Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Opinion - Euromed : Et après l'élargissement ?

· Le sud méditerranéen, menacé par l'adhésion des dix nouveaux membres?
· Démocratie, liberté d'expression, femmes… L'UE reste sceptique sur les progrès du sud


Jean Giono disait dans son livre La Méditerranée: "Ce n'est pas par-dessus cette mer que les échanges sont faits, c'est à l'aide de cette mer. Mettez à la place un continent et rien de la Grèce n'aurait passé en Arabie.

Rien de l'Arabie n'aurait passé en Espagne. Rien de l'Orient n'aurait passé en Provence, rien de Rome à Tunis. Mais sur cette eau depuis des millénaires les meurtres et l'amour s'échangent".

C'est avec cette introduction que le séminaire de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille a débuté ses travaux. Cette initiative entreprise par le ministère des Affaires étrangères et abritée par l'ESJ de Lille a regroupé plusieurs journalistes du sud méditerranéen et d'autres des pays de l'Europe de l'Est dont l'adhésion est prévue en 2004. "Euromed" était donc une occasion pour les uns et les autres d'apporter chacun ses craintes et ses attentes. Une semaine durant, des débats méditerranéens controversés ont atténué la canicule que connaît la France ces jours-ci.

Les relations avec la Méditerranée introduisent une volonté de reconstruire une nouvelle Europe après la Deuxième Guerre mondiale sur la base de réconciliation entre la France et l'Allemagne.

Or, la forte priorité accordée au sud s'est estompée au fil des années par rapport à deux enjeux. Le premier enjeu est appelé approfondissement de l'Union européenne, à savoir les deux questions de Valéry Giscard d'Estaing, quelles institutions et quelle politique pour demain? La question de l'élargissement n'a pas seulement une dimension économique. C'est une question vitale et symbolique qui lui permettra de rassembler ses frontières historiques et géographiques fondant sa civilisation. Le problème de la Turquie illustre parfaitement cette divergence d'intérêt au sein de l'UE. La Turquie, dont la quasi-totalité du territoire est en Asie, est en effet au coeur des débats européens sur les frontières.

Si la Turquie joint l'Union, est-ce que d'autres pays auront le droit d'adhérer? La question des frontières n'est donc pas géographique. Il s'agit de la réunion d'un certain nombre de peuples autour d'un certain nombre de valeurs. La paix et la démocratie en sont les pierres angulaires. Deux éléments délicats. C'est d'ailleurs ce qui traduit les difficultés à concrétiser les intentions qui se sont manifestées au Parlement européen. L'Europe n'a pas été en mesure d'aborder un dialogue euro-méditerranéen. Car plusieurs éléments que l'on voit moins fréquemment comme le niveau d'éducation, la corruption, la liberté de presse, la mal gouvernance, le statut des femmes… restent au point mort.

Quant à la paix, la question palestinienne n'est pas en reste.
L'idée d'un Etat palestinien a été une proposition européenne qui vient d'une déclaration adoptée à Venise dans les années 80. Or, cette même Europe se trouve en même temps incapable de contrecarrer l'influence américaine dans la région.

· Et après MEDA ?

Après l'achèvement du programme MEDA, le programme d'aides financières européennes aux pays du sud de la Méditerranée, la question qui se pose est: qu'est-ce qui suivra? "La difficulté à dépenser l'argent au niveau euroméditerranéen", cette remarque vient directement d'un haut responsable au Parlement européen qui préfère garder l'anonymat (démocrate certes, mais finalement pas téméraire!) . "L'angoisse des employés de la Commission est la complexité des procédures. La preuve est le décaissement tardif et insuffisant", renchérit-il. Le dialogue avec les partenaires du sud s'est avéré impossible. Le compromis historique avec les partenaires qui a "été confié aux délégations a montré son inefficacité. Les délégués subissent souvent la pression des systèmes locaux pour le financement de tel ou tel projet. Ce qui ne donne pas lieu à une véritable dynamique culturelle. La dérive technicienne de la commission, surtout dans la dernière période, d'essayer de manière bureaucratique pour une meilleure efficacité des procédures, de régler les problèmes qui ont leur source ailleurs a aussi été un amortisseur pour les partenariats socioculturels.

Aussi l'absence d'une réelle politique avec les partenaires civils n'a-t-elle pas encouragé l'avancement des processus de démocratisation. Pis encore, elle a donné l'occasion à la prolifération des mouvements islamistes qui servent d'alibi aux systèmes. A ce stade, il est impossible de nouer un partenariat économique sans marge pour la culture. C'est d'ailleurs l'une des failles du processus de Barcelone qui a trop focalisé sur les échanges commerciaux. Or, les véritables difficultés sont d'ordre culturel. Conclusion: après des années de va-et-vient, l'UE n'est qu'en phase de transition avec le sud de la Méditerranée. La conjoncture est défavorable aux PTM. L'adhésion en 2004 de 10 autres pays européens portera certainement un préjudice sans pareil au sud de la Méditerranée.


Casablanca,07 07 2003
Hayat KARIM-ALLAH
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |