Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Le baril de pétrole franchit de nouveaux sommets

L'or pulvérise le record de la veille

Les prix du pétrole ont dépassé hier 100 dollars le baril, poussés par une combinaison détonante de facteurs : dollar faible, froid aux États-Unis, craintes géopolitiques et retour en force des spéculateurs en ce tout début d'année.

Apparu pour la première fois sur les écrans mercredi, le chiffre magique de 100 dollars a été dépassé hier : (...)

(...) le baril a atteint un nouveau record à New York, à 100,09 dollars. Vers 17h30 GMT, le « light sweet crude » s'échangeait à 99,73 dollars, en hausse de 9 cents par rapport à la clôture de la veille.

À Londres, le cours du Brent de la mer du Nord pour livraison en février a franchi lui aussi un nouveau sommet hier, poussant jusqu'à 98,50 dollars le baril. Vers 17h30 GMT, il s'échangeait à 97,87 dollars, en hausse de 3 cents.
« Le mouvement prononcé et continu de rétrécissement entre l'offre et la demande demeure le facteur essentiel derrière la forte escalade des prix », ont affirmé les analystes de Barclays Capital.

Dans ce contexte d'équilibre de marché très précaire, l'annonce d'une nouvelle chute des stocks de brut américain a renforcé l'élan des cours hier. Le département américain de l'Énergie (DoE) a annoncé un plongeon des réserves américaines de brut – pour la septième semaine d'affilée – de 4 millions de barils.

En outre, des « prévisions de froid très inhabituelles aux États-Unis » ont amplifié la crainte que l'offre ne permette pas de répondre à une demande stimulée par une forte consommation de fioul de chauffage, selon Veronica Smart, analyste du cabinet Energy Information Centre.

La veille, « un environnement géopolitique turbulent et un regain de violence dans la principale ville pétrolière du Nigeria avaient fourni aux prix l'impulsion nécessaire pour briser des résistances de prix », ont expliqué les analystes de la banque Barclays Capital.

De plus, la glissade du dollar participe presque mécaniquement à la hausse des prix : la faiblesse du billet vert pousse les producteurs à vendre plus cher le pétrole pour préserver leurs revenus. Et les investisseurs munis d'autres devises, voyant leur pouvoir d'achat augmenter, sont incités à acheter plus de produits vendus en dollars, comme l'or ou le pétrole.
L'engouement pour les matières premières a aussi largement participé au mouvement. Ainsi, selon Robert Montefusco, de la maison de courtage Sucden, la flambée « s'explique d'abord par le retour des fonds sur le marché ». Ainsi, l'once d'or n'a pas échappé à la frénésie : après avoir pulvérisé un record historique vieux de 28 ans mercredi, l'once d'or continuait à progresser hier, se hissant jusqu'à 868,89 dollars.

Cette dimension fortement spéculative de l'escalade des prix suscite le scepticisme de certains analystes.

« Les prix du pétrole ont continué à monter malgré la détérioration évidente des perspectives de demande », a ainsi souligné Julian Jessops, analyste du cabinet Capital Economics. « Il était ainsi frappant de constater que le brut a atteint 100 dollars mercredi juste après la parution d'une étude sur l'activité industrielle, signalant une récession de l'activité manufacturière américaine et, peut-être, de l'économie dans son ensemble », a-t-il rappelé.
« Les prix du pétrole grimpent bien au-dessus de niveaux pouvant s'expliquer par les lois de l'offre et la demande », a-t-il souligné.

De fait, ces inquiétudes sur une érosion de la demande pétrolière dans le sillage d'une éventuelle récession économique aux États-Unis avaient fait reculer de dix dollars le prix du pétrole début décembre.

Marseille,01 11 2008
Rédaction
L'Orient-Le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |