Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

L’Espagne, « Suède de la Méditerranée » ?

SOCIÉTÉ - Mariage gay, procédures pour un divorce rapide, loi pour l’égalité homme-femme

Mariage gay, divorce rapide, lois contre les violences conjugales, pour l’égalité hommes-femmes : José Luis Rodriguez Zapatero a dépoussiéré l’image traditionnelle de l’Espagne, soudain perçue avec curiosité depuis l’étranger comme la « Suède de la Méditerranée ».

«Avec les lois approuvées sous cette législature, l’Espagne que vous voyez est l’Espagne réelle », affirme Livia Castillo, député socialiste et membre de l’association gay FELGTB, à quelques jours des législatives du 9 mars. Dès son élection en 2004, après huit ans de pouvoir conservateur, le chef du gouvernement socialiste a amplifié la première vague d’émancipation qu’avait connue l’Espagne au sortir de la dictature du général Franco (1939-75). « Féministe » déclaré, il a fait approuver dès 2004 une loi pionnière en Europe contre les violences conjugales, sans toutefois parvenir à réduire le nombre de femmes tuées par leur compagnon ou ex-mari.

En Espagne, où 45 % de la population se déclare catholique pratiquante, son gouvernement a bousculé le schéma traditionnel « papa, maman et les enfants ». Après les Pays-Bas et la Belgique, il a fait entrer l’Espagne dans le club restreint des pays ayant légalisé le mariage entre homosexuels, avec droit à l’adoption. Quelque 5 500 mariages entre homosexuel(le)s ont été célébrés entre 2005 et 2006, alors que sous Franco, l’homosexualité était un délit – elle a été légalisée en 1979 – et les homosexuels persécutés. « Sous le gouvernement Zapatero, nous, lesbiennes, gays et transsexuels, avons conquis des droits pour lesquels nous luttions depuis plusieurs années », soulignait le mensuel gay Zero dans son éditorial de janvier.

Ce même gouvernement a fait adopter en 2005 la loi dite du « divorce-express » pour faciliter et raccourcir d’interminables et souvent douloureuses procédures, quand, il y a une trentaine d’années, une Espagnole devait présenter l’autorisation écrite de son époux pour ouvrir un compte en banque. Conséquence : 126 952 divorces enregistrés en 2006, 74,3 % de plus qu’en 2005, et un nombre de séparations de fait en chute libre.

Loi d’égalité hommes-femmes, imposant une quasi-parité pour les élections et dans les conseils d’administration et texte autorisant les transsexuels à changer d’état civil sans se faire opérer ont complété le tableau, à défaut d’une réforme promise de l’avortement.

« Je pense que nous avons établi les bases pour atteindre un modèle à la suédoise », souligne Ester Sanchez Garcia, reconnaissant que « nous avons encore un long chemin à parcourir », plus au plan social que sociétal. L’Espagne reste en particulier très éloignée des minima sociaux scandinaves, avec un taux d’emplois précaires de 30 %, des allocations chômage très inférieures et des allocations familiales quasiment inexistantes.

Les réformes de Zapatero ont suscité de vives résistances dans les couches les plus conservatrices de la société, hiérarchie catholique en tête, mais ont reçu un appui majoritaire. « La majorité de la société espagnole est profondément libérale, progressiste, pas sur l’économie mais au plan des mœurs », estime l’analyste politique Ester Garcia Sanchez. « Je pense que la société espagnole est tolérante en général », bien sûr « certains secteurs ne sont pas d’accord », mais « je ne crois pas qu’il puisse y avoir de réelle confrontation sociale entre les deux secteurs », poursuit-elle.

Marseille,03 05 2008
Rédaction
L'Orient-Le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |