Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Perspectives : Quel frein à l’escalade parallèle des cours du pétrole et de l’euro ?

L’escalade effrénée des prix du pétrole, qui semble se diriger à grands pas vers le seuil fatidique des 100 dollars, se combine à la montée vertigineuse de l’euro comme de l’or et fait peser des incertitudes inquiétantes sur l’économie mondiale.

Rien ne semble arrêter la marche en avant des prix du pétrole, qui ont presque doublé depuis janvier 2006, et ont grimpé d’environ 13 dollars en un seul mois.

Les cours de l’or noir sont dopés par une combinaison de facteurs qui semblent partis pour durer : une demande mondiale très vigoureuse, des raffineries qui peinent à suivre la cadence et un environnement géopolitique instable dans la plupart des régions de production.

À long terme, se profile même le spectre d’un assèchement plus rapide que prévu des réserves mondiales. Les scientifiques évoquent une planète à court de pétrole dans seulement quelques décennies.

« Je ne vois pas pourquoi les prix devraient redescendre, car nous assistons à une croissance de la demande, essentiellement en dehors des grands pays consommateurs, ainsi qu’à une baisse des réserves, et parce que de nombreux problèmes géopolitiques affectent le comportement du marché », a résumé auprès de l’AFP José Sergio Gabrielli de Azevedo, président de la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras.

À ces facteurs de fond, se sont ajoutées des inquiétudes de plus court terme : les stocks américains et européens sont tombés à des niveaux critiques avant la période hivernale et les tensions sont montées d’un cran dans plusieurs zones de production.

Les États-Unis ont ainsi adopté de nouvelles sanctions contre l’Iran, quatrième producteur mondial de brut, la Turquie menace d’envoyer des troupes contre les rebelles kurdes réfugiés en Irak et les attaques contre les sociétés pétrolières, susceptibles de réduire encore une production déjà amputée, s’enchaînent au Nigeria.

La montée de l’euro, qui a dépassé le seuil des 1,45 dollar, a joué aussi un rôle non négligeable dans l’escalade des prix de l’or noir : plus le billet vert s’étiole, moins le pétrole coûte cher aux investisseurs munis d’autres devises, car le prix du baril est libellé en dollars.

Et « l’environnement général suggère que le dollar va rester vulnérable », estime Gavin Friend, économiste de Commerzbank.
Les cours de l’or se sont envolés à New York, dépassant les 800 dollars l’once pour la première fois depuis 1980. L’intérêt acheteur vers la valeur-refuge traditionnelle est intervenu après le nouvel assouplissement monétaire annoncé par la banque centrale américaine et en raison des craintes d’inflation.

Dollar anémique, euro gonflé à bloc, pétrole hors de prix : ce cocktail a tout lieu d’inquiéter les économistes.
Pour les Européens, l’euro fort permet de limiter la facture énergétique libellée en dollars, mais il pèse sur les exportateurs et risque d’étouffer la croissance.

Pour les États-Unis, qui consomment un quart du pétrole mondial, la cherté du pétrole est un poids de plus pesant sur une économie déjà fragilisée par les conséquences de la crise des « subprime » cet été.

La Chine, dont la croissance à deux chiffres tire la croissance mondiale, commence elle aussi à ressentir les effets du pétrole cher. Le gouvernement chinois, qui subventionne le carburant, a dû ainsi se résoudre à l’augmenter jeudi dernier de 8 %.

Pour les pays en développement dépourvus de pétrole, la flambée pétrolière est une catastrophe : la facture énergétique entrave leurs efforts de réduction de la pauvreté.

Un facteur pourrait cependant freiner la progression parallèle de l’euro : les prix élevés du pétrole présentent un risque inflationniste, ce qui devrait, au moins temporairement, dissuader les responsables économiques américains de baisser à nouveau les taux d’intérêt, ce qui peut faire monter un peu le dollar.

Marseille,11 08 2007
Rédaction
L'Orient-Le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |