Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Microcrédit : Al Amana leader de la région MENA

· Développement rapide avec plus de 1,4 milliard de DH en 7 ans
· Des prêts mieux adaptés aux défavorisés, en moyenne de 2.439 DH
· Atouts: maîtrise des charges, coût financier faible et forte pénétration de marché


Comparé à huit autres associations de microcrédits de la région MENA(1), «Al Amana a reçu la mention trois étoiles «***» pour la bonne qualité des informations fournies au MIX(2) et le niveau de la documentation qui les accompagne», selon son rapport présenté dernièrement au conseil d’administration d’Al Amana.

Quoiqu’elle soit encore jeune, l’association gère des ressources qui dépassent le double de la moyenne globale de l’échantillon. L’institution est dotée d’un réseau d’agences sept fois plus important que celui de ses pairs et déploie des effectifs importants pour servir une large base de clientèle. Elle dispose en effet de 125 antennes et emploie plus de 421 personnes, dont 311 agents de terrain actifs.

A fin décembre 2003, le nombre de ses clients actifs atteint 101.553 contre 78.114 personnes en 2002. Même à ce dernier niveau, le portefeuille d’Al Amana, qui octroie essentiellement des prêts de cautionnement solidaires, est considéré par le MIX comme ayant «une portée impressionnante à plus de cinq fois les résultats des pairs régionaux ou globaux ». Pris en compte, le jeune âge des activités renforce cette dynamique.

Depuis sa création en 1997, l’encours a été multiplié par 78 fois. A fin 2003, il est à plus de 247,7 millions de DH, soit un engagement moyen de 2439 DH par bénéficiaire. «Les prêts distribués, dont le montant représente en moyenne moins de 20% du produit national brut par habitant, sont plus adaptés aux capacités financières des couches pauvres», souligne l’expertise.

Jusqu’en 2003, Al Amana a distribué plus de 1,47 milliard de DH pour 460.776 clients, dont près de 263.334 sont des femmes. Malgré cette croissance fulgurante des crédits, «Al Amana maintient une forte pénétration des populations exclues des circuits financiers traditionnels». Cette croissance rapide du négoce est faite dans une profitabilité élevée. Le MIX estime que «la prestation de microcrédits accorde à Al Amana un fort rendement positif sur ses actifs». Parmi les plus forts de la région, ce rendement est réalisé à hauteur de 37%, un peu moins que les moyennes globales, sur le portefeuille de clients actifs auxquels bénéficient 90% des engagements. Une allocation au-dessous de celle de l’échantillon mais qui maximise le rendement total des actifs. Pour le coût financier des opérations, l’institution en garde une bonne maîtrise, ce qui permet de garder le maximum des revenus gagnés sur le portefeuille. La structure des ressources, formées essentiellement de dons, facilite davantage cette gestion. Aussi la qualité du portefeuille lui confère un minimum de charges pour constituer sa provision pour prêts irrécouvrables.

Al Amana dépense en revanche plus de charges d’exploitation en pourcentage des actifs que la moyenne des institutions du Benchmark. Rapporté au produit qui le génère, ce coût est beaucoup plus faible que ses pairs. Le ratio des charges au portefeuille donne pour chaque dirham en circulation un coût de 25 centimes alors qu’il est de 40 pour les autres associations. Cette dynamique est renforcée par une bonne productivité des effectifs dont chaque membre sert en moyenne 250 clients, environ le double de la norme régionale.

--------------------------------------------------------------------------------

Atouts et défis

Al Amana se place aujourd’hui, selon le MIX, comme leader régional dans la prestation de microcrédits à des clients de couches défavorisées. Sa forte rentabilité, bonne maîtrise de coûts financiers et forte pénétration de marché sont autant de facteurs de croissance, qui impliquent aussi des défis. Les plus urgents concernent d’une part son accès au marché des capitaux nationaux et internationaux pour financer sa croissance, et d’autre part des partenariats avec d’autres acteurs financiers pour servir davantage de services à ses clients.

--------------------------------------------------------
(1) Al Amana est comparé à ABA, DBACD et RADE en Egypte, JMCC et MFW en Jordanie, Al Majmoua au Liban, Fondep au Maroc, et FATEN en Palestine.
(2) Le Microfinance Information eXchange est une organisation à but non lucratif qui aide à l’élaboration d’une infrastructure de marché pour la microfinance à travers la collecte de données, outils de suivi de performance et de benchmarking, ainsi que des services d’informations spécialisées. Elle est issue d’un partenariat entre le CGAP, la Citigroup Foundation, la Deutsche Bank Americas Foundation et d’autres.


Casablanca,06 08 2004
Bouchaib El Yafi
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |