Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

“L'avenir des pays du Sud passe par l'Europe” - Entretien avec Dominique Strauss Kahn

Interview de Dominique Straus-Khan

Pour l'ancien ministre français des Finances, les accords euro-méditerranéens sont le meilleur moyen d'amorcer l'insertion des pays en développement dans la mondialisation. Une condition cependant: les institutions internationales comme le FMI ou la BM doivent jouer leur vrai rôle de régulateur. Et à l'Europe de peser de tout son poids pour cette thèse.


· L'Economiste: Quel est le modèle d'insertion que doivent suivre les pays en développement pour la mondialisation?
- Dominique Straus-Khan: Une insertion trop rapide pourrait déstabiliser les économies nationales. En revanche, une autre plus progressive est la plus recommandée. Cela suppose évidemment l'existence d'institutions internationales capables de jouer un rôle de régulateur, comme le Fonds monétaire international ou la Banque Mondiale.

· Justement, vous vous faites l'avocat de ces institutions…?
- L'on peut toujours critiquer, et parfois à juste titre, les actions et mesures menées par ces institutions, mais l'on ne peut critiquer leur existence. Ils sont les seuls outils capables aujourd'hui de mener dans les normes cette mondialisation. C'est un amalgame et une erreur trop souvent commise par les antimondialistes.

· N'empêche que certaines critiques des antimondialistes sont vraies. C'est souvent la course vers la croissance du PNB et des laissés-pour-compte, notamment sur le plan social…
- C'est vrai. Nuance toutefois. Pour sa part, la Banque Mondiale (BM) mène des actions à caractère purement social. Il est vrai maintenant que sous prétexte de crise et de mesures pour rétablir l'équilibre, le FMI détruit en trois mois ce qui a pris un an ou plus à construire par la BM.

· Alors quel moyen pour se prémunir et éviter les pièges?
- Imposer des chartes d'actions précises à ces institutions. Cela suppose d'introduire plus de politique dans le fonctionnement de ces institutions. Il existe deux thèses de définition du rôle de ces organismes: une anglo-saxonne qui soutient que ce rôle doit être purement technique et une autre française qui appelle à un rôle beaucoup plus politique, notamment dans les prises de décisions.

· Les pays du Sud se retrouvent aujourd'hui courtisés de partout et les Etats-Unis sont de la course. Le choix est-il aussi facile?
- L'avenir des pays du Sud est dans leur relation avec l'Europe à condition que celle-ci pèse de tout son poids pour faire valoir la thèse sur le rôle de régulation que peuvent jouer les institutions internationales, qui sont les pivots de la mondialisation. Il faut aussi ajouter que l'effort que doit fournir l'Europe est désormais vers le Sud. Partant de ce principe, rien n'empêche des pays comme le Maroc d'entretenir des relations commerciales avec les Etats-Unis. Ce n'est nullement pas incompatible.


Casablanca,06 23 2003
Badra Berrissoule
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |