Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Le Liban a dépassé les objectifs financiers fixés par le FMI, aidé par une croissance plus forte que prévu en 2007

Rapport d’évaluation du Fonds monétaire international dans le cadre du programme d’assistance postconflit

Le Fonds monétaire international (FMI) a publié hier son rapport d’évaluation sur les performances du Liban dans le cadre du programme d’assistance postconflit (EPCA). Ce programme avait permis au Liban de bénéficier en avril 2007 d’un prêt urgent de 77 millions de dollars, en échange duquel les autorités se sont engagées à mettre en œuvre le plan de réforme présenté à Paris III, mais aussi à atteindre des objectifs financiers fixés par le Fonds. À l’issue du programme, les objectifs chiffrés ont été atteints, parfois avec des marges « significatives », tandis qu’un « certain progrès » a été réalisé au niveau des réformes structurelles, a conclu la mission d’experts du FMI qui s’est rendue au Liban en février dernier. Cela a notamment été rendu possible grâce à une croissance plus forte que prévu.

En effet, l’activité économique s’est reprise au dernier trimestre 2007, portée par les secteurs de la construction, de la finance, des services et stimulée par les visites des expatriés, souligne le rapport qui fait état d’une estimation de croissance réelle du PIB de 4 % l’année dernière. Parallèlement, l’inflation s’est accélérée à 6 % fin décembre, reflétant la hausse des prix internationaux et la faiblesse du dollar, ajoute le document.

Il souligne par ailleurs la résilience des marchés financiers, avec une augmentation de la masse monétaire de 11 % grâce à la hausse des dépôts. « Il n’y a pas eu de pressions sur les taux de change, et les réserves de change ont légèrement augmenté, malgré le manque de soutien international », indique le Fonds. En effet, en 2007, le Liban a reçu 565 millions de dollars des aides promises à Paris III, alors que le programme tablait sur un montant de plus de 2 milliards de dollars.

Pendant ce temps, les grandes banques locales ont poursuivi leur expansion régionale, et près de la moitié des nouveaux crédits accordés au secteur privé ont financé des investissements étrangers d’entreprises libanaises.

Dans ce contexte, le Trésor a dégagé un excédent primaire (dons exclus) équivalant à 0,5 % du PIB en 2007, dépassant largement l’objectif de -3,7 % fixé par le Fonds. Ce dernier explique cette performance par des revenus robustes, provenant en particulier de la TVA, des taxes sur le revenu et des recettes des télécoms, qui ont contrebalancé l’absence de taxes sur l’essence. Les dépenses publiques ont également été contenues grâce au ralentissement des dépenses financées par l’étranger, et des transferts aux municipalités et à l’EDL inférieurs aux prévisions.

Toutefois, « l’impact budgétaire total de la hausse des prix des produits pétroliers ne se fera sentir qu’en 2008, sachant que les besoins de fuel de l’EDL sont financés à travers des lettres de crédit, dont le stock a augmenté graduellement en 2007 », met en garde le FMI.

Quant à la dette publique, elle est passée de 173 à 165 % du PIB, partiellement grâce à l’excédent primaire. Mais la grande partie de cette baisse est imputée aux transferts de la BDL au gouvernement des gains non réalisés de l’évaluation de l’or, estimés à environ 6 points de pourcentage du PIB, souligne le rapport, ajoutant que cela a affaibli le bilan de la Banque centrale. Cependant, les objectifs du programme en termes de réserves étrangères et d’emprunts nets du gouvernement auprès de la BDL ont été « confortablement atteints ». Avec la hausse des dépôts et l’absence de pressions sur la livre, les réserves de la BDL ont atteint 11,5 milliards de dollars en 2007. Aussi, au cours du dernier trimestre de 2007, les banques commerciales sont revenues sur le marché des bons du Trésor, aidées par la BDL qui a effectué un swap des certificats de dépôt détenus par les banques en bons du Trésor. Par conséquent, le gouvernement a réduit sa dépendance à l’égard de la Banque centrale en termes de financement.

Enfin, au niveau des réformes structurelles, le FMI relève que le gouvernement a lancé la procédure de privatisation des deux réseaux de cellulaire, même si l’adjudication a été reportée. Dans le secteur de l’énergie, des consultants ont été désignés pour soutenir la réforme de l’EDL en collaboration avec la Banque mondiale. Par ailleurs, la modernisation de l’administration des revenus publics est en cours, souligne le rapport, à travers : l’adoption d’une nouvelle stratégie d’audit, la préparation des réglementations pour introduire le code de procédures fiscales, l’ouverture de bureaux auxiliaires et le lancement des services électroniques prévus mi-2008. Du côté des dépenses, les autorités sont en train de renforcer la planification de la trésorerie et de jeter les bases d’une budgétisation pluriannuelle.

Seule ombre au tableau, la restauration d’une taxe sur l’essence de 300 livres par litre, réclamée par le Fonds, mais retardée par le gouvernement.

Beyrouth,04 16 2008
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |