Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Maroc-Syrie : Des accords commerciaux fictifs

· Les échanges entre les deux pays ne dépassent pas 0,1%du commerce extérieur marocain
· La Syrie compte capitaliser sur l'expérience marocaine dans le marché européen


Les relations commerciales entre la Syrie et le Maroc sont encore à l'état embryonnaire. Les hommes d'affaires des deux pays essayent de dynamiser les échanges.

Dans cette optique, une rencontre d'affaires a eu lieu sous la présidence de la CGEM et de la Chambre d'industrie de Damas, hier lundi à Casablanca. Objectif: donner une dimension réelle aux accords signés à Damas le 23 octobre 2001 portant la création d'un haut comité d'affaires maroco-syrien. Et le défi qui attend les hommes d'affaires n'est pas des plus faciles.

En effet, et comme l'a souligné le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Télécommunications, Rachid Talbi El Alami, les échanges commerciaux maroco-syriens restent insignifiants. “Ils ne dépassent pas les 30 millions de dollars (environ 300 millions de dirhams). Ce chiffre représente à peine 0,1% de la totalité des échanges marocains avec l'étranger et 0,6% des échanges du Maroc avec les pays arabes”, a-t-il souligné. Et d'ajouter: “La création d'une zone de libre-échange entre les deux pays devient donc nécessaire pour dynamiser des rapports commerciaux mal en point”.

De son côté, la Syrie, représentée par son ministre d'Industrie Issam Azzaim, compte capitaliser sur l'expérience marocaine dans les marchés étrangers et surtout européens. “Le monde des affaires syrien attend beaucoup de ce partenariat. Nous tenterons de tirer le maximum de profit de l'expérience marocaine dans les marchés européens”, affirme Issam Azzaim. Outre la mise en place d'une zone de libre-échange nécessaire à la consolidation de rapports commerciaux jugés encore “insuffisants”, les deux parties se sont penchées sur les différents problèmes que rencontrent les investisseurs dans les deux pays comme le dédoublement des taxes, et les remparts douaniers à l'extension des échanges. “La plupart des protocoles d'accord signés à Damas en octobre 2001 sont restés lettre morte”, souligne un intervenant.

En plus, l'évolution des rapports commerciaux connaît aussi une certaine morosité. Ainsi, et depuis 1998, les importations du Maroc en provenance de la Syrie ont toujours avoisiné les 120 millions de dirhams. Il convient de noter à ce niveau que la Syrie a commencé depuis l'année 2000 à exporter du cahier vers le Maroc avec une moyenne de 20 tonnes par an.

Pour ce qui est des exportations vers ce pays du Moyen-Orient, elles ont rarement dépassé 172 millions de dirhams.

A titre d'exemple, les exportations marocaines étaient de 164 millions, alors que les importations représentaient 142 millions de dirhams en 2001. La faiblesse des échanges est principalement due au fait que “les exportations des deux pays soient pour la plupart des produits à faible valeur ajoutée”, explique un participant.

Casablanca,09 08 2003
Naoufal BELGHAZI
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |