Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Le baril frôle les 104 dollars à New York - Le président de l’OPEP n’exclut pas une baisse de production

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole va choisir entre « un maintien et une baisse de sa production » lors de sa réunion demain, alors que les prix du brut volent de record en record, a indiqué hier à Vienne le ministre algérien du Pétrole et président en exercice de l’OPEP, Chakib Khelil.

« Je ne pense pas que l’OPEP va envisager une hausse de production car cela voudrait dire augmenter à un moment où la demande n’augmente pas » (...)

(...) a déclaré le ministre à son arrivée à Vienne, siège de l’OPEP.

Lors de leur réunion demain, les ministres des 13 pays membres du cartel choisiront donc « entre un maintien ou une baisse » de production, a-t-il ajouté.
Selon lui, le niveau record des prix est dû « aux pressions des investissements dans le pétrole et les autres matières premières » sur les marchés financiers, « car la Bourse ne se porte pas bien », mais aussi à « la dévaluation du dollar » et aux « événements géopolitiques ».

« Je ne pense pas qu’augmenter la production maintenant aurait un impact sur les prix », a-t-il insisté.

Il a souligné que les stocks étaient « au-dessus de leur moyenne sur cinq ans », à la fois pour le brut et l’essence, et que l’OPEP s’attendait à « une demande plus faible au deuxième trimestre à cause du ralentissement économique aux États-Unis ».

Chakib Khelil a également jugé que ce ne serait pas « une mauvaise idée » si les ministres tiennent de nouveau une réunion d’ici à l’été pour réévaluer la situation du marché pétrolier, alors que la prochaine réunion programmée du cartel n’est qu’en septembre.

Les prix du baril de pétrole ont établi de nouveaux records hier à New York (103,95 dollars) et à Londres où le baril a dépassé pour la première fois les 102 dollars (à 102,29 dollars), après une nouvelle dégringolade du dollar, monnaie dans laquelle est libellé le brut.

Interrogé sur la possibilité que les prix s’envolent à 110, voire 120 dollars par baril, il a jugé que « des taux d’intérêt plus faibles aux États-Unis pour redynamiser l’économie » entraîneraient probablement « un dollar plus faible » et « plus de forces spéculatives sur le marché pétrolier », ce qui pourrait se traduire par une accélération de la flambée des prix.
Investir dans le pétrole est devenu pour les investisseurs « la meilleure manière de protéger la valeur de leurs actifs », a-t-il insisté.

Enfin, il a confirmé que le Venezuela avait « demandé à l’OPEP de défendre sa position » dans le conflit qui oppose sa compagnie pétrolière publique PDVSA au groupe américain Exxonmobil.

L’OPEP est « très sensible » à cette demande car, dans le passé, elle a déjà « soutenu des pays membres qui avaient des conflits avec des compagnies pétrolières » et la demande vénézuélienne sera « discutée lors de la réunion » demain, a conclu le président en exercice de l’OPEP.

Marseille,03 05 2008
Rédaction
L'Orient-Le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |