront tout particulièrement mis à l’avant-plan. Des contrats seront signés avec les TV locales et étrangères (entre autres Al Jazeera, TV5 ou Arte) pour produire des “talk-show” ou des documentaires sur la coopération Euromed, sur la nouvelle politique européenne de voisinage ainsi que sur le dialogue interculturel. Les radios et la presse écrite locales ne seront pas en reste et devraient elles aussi proposer différentes émissions et reportages sur les mêmes sujets avec concours pour les jeunes à l’appui. Pour couronner le tout, un Forum civil sera organisé fin mai-début avril au Luxembourg et une conférence pour les journalistes Euromed devrait se tenir en Jordanie en octobre 2005.

Autre manifestation d’envergure prévue dans le courant de cette année 2005: l’inauguration officielle de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue des cultures le 20 avril à Alexandrie. “Cette organisation intergouvernementale ne devrait pas elle non plus se contenter de faire de la publicité pour elle-même mais s’ouvrir aux véritables acteurs du dialogue interculturel que sont les représentants de la société civile”, précise Rafael Dochao. Selon lui, la Fondation doit contribuer à “améliorer la visibilité du processus de Barcelone et encourager le vrai dialogue entre les cultures des deux rives de la Méditerranée”. Cette fondation, au moins dans sa phase initiale, sous la forme d’un réseau de réseaux doté d’une structure administrative légère, se donne pour ambition d’encourager un dialogue régulier, notamment entre des cercles culturels ne faisant pas partie des forums diplomatiques et culturels officiels. Elle devrait avoir recours notamment aux technologies multimédias (télévision, radio, publications périodiques, Internet), en coopération avec les supports importants existants et avec la participation de personnes issues des deux rives de la Méditerranée, notamment des journalistes et des jeunes. Elle devrait également parrainer des événements importants qui symbolisent la compréhension mutuelle (concerts, expositions, etc., sur des thèmes appropriés), cofinancés par d’importants groupes de médias et/ou des festivals et des institutions déjà actives dans ces domaines. Last but not least, elle aura également pour tâche de promouvoir des activités entrant dans le cadre du processus de Barcelone, notamment grâce aux ressources de la Fondation elle-même (publication périodique, site Internet).

Sur le plan politique, les ministres Euromed des Affaires étrangères devraient se retrouver les 30 et 31 mai au Luxembourg pour faire un premier bilan sur le “processus de Barcelone, dix ans après”. Divers rapports et contributions sont attendus à cet effet. A commencer par celui de la Commission européenne dont un premier texte de base devrait être prêt fin février. Celui-ci sera discuté d’abord avec les représentants des Etats membres de l’Union et ensuite avec les partenaires du sud de la Méditerranée, qui eux-mêmes travaillent à leur propre bilan. “Ce que nous souhaitons, c’est arriver avec nos partenaires du Sud à un bilan consensuel fin mai pour la réunion ministérielle Euromed de Luxembourg”, affirme Rafael Dochao, lequel rappelle que d’autres organismes (notamment les instituts Euromesco et Femise) et ONG locales devraient aussi apporter leurs propres contributions à ce bilan consensuel. “Un élément sur lequel tout le monde est d’accord”, souligne pour sa part Michael Webb, responsable du processus de Barcelone à la Commission européenne. “Il ne faut pas renégocier Barcelone”, affirme-t-il. A l’issue de ses contacts avec les partenaires du Sud, Webb estime que tous sont persuadés que le processus de Barcelone “a apporté de bonnes choses” et qu’il constitue “un cadre approprié pour la coopération Euromed”. Tous les partenaires appuient également la nouvelle politique européenne de voisinage, qu’ils considèrent comme “un approfondissement du processus de Barcelone”. Processus qui, selon les responsables de la Commission, devrait demeurer “le noyau central de la politique européenne avec ses voisins du Sud”.

--------------------------------------------------------------------------------

Avec ou sans Israël ?

Les chefs de la diplomatie Euromed devraient par ailleurs préparer le “Sommet Euromed au plus haut niveau de représentation” les 26 et 27 novembre à Barcelone, qui célébrera officiellement le dixième anniversaire du processus.
L’Espagne, qui sera l’hôte du Sommet Euromed, souhaite que celui-ci regroupe les chefs d’Etat et de gouvernement des pays partenaires. Si la Commission européenne appuie fermement cette idée, la future présidence anglaise de l’Union (juillet-décembre 2005) s’entête et dit “y réfléchir sérieusement”. D’aucuns estiment que ces réticences viendraient du fait qu’il n’y a jamais eu de “Sommet Euromed” pour les raisons politiques que l’on sait: la présence d’Israël aux côtés de 8 Etats arabes... Mais d’après Michael Webb, “les choses peuvent évoluer d’ici là à la lumière des signes positifs que l’on reçoit ces derniers jours du côté du Moyen-Orient”.

Casablanca,02 21 2005
Redaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |