Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

«Le nouvel ordre mondial est antérieur au 11 septembre» - Hubert Védrine, ex-ministre français des Affaires étrangères

· Il a tenté une approche historique des crises que connaît aujourd'hui le monde
· Il propose l'élargissement du Conseil de l'ordre et un droit d'ingérence plus discipliné pour contrecarrer l'«hyperpuissance américaine»
· «Si choc il y a, c'est celui de l'ignorance et non des civilisations»


Pas facile de survoler en moins d'une heure le monde de l'après-guerre en Irak. Les enjeux d'une intervention militaire américaine qui continue aujourd'hui encore de partager le monde ne se livrent pas facilement à la réflexion.

Hubert Védrine s'y est pourtant aventuré. En posant surtout les bonnes questions sur l'avenir des relations internationales. Invité par l'Association des centraliens du Maroc, l'ancien ministre français des Affaires étrangères a développé jeudi dernier à Casablanca un thème assez vaste que les spécialistes de la prospective manipulent avec beaucoup de précautions. D'entrée de jeu, Védrine fustige l'«unilatéralisme» américain qui «fixe le rôle et les attributions des organisations internationales, les marginalise en cas de besoin et classe les pays dans des axes en niant les communautés». L'ex-diplomate propose en alternative un «multilatéralisme revigoré». Une vision qui est aussi incarnée par les Nations unies.

Pour prendre le pouls de la situation mondiale et réfléchir sur ce qui est possible à entreprendre comme actions, Védrine propose un retour en arrière susceptible d'expliquer le présent. «La dernière décennie a été particulière dans la mesure où elle a connu une vague d'espérances inspirées par l'idée de la fin des conflits majeurs, que le consensus sur les valeurs économiques et politiques perdurera… C'est aussi la décennie de l'accord d'Oslo. La vision du monde arabe sur l'Occident se nourrissait aussi de cet espoir», explique Védrine.

En toile de fond, des signes avant-coureurs indiquaient que cette harmonie n'était pas aussi parfaite qu'il paraissait. Védrine parle d'un bruit de fond de terrorisme que l'optimisme mondial n'avait alors pu masquer. Durant la décennie 90, des clivages ressortaient et mettaient de plus en plus en relief cette tendance vers l'extrémisme. Pas forcément entre le nord et le sud, pauvres et riches, mais entre islam et Occident.

«Les USA avaient alors estimé que la dissuasion n'est pas suffisante et qu'il faut aller à la source du mal qui se trouve, selon la conception de Bush, dans l'islamisme». Un nouvel ordre mondial apparaît alors. Védrine ne le situe pas après le 11 septembre mais plutôt par rapport à l'élection du président américain G.W. Bush. Plusieurs théoriciens proches de ce dernier pensent que l'Amérique doit assumer sans complexe sa puissance militaire. Ce sont eux qui sont pour fermer la parenthèse du multilatéralisme, qui ont refusé l'accord de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et qui ont rejeté la mise en place d'une cour pénale internationale. «L'administration Bush, nourrie par ses idéaux, portait en elle le projet de l'intervention militaire en Irak avant même les événements du 11 septembre. C'était préprogrammé». Le 11 septembre, Védrine le considère comme une légitimation de la frappe contre l'Irak.

Les USA ont rendu le système onusien quasiment caduc. Les conséquences sur l'Europe ne se sont pas trop fait attendre. «Les Européens n'ont pas pu masquer leur désaccord. Essentiellement sur deux questions. L'Europe est-elle une puissance ou pas? et quels sont ses rapports avec les USA?» Chirac disait qu'il est inéluctable que le monde devienne multipolaire. Tandis que Blair pense que si le monde devient multipolaire, l'Europe devra en constituer un pôle. «L'Europe est un mot qui n'existe au singulier que si les pays européens accordent leurs politiques».

· Politique américaine durable?

Pour Védrine, même si Bush n'est pas réélu, sa politique continuerait d'agir. «Un président démocrate ne peut jamais revenir à la politique démocrate classique. C'est un cycle irréversible». Védrine se rappelle d'une question qu'il a posée à Henry Kissinger: une puissance peut-elle accepter des règles? Kissinger, concis, répond qu'il n'en est pas sûr. Pourtant, l'Amérique dans son aspiration à la domination rencontre des limites internes en rapport avec le financement des opérations qu'elle mène dans le monde et avec sa propre opinion publique.

Aujourd'hui encore, souligne Védrine, les USA jouent la carte de la thèse du clash des civilisations pour légitimer leur impunité. «Si choc il y a, c'est celui de l'ignorance». Celle-là même qui engendre le terrorisme. Quant à la situation proche-orientale et son rapport avec le terrorisme, Védrine, d'un point de vue rationnel, évite de déduire des corrélations. Pour lui, la solution du problème est dans l'édification d'un Etat palestinien viable. Un débat qui renvoie au système des Nations unies. Védrine propose ainsi en alternative de ce qu'il appelle «l'hyperpuissance américaine», un Conseil de sécurité élargi et plus difficile à contourner que celui des NU. Par ailleurs, le droit d'ingérence, souligne Védrine, doit être discipliné et les tutelles sur certaines parties du monde redéfinies. Car, ajoute le diplomate, «nous avons du mal à défendre l'ONU telle qu'elle est aujourd'hui».


Casablanca,07 07 2003
Mostafa Bentak
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |