Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Vers une société universelle de consommation ? La mondialisation libérale contre les sociétés traditionnelles ?

La mondialisation « heureuse » est de plus en plus contestée au nom de l’égale répartition des richesses et de la défense de la diversité culturelle. L’angoisse d’un monde sans frontières serait-elle liée au malaise des civilisations ?

Au début des années quatre-vingt dix, la chute du bloc communiste semblait lever ce qui avait été pendant plusieurs décennies le principal obstacle à la diffusion du modèle d’une économie de marché à toute la planète.

Interprété par certains comme une victoire du libéralisme économique et politique, cet évènement ouvrait la voie à une période dite de « mondialisation ». Ce phénomène a consisté depuis lors dans un processus d’élargissement de la sphère du marché et de généralisation du libre-échange par delà les limites géographiques, culturelles ou politiques liées à la permanence des nations, des régions, des structures sociales. Ce mouvement économique d’ampleur suscite aujourd’hui des interprétations très contrastées : l’enrichissement des populations grâce au progrès technique et à l’augmentation des échanges s’accompagnerait non seulement d’une inégale répartition des fruits de la croissance, mais également d’une dilution des traditions et particularismes culturels, d’une perte de sens et de repères liée à l’assimilation au marché mondial. Surtout, la mondialisation libérale rencontre aujourd’hui des résistances qui interrogent son avenir, et qui tiennent autant au développement d’un mouvement international de contestation, dit alter-mondialiste, qu’au retour du protectionnisme sous l’effet de la crise économique.

Dans le contexte actuel, plusieurs questions se posent quant à la réalité même et au sens à donner à la « mondialisation ». Et d’abord il y a lieu de se demander, au vu des récentes réactions protectionnistes, si la mondialisation est bien le phénomène annoncé, une évolution durable du monde, ou s’il s’agit d’un moment, d’une phase libérale de l’histoire économique, qui peut se retourner avec les mouvements de la croissance et les décisions de politique économique des Etats. Et si la tendance à la mondialisation se confirme, quelles sont alors les capacités de résistance du monde ancien, des sociétés traditionnelles, rurales ou industrielles, des identités culturelles face à un mouvement en principe économique, mais qui est souvent vécu comme une uniformisation socioculturelle ? De fait, cette perception inquiète de la mondialisation suppose qu’il ne s’agit pas uniquement d’un phénomène économique et que le libéralisme n’est pas synonyme de neutralité, mais est culturellement marqué par l’influence occidentale et américaine en particulier : la mondialisation serait ainsi le véhicule d’une exportation par l’Occident de ses modèles socio-économiques et culturels – organisation et encadrement de la société par le marché du travail et les entreprises, consommation de masse… Mais il faudrait se demander si la réaction de rejet que suscite la mondialisation tient uniquement à la crainte d’un alignement de l’ensemble du monde sur les puissances occidentales. Peut-être y aurait-il lieu également de prendre en compte l’angoisse qui naît de la perspective d’une disparition des frontières, des repères et des identités culturelles sous la pression du marché, et de mener une réflexion lucide sur les liens qui existent entre la mondialisation et le renouveau du radicalisme identitaire, religieux ou ethnique.

« Vers une société universelle de consommation ? La mondialisation libérale contre les sociétés traditionnelles ? », le parti pris de cette interrogation est d’adopter une approche du phénomène « mondialisation » qui prenne en compte toutes ses dimensions, économique, sociale, culturelle, politique… Dans cette perspective, parce que la « mondialisation » reste encore dans le débat d’idées un mot vague, il n’est pas possible de s’en tenir aux concepts et aux principes ; il faut recourir aux témoignages de ceux qui vivent les effets de ce regain de libéralisme partout où ils se font sentir, qu’ils soient perçus comme positifs ou bien négatifs, afin d’appréhender le phénomène dans sa réalité et sa diversité. Cette approche pragmatique du problème devrait permettre d’enrichir le débat qui oppose mondialistes et alter-mondialistes ; ce débat porte principalement aujourd’hui sur les modalités libérales de la mondialisation, auxquelles les alter-mondialistes, critiquant le rôle dominant des multinationales et des institutions internationales financières, commerciales ou monétaires, veulent substituer des notions d’égalité, de solidarité, de partage. Il faudra s’interroger sur cet accord profond qui existe au sujet d’un idéal commun aux deux camps, celui d’un monde sans frontière ni limite, monde rêvé de l’après Guerre froide où les résistances liées aux stratégies de puissance des deux blocs auraient disparu. A l’heure où des radicalismes culturels et identitaires de tous horizons prétendent en réaction marquer avec violence l’existence de telles limites, entre les religions, les peuples, les ethnies ou les civilisations, il faudra faire l’examen des effets pervers qu’a pu produire, au cours des dix dernières années, la fiction d’un monde postmoderne d’échanges et de mélanges universels.

Paris,02 23 2004
Rédaction
Euromeda
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |