Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Mondialisation: Le Maghreb en quête d'un nouveau souffle

· Les accords euro-méditerranéens n'ont pas réussi l'intégration des pays en développement
· Le site d'information lobservateur.ma a organisé une table ronde sur la question à Marrakech


"Une insertion des pays en développement dans le processus euro-méditerranéen constitue-t-elle un moyen pour aller vers la mondialisation ou s'en protéger?" Une question que se posera, sans attendre de réponse, Taieb Fassi Fihri, ministre délégué des Affaires étrangères.

C'était au cours de la table ronde organisée par le site d'information lobservateur.ma, le 14 juin 2003 à l'hôtel Mamounia à Marrakech. C'était l'occasion aussi de débattre de la question du Maghreb face à la mondialisation. Seul d'ailleurs un représentant de l'Algérie sera présent. C'est dire la substance de cette entité qu'est le Maghreb. Mais pour peser dans le processus de mondialisation de la région, l'unité n'est pas forcément une condition sine qua non. Pour Dominique Straus-Khan, ancien ministre français des Finances, inciter parfois aux regroupements est le meilleur moyen d'éluder les réponses.

Face à la mondialisation, le Maroc n'a pas ménagé ses efforts : privatisations, réformes de l'administration, démonopolisation… indique Abdelaziz Meziane Belfkih, conseiller de Sa Majesté le Roi, "bien que certaines mesures entreprises n'aient pas été dictées par la mondialisation. C'est plutôt un choix stratégique". Que ce choix ait été stratégique ou dicté par des contraintes ou encore des institutions internationales, aujourd'hui, il est important de connaître le feed-back. Et ce ne sont certainement pas le bilan des accords euro-méditerranéens qui auront ouvert des voies ou auront fait avancer les choses. "A certains points, la machine grince", estime André Azoulay. Il semblerait qu'un nouveau souffle va y être insufflé. C'est ce qu'affiche du moins l'Union européenne, face notamment à une campagne que mènent les Etats-Unis après la deuxième guerre du Golfe pour des coopérations bilatérales ou de libre-échange. "L'on a l'impression que les Etats-Unis sont comme une seconde épouse vers laquelle l'on se tourne pour régler ou faire pression sur la première qu'est l'Europe", commente non sans humour, Straus-Khan qui évidemment incite le Sud vers une coopération avec l'Europe. Idem pour l'Algérien Abderahmane Hadj Nacer, ancien gouverneur de la Banque centrale d'Algérie. "Je veux bien croire que les Américains connaissent l'Algérie. Mais même si ce n'est pas le cas, cela aura permis de tenir la dragée haute à l'Europe qui somme toute est le meilleur salut", avance-t-il.

Casablanca,06 23 2003
Badra Berrissoule
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |