Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Maroc : Congrès de l’eau - L’accès à l’eau conditionne le développement durable

· 120 entreprises présentent leurs technologies
· Les plus originales: des conduites d’eau antisismiques et des systèmes de télégestion de la production


Beaucoup de monde au congrès de l’eau de Marrakech qui en est à sa quatrième journée ce mercredi. Et ce n’est pas pour autant que les 2.300 participants se relâchent.

“Le programme scientifique est très enrichissant, bien qu’il n’ait pas de thème fédérateur”, commente ce professeur universitaire et chercheur. Dans la conception de son congrès mondial, l’IWA préfère aborder tous les domaines liés à la problématique de l’eau avec 500 ateliers techniques. L’accès à l’eau pour un développement durable est le message de cette conférence.

Hier, les débats ont concerné la collecte des eaux pluviales et les innovations dans le traitement des eaux usées et également le traitement de l’eau potable. “Il est toutefois dommage, estime un congressiste marocain, que le Maroc ne puisse pas profiter de la présence de tous ces cerveaux spécialisés dans le domaine de l’eau et programmer un brainstorming avec la participation de ces derniers et définir une fois pour toutes, le problème du Maroc dans le domaine de l’eau, la réglementation…”

Du côté de l’exposition, l’on ne chôme pas non plus. Les stands des 120 entreprises présentes avec leurs dernières technologies ne désemplissent pas, à l’instar de cette entreprise marocaine qui détient la carte japonaise Taisée KiKO. Elle présente du matériel de conduites d’eau avec des normes antisismiques qui, même en cas de secousses fortes, ne se cassent pas. Les Japonais sont très à la pointe dans ce domaine. Et les démonstrations se font sur place.

Autre démonstration, celle de Lydec qui, pour ce salon, a déporté son bureau de central de téléconduite. Une plate-forme unique qui permet de contrôler à distance les trois réseaux à la fois: l’eau, l’électricité et l’assainissement. Une technologie développée par Siemens et Telegyr Systems. A partir du stand, les agents de Lydec repèrent les éventuelles pannes, les niveaux de l’eau.

Dans la télégestion de la production de l’eau, le dernier né de la gamme Sofrel, le S 550 qui a comme particularité sa compatibilité avec tous les supports de télécommunications, y compris des bornes GSM.

--------------------------------------------------------------------------------

Les couacs de l’organisation

Si l’organisation scientifique a été parfaite pour la plupart des participants, celle logistique a laissé sur leur faim au sens propre d’autres, notamment face au prix qu’ils ont payé: 750 euros pour les étrangers et 450 euros pour les Marocains. Dans ce prix, sont inclus la participation au congrès, la documentation et de petits sandwichs consommés sur place. Mieux encore. Dans certains ateliers, de nombreux participants n’ont pas pu trouver où s’asseoir.

D’autres congressistes se sont retrouvés sans inscription, même s’ils ont payé d’avance. Un autre cafouillage concerne la remise des badges. Il faut dire que ce congrès a eu trois organisateurs qui malgré les concertations ont chacun tiré la couverture à soi: l’IWA d’abord, l’AMEPA et le prestataire Atlas Voyage. Cependant, il n’y a pas que des points négatifs dans cette organisation. La présentation des conférenciers et de la séance inaugurale a été originale en faisant un sérieux coup de pub à Marrakech.


--------------------------------------------------------------------------------

Les poissons asexués

“A force de jeter des préservatifs dans les cuvettes et aussi des pilules contraceptives dans une région de l’Australie, les poissons de cette région sont devenus asexués. Ce n’est pas une blague, mais un thème sérieusement débattu dans un des ateliers du congrès de l’eau qui se tient à Marrakech. L’atelier est animé justement par un expert australien dans le domaine de l’eau.

Casablanca,09 27 2004
Badra Berrissoule
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |