Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

"Caramel", un film sur les femmes libanaises

· Gros succès en France et au Liban cet été
· La réalisatrice Nadine Labaki et les actrices à Casablanca cette semaine


UN pur moment de plaisir! Le film «Caramel», premier long-métrage de la jeune libanaise Nadine Labaki, ne laisse pas indifférent. Il a été projeté en inauguration du festival de Casablanca «Casa Ciné» le 31 novembre au Megarama. C’est une merveilleuse histoire où cinq femmes se croisent régulièrement dans un institut de beauté, microcosme coloré où plusieurs générations se rencontrent, se parlent et se confient. Layale (rôle interprété par Nadine Labaki), femme libre de confession chrétienne, patronne de sa propre affaire, habite toujours chez ses parents et vit, dans la soumission, une liaison sans issue avec un homme marié.

Son employée, Nisrine, musulmane, est fiancée à un garçon qu’elle aime, mais elle n’est plus vierge et s’inquiète de la réaction de son fiancé. Rima, la shampouineuse, ne peut vivre son homosexualité et est tourmentée par son attirance pour les femmes, en particulier cette cliente qui revient souvent se faire coiffer. Jamale, cliente quinquagénaire, tente de relancer sa carrière d’actrice après son divorce. Elle est obsédée par son âge et son physique. Enfin, Rose, la voisine couturière, a sacrifié sa vie pour s’occuper d’une sœur aînée brisée jusqu’à la folie par une mystérieuse histoire d’amour.

Le scénario dose avec habileté séquences comiques et tragiques, moments de désespoir solitaires et explosions de joie conviviales. L’élégance de la mise en scène est servie par une belle lumière, une musique sentimentale et un rythme singulier qui mêle intimement vivacité et pesanteur du temps qui passe.

Tout au long du film, le poids de la tradition est omniprésent dans la vie des femmes, préjugés chrétiens ou préceptes de l’islam se rejoignent pour les maintenir dans la servitude. «J’ai voulu exprimer, à travers ce film, les sentiments de frustration, de malaise et d’absence de liberté que ressente les femmes libanaises aujourd’hui. Comme les femmes marocaines, elles souffrent de pressions sociales, qui les obligent à beaucoup de retenue», a souligné Nadine Labaki à l’occasion d’une conférence de presse.

Le film a été tourné sur six semaines, entre mai et juillet 2006. Le Liban était alors bercé par un vent d’indépendance et d’espoir. L’ambiance s’est sérieusement dégradée depuis et Beyrouth est redevenue une ville bombardée. Mais Caramel offre une autre image chaleureuse du Liban, à l’opposé des images de rues dévastées que le public a l’habitude de voir. Il renvoie au monde entier une vision positive et moderne de la femme arabe.

Marseille,11 19 2007
Rédaction
L'Économiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |