Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Forum de Paris - Union pour la Méditerranée : Réalisme ou utopie?

· Les leçons de Barcelone pour éviter une nouvelle déconvenue
· Se méfier de la «démocratie impériale»
· Sortir de l’élitisme

Au Forum de Paris(1) dédié au devenir de l’Union pour la Méditerranée, qui a rassemblé le week-end dernier 72 intervenants de haut niveau, l’ambiance était nettement à l’enthousiasme. Un atelier fut cependant voué à une question légitime: cette UPM est-elle une ambition réaliste ou une utopie?

· Paris, très méditerranéenne

Pour Elisabeth Guigou, ancienne ministre née au Maroc, et actuellement députée de l’un des départements «les plus méditerranéens de France par sa population» (la Seine-Saint-Denis, en banlieue parisienne, dont la population est majoritairement immigrée) le succès de l’UPM ne fait aucun doute: «Je suis optimiste! Ce projet va réussir, j’y apporterai mon concours, de toutes mes forces! C’est une idée ancienne, mais il faut rendre hommage au président Sarkozy d’avoir su mettre la Méditerranée sur le devant de la scène.»

Pour l’ancienne ministre, il est aussi logique que cette idée soit née en France, car elle est le pays d’Europe qui entretient la relation la plus intime avec le sud méditerranéen. Mais, l’UPM est désormais une ambition partagée par toute l’Europe, a-t-elle estimé.

Hélé Beji, philosophe tunisienne, considéra quant à elle que l’une des conditions de la réussite serait que l’Europe cessât de vouloir faire de son modèle démocratique le référent absolu et la condition de la coopération: «Cette démocratie impériale, déclara-t-elle, apparaît à certains égards comme une injonction quasireligieuse! Les démocraties européennes doivent apprendre à considérer que les cheminements des différents peuples sont spécifiques et divers».

Hassan Abouyoub, ambassadeur itinérant du Souverain, affirma aussi sa conviction: «La réussite de ce projet est possible!».

Mais, avisé par sa longue expérience, il adressa aussi une mise en garde à l’assistance: «Nous devons éviter de nous enfermer entre élites. Faire en sorte que nos populations s’approprient le projet, ces populations qui sont de plus en plus cousines, voire binationales. Il faut aussi que l’on cesse, à Bruxelles, de confier la gestion des dossiers méditerranéens à des personnes qui ignorent tout de la Méditerranée! Il est aussi souhaitable, et de la plus haute importance, qu’avant le Sommet du 13 juillet, les pays du sud se retrouvent ensemble, autour d’une table, et qu’ils apportent leur contribution. »

Michel Vauzelle, président de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) qui compte 5 millions d’habitants et beaucoup de sud-méditerranéens, a exprimé sa crainte qu’après le Sommet, chacun ne retourne chez soi et que rien ne bouge. «Il y a urgence, déclara-t-il. Au nom de l’association des régions riveraines méditerranéennes que je préside, et qui se retrouveront à Marseille fin juin, je porterai un message aux chefs d’État. Car c’est maintenant ou jamais qu’il faut avancer. L’Europe doit comprendre qu’elle ne peut pas se passer d’une communauté euroméditerranéenne».

Raison pour laquelle Michel Vauzelle vient d’adresser une lettre ouverte au président Sarkozy, afin que celui-ci préserve le plus possible la grande ambition initiale du projet.

(1) Le Forum de Paris, présidé par Albert Mallet et soutenu notamment par la Caisse d’épargne française, la Mairie de Paris, a tenu sa rencontre annuelle les 28, 29 et 30 mars 2008, sur le thème «Union pour la Méditerranée, pourquoi faire et comment?». (Cf L’Economiste des 28 et 31 mars 2008; www.leconomiste.com)

--------------------------------------------------------------------------------

L’art des possibles d’Azoulay

Le conseiller du Souverain et président de la Fondation Anna Lindt est fidèle à lui-même: il profite de chaque occasion pour faire la promotion de la façon marocaine de vivre ses multiples dimensions et de l’apport que cet «art des possibles» peut constituer pour améliorer la société internationale.

Il n’est pas du tout d’accord avec ceux qui disent que Barcelone fut un échec. Il n’est pas d’accord non plus avec ceux qui voudraient oublier le conflit au Proche-Orient pour faire avancer l’idée de la Méditerranée.

Azoulay considère que l’idée méditerranéenne se portera mieux si des pays s’en font les champions. Il ne dit pas qui il voit dans ce rôle, réserve diplomatique oblige. Mais pas besoin d’être grand clerc pour deviner qu’il y verrait bien le Maroc dans ce rôle. Il ne se fait pas d’illusion sur la difficulté de l’exercice méditerranéen. «En 1994-95, avec le processus d’Oslo, les opinions publiques réclamaient de leur gouvernement respectif, la solution des conflits du Proche-Orient, mais les exécutifs ont raté l’occasion». Aujourd’hui, dit-il, la situation s’est inversée: les opinions publiques n’ont plus envie de se parler.

Au contraire, il est évident qu’elles divergent de plus en plus: appels à la haine contre les Occidentaux, d’un côté et de l’autre, montée des extrémistes de droite recherchant la provocation contre l’Islam.

Exclusion contre exclusion, et ce au moment où la circulation des personnes dans les deux sens n’a jamais été aussi puissante: migrations, affaires, tourisme…

Casablanca,04 16 2008
Rédaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |