Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Forum Euromed à l'Unesco - Le grand danger intégriste

· Trois intégrismes, une différence: les droits de l'individu
· Le cas turc sera déterminant
· Le développement économique: navrant!


«LES intégristes musulmans, juifs et chrétiens sont exactement les mêmes, avec une petite différence». Dans la salle archicomble, on ne s'attend pas à ce que cette petite voix timide dise des choses fondamentales: “le respect des droits de l'homme”.

Puis elle raconte des expériences vécues. Dans les quartiers intégristes en Israël, il ne fait pas bon être une femme, vous pouvez, dit-elle, recevoir des pierres parce que vous n'avez pas la tête rasée en signe de soumission. Chez les intégristes chrétiens, ils n'oseront pas envoyer des pierres, mais ils vont lancer des anathèmes et insultes. Dans certains endroits en Iran ou en Arabie saoudite, vous risquez aussi de recevoir des pierres et des insultes. “Mais la différence commence là, dit Caroline Fourest, dans beaucoup de pays musulmans, l'Etat ne punira pas ceux qui vous auront agressé, en Arabie saoudite et en Iran, il leur prêtera main-forte”.

Un petit visage juvénile, une tunique qui est un mélange entre un design à la fois slave, arabe et européen... Caroline Fourest est une personne dont il faudra retenir le nom, lequel d'ailleurs n'est pas inscrit au programme.

Sans doute quelqu'un, dans les hautes sphères de l'organisation du Forum euroméditerranéen qui se tient à l'Unesco (à Paris), sous le haut patronage du président de la République française, a-t-il trouvé qu'il est nécessaire d'entendre ce que cette toute jeune femme a à dire. C'était bien vu, car, avec un petit groupe de camarades, elle vient de terminer un travail d'enquête universitaire sur les intégrismes, juif, chrétien et musulman.

Grâce à leurs observations, l'atelier “Islam, démocratie, laïcité: opposition indépassable” sort du ronron. Celui-ci est certes exact, mais n'apporte rien de bien opérationnel, quand il dit: “les terroristes ne sont pas de bons musulmans”. Tout le monde sait bien que les visions intégristes ne sont pas du tout celles du vrai islam. Mais là où il n'a pas de réponse au vrai problème, c'est comment faire pour mettre à l'abri (moralement et corporellement) les musulmans, qui sont les premiers visés, physiquement visés par les intégrismes? C'est un peu dommage qu'il n'y ait pas eu d'intellectuels marocains (ou d'opérationnel de la sécurité), il y aurait eu à dire et partager sur le partage et le savoir-faire qui maintient la liberté des gens tout en mettant à l'ombre les extrémistes.

· «Voie marocaine»

C'est un Portugais, Alvaro de Vasconcelos, directeur de l'Institut des études étrangères et internationales de Lisbonne, qui claironne tout le bien qu'il pense de la “voie marocaine”. Il détaille les années de transition depuis la fin du règne de Hassan II, “transition qui passionnait les Marocains”. Mais il n'a pas vraiment le temps d'aborder la plus dure des phases, celle de la démocratisation à l'épreuve de l'intégrisme et même du terrorisme. Les Turcs sont là en revanche, toujours en force, sachant toujours bien faire fonctionner la liberté des individus avec les messages des officiels (80 ans de démocratie parlementaire, ça donne un sérieux savoir-faire!) et des Turcs bien conscients d'être un laboratoire à l'échelle planétaire: “Si nous réussissons la conciliation de l'islam avec démocratie, laïcité et modernisme, la guerre des civilisations n'aura aucun lieu d'être, mais si nous ratons, alors...”, commentera dans un autre atelier, Ahmed Sever, conseiller du ministre des Affaires étrangères d'Ankara.

Reste un grand problème commun à tous les pays musulmans du sud de la Méditerranée: comment débloquer la croissance économique. En 1960, la différence de niveau de vie entre un Marocain et un Espagnol était de un à quatre, maintenant elle est de un à neuf. Enorme différence de rythme, où chacun s'accorde à penser que le moteur économique fonctionne au carburant démocratie!

A l'heure où nous mettons sous presse, les participants attendent avec le plus grand intérêt les interventions d'Hubert Védrine, ancien ministre français des Affaires étrangères et celle d'André Azoulay, conseiller de SM le Roi. Védrine doit présenter la “synthèse de clôture” et Azoulay la “déclaration finale”.

Accès aux médicaments:
Le coup de gueule de Himmich


LE Dr Hakima Himmich, par sa force de conviction, a réussi à faire évoluer l'agenda de la séance du Forum euroméditerranéen de Paris, consacrée à la santé. Elle sera, à plusieurs reprises, fortement applaudie par la salle. Sous le thème «médecine de riches, maladie de pauvres, comment réduire les inégalités», le Forum euroméditerranéen, qui s'est tenu jusqu'à hier au soir tard à l'Unesco, sous le haut patronage du Président de la République française, a réservé une grosse partie de sa matinée aux questions santé, domaine un peu surprenant au milieu des sujets de théologie, sécurité, terrorisme... Et pourtant, le domaine de la santé s'est révélé parfaitement pertinent.

En deux mouvements, le Dr Himmich a montré que les accords multilatéraux (OMS, accès aux génériques, et surtout Fonds mondial pour le sida, la malaria et la tuberculose...) étaient excellents, mais la tendance actuelle des Etats-Unis est au bilatéralisme. Et comme les Etats-Unis dominent les décisions politiques de la planète, et que leur industrie pharmaceutique domine les recherches comme le marché... pas besoin de faire un dessin! “Les pressions qui s'exercent sur un petit pays comme le Maroc dans les négociations bilatérales sont très fortes”, souligne Himmich. Pourtant, sur 100 médicaments qui sont lancés sur le marché, seulement un va concerner des maladies tropicales. “Alors, lance-t-elle, en quoi gênons-nous la marche des affaires pour que l'on cherche à nous imposer des règles aussi dures?!”

“Laissez-nous, dit-elle encore, appliquer les règles de la concurrence qui feront baisser les prix des médicaments dans nos pays en voie de développement” pour demander la libre introduction des génériques et une application plus conforme aux droits des malades des accords pour la production hors licence.

Enfin, elle réclame “un peu de transparence dans la formation des prix des médicaments”, au nom du pouvoir de négociation que doivent avoir les Etats du tiers-monde face aux grandes multinationales. Elle est naturellement approuvée par les conférenciers de haut vol qui l'entourent. Le représentant de l'industrie pharmaceutique n'a pas la tâche facile face à des charges de cette nature, représentant qui se trouve être... Ali Sedrati, président de l'Association marocaine de l'industrie pharmaceutique!

Casablanca,01 26 2004
Rédaction de l'Economiste
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |