Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

La Libye s’ouvre aux investisseurs étrangers

· Le pays commence par supprimer les subventions
· La levée s’accompagnerait d’une augmentation des salaires mensuels
· les Libyens autorisés à négocier leur patrimoine immobilier


La Libye envisage de lever «prochainement» les subventions sur le carburant, l’électricité et les produits alimentaires de première nécessité, qui lui coûtent actuellement cinq milliards de dollars par an, a déclaré lundi à l’AFP le Premier ministre Choukri Ghanem. Celui-ci a expliqué que ces nouvelles mesures visaient à «renforcer et libéraliser l’économie», gravement atteinte durant les années de sanctions internationales, européennes et américaines imposées à la Libye, dont le régime du colonel Mouammar Kadhafi était accusé de soutenir le terrorisme.

Le Premier ministre a reçu en 2003 du colonel Kadhafi la mission de rouvrir le pays aux investisseurs étrangers après 20 ans de mise en quarantaine internationale, le dirigeant libyen ayant réglé plusieurs de ses contentieux avec l’Occident, notamment les Etats-Unis. La première des mesures économiques, a précisé Ghanem, concerne la levée des subventions sur les denrées alimentaires de première nécessité (sucre, thé, huile, farine, riz...) et dont le montant s’élève à 2 milliards de dollars par an. Mais il a souligné que cette levée s’accompagnerait d’une augmentation de 150 dinars (130 dinars = 100 dollars) du salaire mensuel, d’une baisse des impôts et une suppression des intérêts bancaires. Le salaire minimum en Libye est de 150 dinars mensuels.

Le Premier ministre a précisé que l’augmentation des salaires serait applicable aussi aux sociétés étrangères et qu’une loi serait promulguée en ce sens.

Après «une réévaluation des salaires qui permettra au citoyen libyen de toucher autant que d’autres ressortissants de pays pétroliers», l’Etat lèvera les subventions sur l’essence qui lui coûtaient 2 milliards de dollars par an, a poursuivi Ghanem.

· Produits de première nécessité

Le litre d’essence est à 0,11 dinar en Libye et la contrebande du carburant est très active en direction des pays voisins, tels la Tunisie et l’Egypte.
Concernant l’électricité, les subventions seront levées pour les Libyens consommant plus de 500 kilowatts par mois, a-t-il ajouté, soulignant que son pays avait ces deux dernières années investi dans ce domaine pour 7 milliards de dollars.

Le Premier ministre a critiqué la politique de subventions menée jusqu’ici en Libye, dénonçant ses effets pervers, notamment la «corruption au sein de l’administration et la contrebande». Il a en outre fait état de «plus de 270.000 chômeurs libyens». Il y a cinq millions d’habitants en Libye, mais le chiffre de la population active n’est pas connu.

Cependant, Ghanem a soutenu que «ce chiffre (de chômeurs) n’est pas énorme car il y a deux millions d’étrangers travaillant en Libye, qui seront remplacés progressivement par des Libyens, dans le cadre de nouvelles lois en cours d’élaboration».

Aux termes de ces lois, les sociétés étrangères seront tenues d’employer un nombre de Libyens supérieur à celui des étrangers et aussi de réévaluer les salaires de tous les employés», selon le Premier ministre.
Il a aussi précisé que son pays avait besoin de «120.000 nouveaux logements, dont le nombre doit être doublé au début 2010». Selon lui, les Libyens auront désormais le droit de négocier leur patrimoine immobilier, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici.

En octobre, Ghanem avait estimé les réserves pétrolières de la Libye à 47 milliards de barils, soulignant qu’elles pourraient être encore plus importantes. La Libye a pour ambition de doubler sa production pour atteindre 3 millions de barils par jour en 2010.

Casablanca,11 09 2004
Rédaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |