Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Agriculture : des pays du Golfe veulent investir à l’étranger

Les besoins en produits alimentaires augmentent

Incapables de produire leur nourriture en raison de la rareté des terres fertiles et des ressources en eau, de riches pays du Golfe explorent la possibilité d’investir dans l’agriculture à l’étranger.
L’intérêt est réel en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes unis, deux gros importateurs de produits alimentaires, pour de tels investissements en Afrique et en Asie au moment où les prix agricoles s’envolent.

Lors d’une récente visite au Kazakhstan, le président des Émirats, cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane, a relevé que son pays importait 80 % de sa nourriture et confirmé son intérêt pour le secteur agricole kazakh.

Investir dans l’agriculture à l’étranger « fait partie de la stratégie générale des investissements » du pays, a noté Sultan ben Said al-Manouri, le ministre de l’Économie des Émirats qui cherchent à faire fructifier leurs énormes revenus pétroliers.

Le Golfe, où la richesse attire les migrants, a vu sa population passer d’environ 30 millions de personnes en 2000 à 35 millions en 2006, selon les statistiques du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Ce chiffre doit atteindre près de 39 millions en 2010 et 58 millions en 2030, selon les projections du Gulf Research Centre (GRC), basé à Dubaï.

Les besoins en produits alimentaires n’ont cessé d’augmenter dans cet ensemble régional formé de l’Arabie saoudite, du Koweït, de Bahreïn, des Émirats, du Qatar et du sultanat d’Oman.
L’agriculture reste confidentielle dans cette région désertique : seuls 2 % de la superficie de l’Arabie saoudite sont cultivés et seulement 1 % aux Émirats.

La facture alimentaire s’est montée à 10 milliards de dollars en 2007, selon le GRC, mais certaines études parlent d’un montant plus important. L’Arabie saoudite, avec 24 millions d’habitants, reste le principal importateur.

Avec la crainte d’un renchérissement continu des prix, la question de la sécurité alimentaire prend une dimension stratégique.

Pour l’Arabie saoudite, investir dans l’agriculture à l’étranger représente un changement de cap, le royaume ayant tenté dans le passé, à coups de subventions colossales, d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. « Cette politique a montré ses limites et n’a pas été économiquement viable », a rappelé Monica Malik, économiste à la banque EFC-Hermes, basée à Dubaï.

Le GRC a souligné que cette politique avait en outre épuisé les réserves en eau du vaste royaume. D’où, a expliqué Mme Malik à l’AFP, le choix d’une solution alternative consistant à investir chez des voisins comme le Soudan. « La proximité est importante » pour sécuriser les approvisionnements ainsi que les bonnes relations avec les pays choisis pour l’investissement afin d’éviter les risques d’interruption de ces approvisionnements, a-t-elle ajouté.

Selon différentes sources, les Émirats projettent de mettre en valeur 28 328 hectares au Soudan et Riyad discute avec Khartoum de la possibilité d’investir dans l’agriculture soudanaise qui n’a pas de problème de rareté de l’eau.

L’Égypte et le Pakistan ont aussi les faveurs des pays du Golfe. Au Pakistan, les Émirats étudient l’achat de plus de 40 000 hectares pour 500 millions de dollars et des investisseurs privés cherchent aussi à y acquérir des terres agricoles. Le Premier ministre pakistanais, Yousuf Raza Gilani, aurait proposé à Riyad des terres agricoles contre du pétrole, selon des informations de presse. Reste que de tels pays n’hésitent pas parfois à interdire l’exportation de produits agricoles quand ils arrivent à manquer, dans l’obligation de nourrir d’abord leurs propres populations.

Marseille,07 22 2008
Rédaction
L'Orient-Le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |