Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Industrie textile-habillement : La Turquie est la seule à gagner des parts de marché

· Elle a diversifié ses débouchés en Europe et perce sur le marché américain
· Au mieux, les positions du Maroc et de la Tunisie font du surplace
· Bonne performance des exportateurs marocains sur le marché espagnol


Diversifier les débouchés et percer sur l'immense marché américain. Les pays du sud de la Méditerranée n'ont pas relevé ce double challenge. Ils restent fermement agrippés au marché européen, hésitant à aller défier l'ogre chinois sur le marché américain.

Seule la Turquie a réussi à se frayer une place aux Etats-Unis, constatent les experts de l'Institut français de la mode (IFM). En 2003, sa part de marché y était estimée à 2%.

Autre caractéristique: la région exporte peu de tissus. Ce sont les articles tissés et de maille qui prédominent dans leurs exportations textiles. L'année dernière, ils représentaient plus de la moitié des ventes de l'habillement du Maroc (54%) et 75% des exportations de la Syrie. En fait, les vêtements tissés constituent le point fort des pays du Maghreb alors que la Turquie a opté pour la maille. Au niveau des débouchés, même rupture. Les exportations marocaines vers l'Europe se concentrent sur la France, l'Espagne et le Royaume-Uni (82%). Plus grave, cette concentration s'est accentuée entre 2000 et 2003 alors que la part de marché du Maroc a reculé de 0,3 point (de 6,3 à 6%). Sa position s'est légèrement renforcée sur le marché espagnol (de 20 à 28%), mais au détriment des autres destinations.

Les exportations tunisiennes sont, elles, un peu moins concentrées (73% réalisées sur la France, l'Italie et l'Allemagne). Mais la part de marché de la Tunisie dans l'UE a, elle aussi, diminué (de 7,3 à 7,1%). En revanche, les exportations turques sont mieux réparties entre les pays européens. De plus, elles ont progressé, passant de 8 à 10% entre 2000 et 2003. Très présente sur le marché allemand, la Turquie gagne des points au Royaume-Uni et en Espagne. Quant aux ventes de produits chinois, elles sont peu concentrées (50% sur les trois premiers marchés) et évoluent favorablement dans tous les pays européens.

En définitive, estime l'Institut français de la mode, si les exportateurs maghrébins ont perdu des parts de marché dans l'UE, c'est avant tout à cause de la compétitivité des produits turcs. “Cependant, si la Turquie apparaît aujourd'hui comme le concurrent le plus redoutable, en janvier 2005, la donne risque de changer”, soulignent les experts français. En effet, pour l'heure, les importations européennes en provenance de la Chine restent limitées par le système de quotas. Une restriction qui disparaîtra dès l'année prochaine.
M. K.

--------------------------------------------------------------------------------

Le succès de l'Asie ne tient pas qu'aux bas salaires

Les coûts salariaux des pays du pourtour méditerranéen représentent entre 5 et 15% des coûts européens. Cet avantage disparaît face aux exportateurs asiatiques. Leurs charges salariales varient en effet entre 50 et 100 euros. De plus, les bas salaires ne compensent pas toujours l'écart de productivité et le surcoût de l'électricité, du transport et des télécommunications.

En revanche, l'Asie affiche à la fois une productivité plus élevée, des salaires plus faibles et des tissus moins onéreux. Ce qui lui permet de proposer des articles moins chers de 50 à 60% comparés au Maroc ou à la Tunisie. A cela s'ajoute l'effet du taux de change. Avant 2001, l'ascension du dollar par rapport à l'euro a favorisé le transfert des commandes de l'Asie vers la périphérie de l'Europe. Depuis 2001, renversement de tendance au profit de l'Asie et de la Chine en particulier, qui récolte le bénéfice de l'ancrage de la devise chinoise au dollar.

Concernant la proximité, ce facteur favorise la réactivité dans un secteur où se généralisent les flux tendus. Mais elle devient relative avec le recours croissant au frêt aérien. Ce mode de transport concernerait 10% des exportations chinoises. Son coût dépend non seulement de la distance mais de la fréquence des vols, de la taille des porteurs et de la stratégie des compagnies aériennes.

Casablanca,08 31 2004
Rédaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |