Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Un tigre dans votre moteur - Par Yann Rotil*

Ce slogan d’une publicité antique pourrait très bien caractériser votre “googleisme” effréné. L’objectif imagé donnait jadis “une aiguille dans une botte de foin”. Avec l’Internet, c’est pire.
La série noire continue.


Les moteurs de recherche se sont imposés comme un élément-clé pour générer un trafic sur votre site Internet. Google, le plus connu des moteurs, a même été introduit au Nasdaq récemment après avoir fonctionné dans un garage à ses débuts.
Mais Yahoo! et Microsoft fourbissent également leurs armes et proposeront dans les mois qui viennent des améliorations de leurs technologies de recherche respectives. Il en faut, car Google détient 54 % du marché de la recherche sur le Web, ce qui va amener les autres moteurs à fonctionner sur un modèle proche. Mais quel est ce modèle ?

Un moteur de recherche est en fait basé sur deux éléments principaux : un robot logiciel (spider) qui parcourt le Web et qui archive les pages qu’il visite, on dit alors qu’il les indexe ; et un algorithme de recherche qui lui permet de trier les réponses à une recherche donnée.
Les moteurs “rafraîchissent” leur index régulièrement, ils constituent ainsi une énorme base de données des pages disponibles sur Internet. À titre d’exemple, Google a recensé à ce jour près de 4,3 milliards de pages, ce qui est encore loin de constituer l’ensemble du Web. Notons que nous parlons bien de pages et non pas de sites, ce qui constitue l’une des principales différences avec les annuaires de recherche.

Indexation fastidieuse

Votre site est indexé s’il figure dans la base de données (l’index) d’un moteur de recherche. Pour savoir si c’est le cas, il vous suffit de faire une recherche sur une de vos pages, en tapant www.votresite.com directement dans le moteur. Si une réponse apparaît, vous y êtes. Dans le cas contraire, il va falloir ajouter votre site à l’index.
Pour cela, il vous suffit d’aller à la page http://www.google.com/addurl.html et d’y entrer l'adresse complète de votre site, y compris le préfixe “http://”, mais sans guillemets. Dans le champ “commentaire”, vous pouvez entrer une description succincte de votre site et de sa mission ou spécifier quelques mots-clés décrivant le contenu de vos pages. (1)
Lors de la prochaine exploration du Web par son robot, Google prendra probablement en compte votre site. C’est une opération qui peut prendre plusieurs semaines. Mais attention, soumettre votre site ne signifie pas forcément qu’il sera pris en compte ; et figurer dans l’index ne veut pas dire être bien placé pour les recherches.
Votre site est en fait bien positionné s’il apparaît sur la première page (ou sur la deuxième) d’un moteur pour une recherche donnée. Les moteurs donnent en général 10 réponses par page. Pour obtenir ce résultat intéressant, il convient donc d’optimiser votre site pour que l’algorithme du moteur le classe le mieux possible, sachant que le fonctionnement de ce fameux algorithme est un secret jalousement gardé par chaque moteur.

Intelligence artificielle

Pour ce qui est de Google, voici quelques détails sur son fonctionnement, qui vont vous aider à bien positionner votre site.
Lors du rafraîchissement de son index, Google attribue une valeur numérique comprise entre 0 et 10 à chaque page qu’il parcourt. On appelle cette valeur numérique le “Page Rank”. Lors d’une recherche donnée, le moteur remet les pages de son index par ordre décroissant de “Page Rank” : des plus élevés aux plus faibles.
Pour obtenir un bon “Page Rank”, il faut tenir compte d’une centaine de critères qu’il serait trop long à énumérer ici. Mais disons, pour être concis, qu’il existe des critères propres au site lui-même. Exemple, la page “www.monsite.com/voiture_sport” a des chances de bon positionnement pour la requête “voiture sport” : en gros, plus il y a de texte avec une récurrence des mots-clés choisis, et meilleures sont les chances de positionnement.
Les autres critères sont extérieurs au site. Face à l’accroissement du nombre de pages disponibles sur le Web, les moteurs améliorent sans cesse leur algorithme de manière à rester efficaces pour apporter les réponses souhaitées par les chercheurs. Ainsi, la popularité d’un site est devenue un critère prépondérant. Pour un moteur de recherche, un site est populaire non parce qu’il est très visité, mais lorsque de nombreux autres sites proposent un lien vers lui. Autrement dit, vous pouvez avoir le plus beau site du monde avec le contenu le plus pertinent, s’il n’y a pas un lien qui pointe vers lui, il sera mal classé. À l’inverse, un petit site vers lequel de nombreux liens sont dirigés aura un meilleur classement.
La dernière tendance en matière de recherche est la suivante : ce n’est plus le nombre de liens pointant vers un site qui est le plus déterminant, mais aussi leur “qualité”. La qualité d’un lien se définit par le “Rank” de la page sur laquelle le lien est placé. Autrement dit, quelques liens provenant de pages ayant un “Rank” élevé valent mieux qu’une multitude de liens venant de pages avec un faible “Rank”.

Idéalement, la problématique de positionnement doit être prise en compte avant de développer le site. Les conseils suivants vous aideront dans votre démarche de référencement.
• Conservez un code html simple. Les moteurs sont des animaux sensibles ! Plus le code est simple (sans animation, sans pages actives…), et meilleures sont vos chances de figurer en bonne position. Même si certains moteurs commencent à indexer le flash, les résultats seront toujours meilleurs avec un site statique. Pour ce qui est des sites dynamiques (en base de données), ils sont plus difficiles à positionner. Mais si la problématique est appréhendée dès la phase de conception du site, l’utilisation de certaines techniques de réécriture de l’adresse de différents dossiers d’un site (URL), ou de génération automatique des titres de page donne d’excellents résultats.
• Le choix de mots. Il est très difficile de positionner un site pour des mots uniques tels que “hôtel”, “Internet” ou encore “voiture”. De plus, ce n’est pas forcément intéressant : si votre hôtel est à Beyrouth, il vaut mieux positionner votre site par un couple de mots, “hotel beyrouth” par exemple. Les recherches sur 2 mots-clés représentent 1/3 des recherches, sur 3 mots-clés 25 %, sur 1 mot 19 % et sur 4 mots 13 % (étude Onestat, août 2004). On voit donc qu’il n’est pas inutile de concentrer ses efforts sur des recherches composées de plusieurs mots : en effet, plus la recherche est spécifique, et plus le résultat est facile à obtenir. Un petit nombre de requêtes est compensé par leur qualité : peu de personnes chercheront par exemple “hotel quatre etoiles beyrouth”, mais celles qui le feront cherchent réellement ce type d’hôtel dans votre ville. Si votre site est la première réponse et qu’il offre en plus la possibilité de réserver, vous aurez de grandes chances de gagner un client !
• La pertinence. Pour vous assurer de la pertinence des mots-clés, vous pouvez lancer une recherche sur ces mots dans un moteur de recherche. Le moteur affiche alors le nombre de réponses : si ce nombre est moins de 20 000, vous aurez toutes les chances de bien figurer si votre site est bien optimisé. S’il est inférieur à 200 000, ce sera bien sûr plus dur, mais toujours faisable en y mettant le temps et l’expertise nécessaires. Au-delà de 500 000, c’est très difficile.

(*) Directeur d’ebizproduction (www.ebizproduction.com).
(1) On ne peut pas payer un moteur de recherche pour “acheter” un bon positionnement. Mais il y a ce qu’on appelle les “sponsored links”, payants ceux-là. Ils feront l’objet d’un prochain article.


Beyrouth,11 02 2004
Yann Rotil
Le Commerce du Levant
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |