Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Le vrai visage de la haine - Par Nabil Ayouch, cinéaste

Cela fait plus d'une semaine que les bombes ont explosé à Casablanca, et le bruit résonne encore dans mes oreilles. Lentement, les Marocains se réveillent d'un cauchemar. Lentement, les Marocains découvrent la réalité, atroce, sordide. Ou comment un pays, qui a bâti son identité séculaire sur la tolérance et la fraternité, découvre l'intolérance et la haine. Et pourtant…

· Pourquoi sommes-nous restés silencieux?

Pourtant, tout cela était prévisible, peut-être trop même, pour que l'on s'en rende compte. Car alors, comment interpréter le silence d'une nation face à tous les discours de haine, de violence, de racisme dont ce pays a été abreuvé toutes ces dernières années? Nous nous sommes laissé aveugler par nos traditions de tolérance et nous n'avons pas su combattre l'intolérance. Tout simplement car nous n'y avons jamais été préparés.
Nous ne le dirons jamais assez, depuis des milliers d'années, cohabitent au Maroc des ethnies, des races, des religions. Tout cela forme un peuple: le peuple marocain. C'est cette même notion de peuple qui a fait répondre à Mohammed V, quand les Allemands sont venus lui demander de livrer les juifs: "Au Maroc, il n'y a ni juifs, ni musulmans, il n'y a que des Marocains".
Alors, où sont passées nos racines?
Quand, depuis quelque temps, on entend çà et là certains demander la fermeture des instituts culturels étrangers, l'interdiction de tel ou tel film, ils prônent la haine et l'intolérance.
Quand on voit des instituteurs menacer d'expulsion certaines de leurs élèves qui refusent de porter le voile, ils prônent la haine et l'intolérance.
Quand on voit des parlementaires interdire à une journaliste de faire son travail sous prétexte qu'elle n'est pas correctement vêtue, ils prônent la haine et l'intolérance.
Quand certains accusent des intellectuels d'athéisme, des écrivains d'immoralité ou des journaux francophones de véhiculer une culture opposée à l'identité marocaine, ils prônent la haine et l'intolérance.
Quand on entend des illuminés traiter les femmes de mécréantes ou d'agents de la débauche occidentale lorsqu'elles aspirent à faire valoir leurs droits et à réclamer l'égalité des sexes, ils prônent la haine et l'intolérance.
Quand on entend des imams, dans certaines mosquées ou sur des cassettes en vente libre, traiter les juifs d'animaux qu'il faut expulser du Maroc, ils prônent la haine, la violence et l'intolérance.

· Le pas a été franchi

Entre vouloir fermer des instituts étrangers et faire sauter des représentations étrangères, il n'y a qu'un pas.
Entre vouloir expulser les juifs, les traiter d'animaux et faire sauter le cercle de l'Alliance israélite, il n'y a qu'un pas.
Aujourd'hui, ce pas a été franchi.
Des hommes et des femmes sont morts. 43.
Ils n'ont pas seulement été tués par des bombes. Ils ont aussi été tués par des mots, des idéologies. Et malheureusement, nous avons tous une part de responsabilité.
Au premier rang, ceux qui ont développé ces thèses racistes, fondées sur l'exclusion et le non-droit à la différence.
Mais aussi, ceux qui ont aidé à les diffuser, comme certains organes de presse nationaux.
La société civile qui n'a peut-être pas réagi à temps et avec suffisamment de combativité et de détermination face à ceux qui n'en manquent pas.
Les partis politiques qui ont démissionné, abdiqué, reculé, parfois même pactisé. Enfin, l'Etat qui a laissé faire, qui a laissé se propager ces idéologies fascistes sans réagir. L'Etat aurait dû intervenir auprès de ceux qui prétendent, au nom de principes religieux, imposer leur loi et leur morale.

· Etre fort face à la haine

A tous ceux-là, l'Etat aurait dû rappeler que le Maroc est un pays majoritairement musulman -dans lequel la liberté de culte est totale- et que la religion appartient à tous ceux qui la pratiquent, pas à ceux qui souhaitent en faire un instrument de propagande et de pouvoir; et que, par conséquent, des associations ou des partis politiques religieux ne devraient pas avoir droit de cité dans notre pays.
L'Etat ne l'a pas fait et aujourd'hui, nous le regrettons tous.
Le 16 mai 2003, la majorité des victimes des attentats étaient des Marocains. Et ils ont été tués par des Marocains. Nous ne devons pas l'oublier.
Il est des moments, dans l'histoire d'une nation, où celle-ci se retrouve à un tournant. Où tout peut basculer d'un côté ou de l'autre. Où il faut savoir prendre les décisions justes, avant qu'il ne soit trop tard.
Les très nombreuses manifestations de soutien aux victimes, de communion et de rassemblement de toutes les franges de la population marocaine, montrent à quel point nous sommes unis derrière nos différences, et à quel point ces différences nous enrichissent et nous rendent forts.
Le moment est venu pour le Maroc de réaffirmer son identité, ses valeurs profondes, et de les défendre avec force et sans concession. C'est la condition pour une paix civile durable.

-----------------------------------------------------
Nabil Ayouch est aussi membre du collectif Démocratie et Modernité, association fondée il y a quelques semaines pour s'opposer à l'obscurantisme rampant. Son dernier film a fait l'objet d'une polémique. Au Parlement, le PJD en avait demandé l'interdiction


Casablanca,06 02 2003
Rédaction de l'Economiste
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |