Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

La nécessaire relance du tourisme en Irak...

Quelle idée de promouvoir le tourisme en Irak et d’appeler les professionnels libanais à y coopérer. Pourtant, Dlair Ismaïl, président du syndicat des hôteliers en Irak, ne se laisse pas abattre par l’adversité.

Dans le secteur hôtelier, les dernières statistiques remontent à 1985. À cette époque, dit Dlair Ismaïl, l’Irak avait une capacité d’accueil de 100 000 lits répartis sur tout le territoire. Mais ce nombre, 20 ans après, a bien diminué et, en tout cas, n’est plus suffisant, même pour héberger les pèlerins qui voudraient visiter les lieux saints.

Car dans la prochaine stratégie qui doit être adoptée par les autorités irakiennes concernées, le tourisme religieux, peu influencé par la situation interne, figurera en tête de liste, avec les villes saintes de Najaf et Karbala, plus en deuxième phase d’autres lieux, chrétiens, ou même “œcuméniques” comme à Our, le lieu de naissance d’Abraham. La ville de Bagdad vient juste après, car pour une agglomération de 5 millions d’habitants sur 1 000 km2, il n’y a que 5 000 chambres plus ou moins opérationnelles. Une capacité qui n’est même pas suffisante pour la foire internationale. Sans parler des hommes d’affaires et des cadres spécialisés dans la reconstruction.

Côté tourisme pur, qui reprendra peut-être un jour, l’Irak est un foyer des antiques civilisations babylonienne et assyrienne, et pays de richesses naturelles : montagne du Kurdistan, lieux de villégiature, le Tigre et l’Euphrate, sources d’eau minérale chaudes et froides…

Dans tous les cas, l’Irak aura besoin de toutes formes d’investissements et d’interventions : complexes touristiques, ressources humaines, modernisation des structures de transport, instituts hôteliers. On envisage même, vu l’urgence, de transformer les dizaines de palais de Saddam en hôtels et structures d’accueil. «Les Libanais, qui excellent dans le secteur touristique, sont appelés, ajoute Dlair Ismaïl, à donner à l’Irak un coup de pouce dans tous les domaines».

Les lois ayant trait aux marchés de l’investissement sont sur le point d’être promulguées. Et l’Irak et le Liban ont signé, il y a six mois, un protocole de coopération. Les deux signataires, l’Association des hôteliers en Irak et le Rassemblement des syndicats touristiques au Liban, doivent explorer ensemble ce qu’il est possible de faire, où, et surtout quand. Mais il est toujours bon d’être le premier arrivé, «surtout lorsqu’on est porteur d’une nationalité acceptée par l’ensemble du peuple irakien».

Claudine Hardane
Extraits d’une intervention faite en marge du Salon Horeca, lors d’une conférence thématique.


Beyrouth,07 19 2004
Rédaction
Le Commerce du Levant
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |