Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Jean-Louis Mainguy : L’espace revisité

Jean-Louis Mainguy est français d’origine et libanais de cœur… Né au Liban, il a vécu en France, mais il est rentré au bercail, il y a près de 25 ans. Et depuis, il imagine, crée et conçoit des intérieurs avec un goût et une palette chaque fois renouvelés en poussant toujours plus loin dans la recherche et le raffinement. C’est un esthète qui tente de composer avec ce qui l’entoure sans pour autant en dénaturer l’essentiel. Il nous a donné rendez-vous au cœur de la montagne, à Faqra plus précisément, pour nous faire partager un chalet pas comme les autres !

Sortie tout droit de son imaginaire, cette résidence marque une nouvelle conception de l’espace, dans lequel, l’élément de circulation verticale, en l’occurrence l’escalier prend une place prépondérante. Celui-ci s’élève et s’étale telle une architecture « fantastique » et marque son territoire partout dans la maison. C’est l’axe principal, autour duquel la vie intérieure gravite et prend forme puisque chacun de ses paliers s’ouvre sur une nouvelle fonction : salon, chambre à coucher, pièce à vivre ou salle à manger, etc.

12

Dès que le visiteur pénètre dans ce chalet, l’escalier l’accueille et le dirige vers diverses destinations : il relie en effet les 5 niveaux ou demi-niveaux de la résidence. Structurellement, chacune des marches est composée de 5 pièces de bois superposées, l’une un peu plus longue que l’autre. Ces marches forment un support en porte-à-faux, c’est une structure autoportante. Jean-Louis Mainguy ajoute : « Cet escalier est un élément structurel et sculptural, il a un côté un peu « illogique » et « démesuré » comme s’il sortait tout droit de l’imagination et du rêve sans être passé par les filtres de la réflexion et du réel. Après coup, une fois réalisé, j’ai remarqué que cela ressemblait à l’univers onirique des œuvres de Maurits Cornelis Escher. Mais sur le moment, je n’avais pas fait le rapprochement.

34

Cet escalier, tout à la fois sublime et étrange (par son omniprésence et ses proportions) donne un caractère exceptionnel et irréel à cet intérieur. C’est une structure ascensionnelle qui prend l’aspect d’une spirale sans fin. D’ailleurs, l’idée de départ était de tenter de traduire dans l’espace la notion imaginaire d’ascension. Pour accentuer le côté un peu « fantastique » de cet intérieur, un des paliers intermédiaires débouche sur une passerelle en bois qui relie le corps principal de l’habitation à un coin feu insulaire. Cet élément horizontal fait contrepoids et donne la complémentaire à la verticale de l’escalier qui évolue sur les 5 niveaux grâce à ses fûts en spirale, surplombant le triple volume des réceptions.

56

L’autre aspect marquant de ce chalet est la présence à tous les niveaux (sauf chambre de maître) des cheminées. Elles contribuent à créer l’atmosphère conviviale chaleureuse que dégage cette demeure. En fait, on a envie de se lover dans un canapé face à l’une d’entre elles et d’oublier toutes ses fatigues : « L’espace était très vide, je l’ai rempli par le feu … La présence d’une cheminée crée un certain parfum, essences de bois divers… Et puis une cheminée même éteinte est un souhait, un souhait de feu, de chaleur, de confort voire de réconfort. »

Le choix des meubles contribue aussi à l’esprit que dégagent les lieux. Le style en est composite ; en fait, ils font « vieille campagne », campagne qui n’aurait pas d’identité propre. Ils sont aussi par certains aspects coloniaux (colonie des Indes). « Le parfum créé par l’amalgame de ces meubles dénote une ambiance surannée et une certaine vétusté (à ne pas comprendre dans le sens péjoratif du terme), vétusté qui a été sciemment provoquée pour appeler en nous les réactions de la « Madeleine de Proust. » Le mobilier a été traité « à la manière » des maisons de campagne, c’est-à-dire qu’il est issu d’un terroir, d’une tradition, sans pour autant qu’il n’en dévoile la véritable identité ou qu’il n’en détermine l’origine. Ce mobilier garde alors sa fonction première : l’utilité. Il est sans effets et sans fioritures, dépouillé de ce côté baroque qui finit par en altérer l’essence puisque l’essence même d’un meuble, est d’exister par sa fonction avant d’exister par son esthétique »...

78

Pour décorer ce chalet, Jean-Louis Mainguy a utilisé une palette de couleurs rappelant la terre, allant du jaune terre de Sienne aux couleurs de terres cuites, en passant par les terres d’ombres alliées la blondeur du bois de cèdre. Ces teintes sont tempérées par la présence de la pierre du pays : « J’ai voulu donner un aspect à la fois très brut, naturel, et en même temps peaufiné par le temps qui lui donne la valeur de l’authentique et la chaleur du vécu. Le concept de départ était une palette de terre et de feu, puisqu’il fallait réchauffer la demeure, vu les proportions hors normes des volumes et de l’espace, d’autant qu’en hiver, le blanc de la neige qui recouvre le paysage avoisinant devient la couleur dominante des lieux ; les matières, vieux cuir et velours ainsi que le bois ont eux aussi contribué à lier l’ensemble. »

Pour finir, l’ultime touche reste la collection de tableaux d’art contemporain qui ornent les murs. « Ils produisent un effet anachronique et contrastent avec l’esprit du mobilier meublant. Bien que cet anachronisme soit déroutant de prime abord, on ne peut s’empêcher de lui trouver le charme de l’étrange, ou encore celui des mariages d’amour. » En complément de la collection des tableaux modernes, une collection de suzanis du XIXème siècle (genre de tapisseries cousues en patchwork que l’on trouve dans le nord de la Turquie et dans les régions du Caucase).

910

Mis à part les chambres, tous les autres espaces n’ont aucun rideau qui ne vienne troubler la blancheur des murs, seules des vénitiennes en bois pendues aux fenêtres temporisent les paysages de neige. « Ce chalet a été décoré, il y a quelques années déjà. Mais il fallait qu’il vive un certain temps avec l’habitant, qu’il s’en imprègne, qu’il acquiert aussi une certaine patine, un vécu, car il faut donner le temps à tout nouvel espace de trouver son propre rythme, sa propre respiration avant de le saisir et de le figer sur pellicules. Entre temps, le côté humain s’est greffé sur l’installation de base. Ce chalet est la résultante d’un rêve anachronique et d’un concept qui peut paraître audacieux. C’est surtout et avant tout un exercice de style dans l’intemporalité de l’espace à vivre."


NOUN juillet 2003

Texte: Rania Abou Merhi
Photos : Albert Saikali




Photos :
1. Le fût central, composé d'une superposition de bois en encorbellements formant les marches en porte-à-faux, se déroule telle une spirale verticale infinie.
2. La piscine fait office de miroir d'eau qui conclut avec transparence le niveau intérieur du jardin.
3. Un éventail ouvert sur un espace total de 5 niveaux successifs. L'escalier monumental scuplte l'espace en le réchauffant par sa matière : le bois de cèdre.
4. La salle de bains de maître du dernier niveau rallie confort et esthétique. La pierre du pays a été mélangée à d'anciens carreaux de terrazo -Art Nouveau -, datant du Beyrouth des années 1920.
5. Espace délibérément ouvert pour plus de mixité entre les fonctions. Le mobilier est un amalgame de styles et d'époques, avec un accent colonial extrême-oriental.
6. Au rez-de-jardin la pièce à vivre s'ouvre vers la nature et la piscine, tandis que le canapé encastré dans le niveau de pierre appelle à la détente face à un feu de cheminée.
7. L'une des chambres d'amis, dont le lit à baldaquin a été composé à partir de grandes vis de moulin -en bois de fer- en guise de colonnades, et de balustrades anciennes en bois en guise de tête et de bas de lit.
8. La salle à manger dont la table en bois massif est composée de deux rectangles formant carré, est transformée en fonction des besoins et du nombre des convives. Les siège "Windsor" contribuent à créer une ambiance 'maison de campagne'.
9. Les couleurs sourdes de terre et de feu se font l'écho des briques de la toile d'art contemporain qui tempère par la présence du bleu l'ensemble de la palette.
10. Les balustres de la passerelle sont autant de poutres verticales faisant écho à celles du plafond supérieur. En arrière plan, l'escalier à double révolution qui dessert le niveau principal.


Beyrouth,09 22 2003
Rania Abou Mehri
Noun
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |