Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Air France/Alitalia: Projet de fusion sur fond de tension

· Les syndicats rejettent le plan social
· «La vente ou la faillite», selon le ministre italien de l’Economie

Air France-KLM et les syndicats d’Alitalia affichaient mercredi 19 mars leur pessimisme sur la possibilité d’aboutir à un accord au lendemain d’une première rencontre qui s’est achevée sur un constat de forte divergence.

Le patron de la compagnie franco-néerlandaise, Jean-Cyril Spinetta, a estimé que «l’accord est en péril» tout en ajoutant qu’il avait «encore confiance». Air France-KLM exige le feu vert des syndicats d’Alitalia avant le 31 mars pour lancer son offre sur la compagnie italienne au bord de la faillite. Mais les organisations syndicales ont très mal accueilli le plan présenté par Spinetta et ont émis «un jugement très critique sur la rencontre», dans un communiqué commun.

Le projet d’Air France-KLM prévoit la suppression de 1.600 postes, sur les 10.000 actuels de l’activité transport aérien, et la reprise de seulement une partie d’AZ Servizi, le pôle maintenance et administration d’Alitalia qui emploie 8.300 salariés. Les syndicats craignent près de 7.000 suppressions de postes au total.

«Les bases de la proposition sur le périmètre de la compagnie, sur l’emploi, la flotte et le calendrier de la négociation rendent difficile l’hypothèse d’un accord et même la poursuite de la discussion», ont averti les syndicats.

Ils demandent en particulier des garanties sur le maintien du périmètre de la compagnie, les investissements et sur l’emploi. Une nouvelle convocation leur a été adressée pour jeudi à 09h00 (08h00 GMT) avec les dirigeants d’Alitalia et de Fintecna, la holding publique qui chapeaute les activités de maintenance, a-t-on appris de source syndicale.
La convocation ne fait pas mention de la présence de Spinetta. Le président d’Air France-KLM était reçu en milieu de journée à la présidence du Conseil italien avant une rencontre avec la presse à 16h00 (15h00 GMT) à Rome.

De son côté, le ministre de l’Economie, Tommaso Padoa-Schioppa a mis en garde contre la tentation de refuser l’offre d’Air France-KLM qui conduirait selon lui la compagnie à la faillite. «Tout peut arriver. Je suis le chauffeur d’une ambulance qui fonce pour conduire un malade au seul hôpital qui a bien voulu l’accepter. Je conduis le plus rapidement que je peux mais il est possible que je n’arrive pas à temps car il y a des feux rouges qui me ralentissent...», a déclaré le ministre au Corriere della Sera.

Le Trésor italien, qui gère les 49,9% de l’Etat dans la compagnie italienne, a donné son feu vert lundi dernier à la reprise par le groupe franco-néerlandais.

Mais le débat sur le destin d’Alitalia provoque des dissensions y compris au sein du gouvernement démissionnaire de Romano Prodi.

Le ministre de la Solidarité sociale, Paolo Ferrero, a reconnu que le sujet avait donné lieu à de «vifs échanges» lors du conseil des ministres de mercredi dernier.

Marseille,03 30 2008
Rédaction
L'Économiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |