Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Juan Carlos : «Investissez davantage au Maroc»

· C’est la principale recommandation de Juan Carlos, roi d’Espagne
· Et cela lors de la rencontre entrepreneuriale à Marrakech mercredi 19 janvier
· Après l’équipement et les infrastructures, place à l’agriculture et au textile


Investissez davantage au Maroc. Tel était le message de Juan Carlos, roi d’Espagne, aux entrepreneurs ibériques lors de la rencontre entrepreneuriale organisée par les patronats marocains et espagnols le 19 janvier à Marrakech.

Un avis partagé par Hassan Chami, président de la CGEM ainsi que son homologue espagnol. Devant un parterre de 300 chefs d’entreprise des deux pays, Juan Carlos est revenu sur le volume des échanges déjà réalisés entre les deux pays et a incité les entreprises ibériques à s’orienter encore plus vers le Maroc.

Pour rappel, le Royaume absorbe 10% des exportations espagnoles et représente le 5e destinataire de l’investissement espagnol. «L’attractivité du Maroc ne réside pas uniquement en sa proximité. Outre sa main-d’oeuvre qualifiée qui est dotée d’une grande capacité d’apprentissage, le Maroc mène en parallèle son processus de libéralisation et les réformes», souligne le roi d’Espagne. D’ailleurs, les entreprises qui ont misé sur le Maroc étaient présentes à Marrakech pour en témoigner. L’apaisement des relations diplomatiques renforcera le mouvement, espère-t-on. Actuellement, l’Espagne est deuxième client et deuxième fournisseur du Maroc. Le pays occupe aussi la place du deuxième investisseur étranger, précise Hassan Chami président de la CGEM. Les partenariats économiques s’effectuent plus dans des secteurs traditionnels comme les télécommunications, les infrastructures ou encore l’équipement. Dans le cadre de cette rencontre, le Maroc met en exergue pour 2005 d’autres secteurs, notamment l’agroalimentaire, le textile et la pêche. «Nous avons revisité le patrimoine agricole avec la concession des terres de la Sodea», indique Hassan Bernoussi, directeur des investissements extérieurs. Il a rappelé aux investisseurs espagnols que les appels d’offres pour ces terres seront ouverts jusqu’au 7 avril pour quelque 200 projets. «A vous d’être agressifs et à nous d’être attractifs», indique Bernoussi.

C’est également en 2005 que sera exécuté le premier programme de financement que l’Espagne accorde à un pays et dont le budget représente 300 millions d’euros. Il soutiendra les programmes de développement marocain, réalisés par des sociétés espagnoles, notamment celles installées au Maroc. «Il faudra maintenant transformer le caractère des échanges et partenariats Maroc-Espagne, en le faisant évoluer d’un cadre global à un cadre particulier», insiste Angel M. Acebes, vice-président de l’Icex (Institut du commerce extérieur). Pour le président du CEOE (patronat espagnol), les partenariats devraient s’intéresser un peu plus à la région du Nord. «Le Maroc et l’Espagne constituent les traits d’union entre l’Europe et l’Afrique. Avec sa position géographique, les nombreux ALE qu’il a conclu avec les USA, les pays arabes… le Maroc deviendra la plaque tournante des relations économiques entre les deux continents», conclut Hassan Chami.

--------------------------------------------------------------------------------

Migration

La rencontre hispano-marocaine de Marrakech a insisté sur le volet de la migration clandestine en encourageant l’émigration légale et rationnellement canalisée. Le président de la CEOE, José Maria Cuevas, propose la mise en pratique de nouvelles initiatives pour concrétiser cet objectif. «Les entreprises espagnoles y sont prêtes», dit-il. Les deux patronats insistent également sur le projet de liaison fixe à travers le détroit de Gibraltar.

Casablanca,01 31 2005
Badra Berrissoule
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |