Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Microfinance : La BEI renouvelle son engagement

· La banque accorde un 2e crédit de 10 millions d’euros aux associations
· Al Amana compte en prélever près de 8 millions


Les associations marocaines de microcrédit auront de quoi se développer davantage. En effet, elles viennent de bénéficier d’une deuxième ligne de crédit d’un montant global de 10 millions d’euros, soit près de 110 millions de DH, accordé par la Banque européenne d’investissement (BEI).

L’objectif est “de soutenir un nombre important de petits projets d’investissement réalisés par les clients de ces associations”, indique Philipe De Fontaine Vive, vice-président de la BEI.

La signature de la convention de financement a eu lieu le 11 décembre dernier au siège de la Primature à Rabat. En présence notamment de Fathallah Oualalou, ministre des Finances, Salaheddine Mezouar (Industrie, Commerce et Mise à niveau) et Taoufiq Hejira (Logement et Urbanisme). Ce prêt intervient dans le cadre du deuxième volet du programme de partenariat Euromed II et de la convention-cadre entre le Maroc et l’Union européenne.

Pour l’heure, l’Association Al Amana est l’unique cosignataire, étant actuellement la seule institution répondant aux critères de sélection de la BEI. Le Premier ministre de son côté, présent à la cérémonie, a félicité l’association de ses bons résultats, illustrés à travers le nombre de crédits accordés, le taux de couverture et la diversification des produits offerts. Ainsi, l’association dispose actuellement d’un portefeuille de 380 millions de DH et le nombre de ses clients actifs s’élève à 151.989. Elle accorde en moyenne 6.000 prêts par semaine, soit 23 à 28 millions de DH.

Ce crédit intervient après une première ligne totalement consommée. “D’où la nécessité d’accorder aux associations un deuxième prêt qui leur permettrait de ne pas se retrouver en insuffisance de fonds dans les mois à venir”, souligne De Fontaine Vive. La première ligne portant sur le même montant, a été accordée en octobre 2003. “Al Amana en a bénéficié à hauteur de 5,2 millions d’euros. Le reste a été servi à d’autres associations”, indique-t-on auprès d’Al Amana. Sur cette deuxième ligne, “Al Amana prévoit pouvoir obtenir plus, soit 7 à 8 millions d’euros”, indique Fouad Abdelmoumni, directeur général de l’association. Une somme qu’elle compte débourser par tranches “à partir du mois d’avril 2005, étant donné que le besoin n’est pas immédiat”, ajoute-t-il.

Par ailleurs, ce financement représente “une véritable opportunité pour Al Amana dans la mesure où le coût et le risque ne sont pas très importants”, souligne Abdelmoumni. Notons que le taux sera celui des bons du Trésor national à 10 ans en vigueur à la date de la demande de décaissement de chaque tranche. Le risque du taux de change de son côté ne sera pas pris par l’association. “Nous débourserons l’équivalent des dirhams reçus en euros”, explique le DG.

--------------------------------------------------------------------------------

Et tant pis pour les banques nationales!

Les banques marocaines sont en train de rater une occasion de placer les liquidités dont elles disposent». C’est ainsi que Fouad Abdelmoumni qualifie cette opération.
Les institutions financières nationales sont encore réticentes à l’égard des associations. Alors que pour les institutions internationales, elles présentent un risque relativement bon. En témoigne le renouvellement de l’engagement de la BEI dans le secteur du microcrédit géré par les associations. “Ceci devrait servir d’exemple pour les banques nationales et les pousser à s’engager davantage à l’égard des associations”, espère le DG d’Al Amana.

Casablanca,12 20 2004
Meryeme Boujab
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |