Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Trois nouveaux projets financés par la Commission européenne

La santé reproductive de jeunes Palestiniens, l’amélioration du niveau d’enseignement au camp Wavel et la construction d’une usine de compostage des déchets solides… trois projets financés par la Commission européenne ont fait l’objet d’une tournée effectuée par l’ambassadeur Patrick Laurent à Baalbeck.

Dans une salle de l’association Beit Atfal as-Soumoud à Baalbeck, des jeunes sont attablés devant un jeu de société. Au premier abord, il s’agit d’un jeu comme les autres, où la chanson, les connaissances générales, les discussions et l’amusement sont au rendez-vous. Au fur et à mesure, le visiteur des lieux découvre qu’il s’agit au fait d’une sensibilisation à la santé reproductive et à plusieurs autres sujets qui touchent aux jeunes et qui sont abordés de façon ludique.

Ce jeu s’inscrit dans le cadre du projet de « La santé reproductive et du bien-être des jeunes Palestiniens », qui s’adresse aux jeunes des camps de Bourj el-Barajné et de Chatila à Beyrouth, de Bourj el-Chamali et de Rachidiyeh au Liban-Sud, de Baddaoui au Liban-Nord et de Wavel ou al-Jalil à Baalbeck, comme aux jeunes vivant dans les alentours des camps.

Fruit de la collaboration entre l’ONG italienne Ricerca e cooperazione, de l’Association libanaise pour le planning familial et de l’Institut national palestinien pour les soins sociaux et l’entraînement ou Beit Atfal as-Soumoud, le projet d’une valeur de 1,84 million d’euros est financé par la Commission européenne. Il a été l’objet vendredi dernier, ainsi que deux autres projets réalisés à Baalbeck, d’une visite qu’a effectuée le chef de la Délégation de la Commission européenne à Beyrouth, Patrick Laurent, dans la région.

« Le but de ce projet est d’améliorer la santé reproductive et sexuelle des jeunes Palestiniens âgés entre 10 et 24 ans, mais aussi leur bien-être physique, psychique et émotionnel, explique Marta Petagna, responsable du projet. Il implique les parents, les ONG, les enseignants et les agents de santé. »

« Le lancement du projet a été accueilli avec beaucoup de scepticisme de la part de plusieurs ONG qui estimaient que la santé reproductive et le bien-être des jeunes Palestiniens constituaient un problème secondaire vu la complexité de la cause palestinienne sur le plan politique, poursuit-elle. Mais nous étions convaincus qu’il existe une chance pour le développement de l’humanité, même dans les situations les plus difficiles. »

Améliorer la santé reproductive et le bien-être de ces jeunes sous-entend, selon Mme Petagna, « une meilleure communication, des relations saines, des choix responsables, une égalité entre les sexes, la participation, une estime de soi, une autosensibilisation et une meilleure santé physique et psychologique ».

Pour mener ce projet à bout, dont le coup d’envoi a été donné en 2004 et qui doit se poursuivre jusqu’au début de 2009, il a été essentiel de s’adresser aux parents de ces jeunes et de conduire des programmes d’éducation de pair, c’est-à-dire des jeunes qui vont former des jeunes. De même, un site Web a été développé
(www.wellteens.org) et des cliniques à l’intention des jeunes ont été mises en place dans les camps de Beddaoui, de Bourj el-Chemali, de Bourj el-Barajné et à Beit Atfal as-Soumoud. « Ces centres offrent en plus des soins médicaux, un support psychique et un centre de conseil à ces jeunes qui peuvent venir discuter de leurs problèmes avec les membres de l’équipe, qui comporte une gynécologue, un urologue, un psychologue, deux assistants sociaux homme et femme et des conseillers en matière de santé, indique Mme Petagna. Dans le cadre des services de ce centre, nous avons découvert que 40 % des jeunes filles et garçons visitaient un spécialiste pour la première fois de leur vie, sans parler des abus sexuels. »

« Ce projet est d’autant plus important qu’il existe un immense fossé entre les valeurs conservatrices inculquées à ces jeunes et leurs comportements, ajoute-t-elle. Parmi les outils éducatifs, nous avons créé ce jeu de société avec l’aide d’experts internationaux. Aujourd’hui, il est utilisé par 32 différentes ONG en tant qu’outil éducationnel. »

Et Mme Petagna de conclure : « Nous avons réussi dans le cadre de ce projet à briser le tabou concernant la santé reproductive et la sexualité. Nous avons également réussi à engager des discussions avec les jeunes sur leurs besoins, leurs valeurs, leurs croyances et leurs comportements. Les mères et les jeunes sont devenus plus confiants et plus sensibilisés à ces problèmes. »

Trouver un emploi

Au camp Wavel, M. Patrick Laurent a effectué une tournée dans l’école secondaire al-Kastal où un bâtiment supplémentaire a été édifié grâce à un don de la Commission européenne. De même, certaines classes ont été aménagées et équipées comme le centre de loisirs, le laboratoire, la salle pour les études de rattrapage et un générateur y a été installé. Quelque 800 élèves palestiniens du camp et du périmètre fréquentent les écoles primaires et secondaires de ce camp, où les cours sont dispensés selon le programme libanais.

L’un des objectifs de ce projet, d’une valeur totale de 15 millions d’euros et appliqué dans plusieurs autres camps, est d’« assurer à ces élèves des capacités qui leur permettent de trouver un emploi », explique M. Joseph Piazza-d’Olmo, responsable de projets à la Commission européenne. « Pour cela, il est important d’améliorer les conditions de travail et les compétences des enseignants qui doivent être améliorées de façon à mieux encadrer les élèves qui souffrent de problèmes d’apprentissage et de difficultés scolaires, ajoute-t-il. Le traitement de ces élèves relève de techniques spéciales auxquelles sont formés les enseignants responsables de ces classes de rattrapage. »

M. Laurent s’est enfin renseigné sur le projet visant la construction d’une usine de tri et de compostage des déchets solides qui bénéficie à seize villages de la région et qui est réalisé en collaboration avec Omsar, le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) et le ministère de l’Environnement. « Ce projet ne résoudra pas le problème de la gestion des déchets solides au Liban, insiste M. Piazza-d’Olmo. Le but est moins ambitieux. Il consiste à limiter la quantité des déchets de manière à allonger la durée de vie de ces décharges et de permettre au gouvernement de trouver une solution de fond au problème. »

Beyrouth,10 13 2008
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |