Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Union européenne - Chypre et Malte qualifiés pour adopter l'euro en 2008

Chypre et Malte ont obtenu hier le feu vert de la Commission européenne pour adopter l'euro le 1er janvier 2008, où ils deviendront les 14e et 15e pays à utiliser la monnaie unique.

Dans une décision attendue, la Commission a jugé que ces deux pays respectaient les critères de convergence économique fixés par le traité de Maastricht pour rejoindre l'euro. « J'espère que le 1er janvier 2008, ces nouveaux membres vont siéger à l'eurogroupe et les gouverneurs de leurs banques centrales à la BCE », a déclaré le commissaire aux Affaires économiques et monétaires Joaquin Almunia.

Les candidatures de Chypre et Malte doivent encore être formellement approuvées en juin par les ministres européens des Finances, puis par les chefs d'État et de gouvernement.
« Je n'ai aucun doute que les chefs d'État et de gouvernement vont suivre notre recommandation à l'unanimité », s'est réjoui d'avance M. Almunia.

Parallèlement, la BCE a aussi donné son accord depuis Francfort, tout en l'assortissant d'avertissements, comme d'ailleurs la Commission.

Pour accéder à l'euro, les pays candidats doivent respecter certains critères macroéconomiques, censés garantir une relative stabilité : maîtrise des finances publiques (déficit et dette) et de l'inflation, fluctuations limitées des changes et des taux d'intérêt.

Si l'inflation, les taux de change et d'intérêt ne posent pas de problème, les deux institutions ont jugé que des efforts étaient encore nécessaires pour consolider les finances publiques des deux pays. « Chypre doit poursuivre une politique de long terme crédible pour assainir ses finances, basée sur des réformes structurelles, et réduire nettement le taux élevé de sa dette » (65,3 % du PIB en 2006), estime la BCE.

La banque s'inquiète aussi du risque lié à une éventuelle réunification de l'île (divisée depuis 1974 et dont seule la partie sud appartient à l'UE), qui « pourrait poser un nouveau défi budgétaire et structurel en fonction des particularités de l'accord ».

À Malte, « les finances publiques sont en meilleur état qu'auparavant, mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour relever le défi de la soutenabilité à long terme », a jugé le commissaire Almunia, en soulignant que la dette représentait encore 66,5 % du PIB fin 2006.
Le pacte de stabilité et de croissance recommande une dette publique d'au maximum 60 % du PIB.
De plus, les deux pays doivent veiller à « préserver leur compétitivité » et « accélérer leurs préparatifs pratiques » pour lancer l'euro, estime Bruxelles.

Malgré ces bémols, il ne fait guère de doute que Chypre et Malte vont suivre la voie de la Slovénie, qui avait été le premier des nouveaux États membres de l'UE – entrés lors du grand élargissement de 2004 – à adopter l'euro, le 1er janvier dernier. Les grands argentiers devraient fixer début juillet les taux de conversion définitifs de la livre chypriote et de la livre maltaise.

Les élargissements futurs sont encore incertains : après la Slovaquie qui semble bien partie pour 2009, il faudra attendre plusieurs années. La Pologne et la République tchèque ont évoqué 2012, la Hongrie entre 2011 et 2013.

Les pays baltes sont handicapés par leur inflation galopante, corollaire de leur forte croissance économique. La Lituanie a évoqué la date de 2010, la Lettonie 2011 et l'Estonie n'a pas fixé de date.

Enfin la Bulgarie a parlé de 2009, mais cela semble peu réaliste, et la Roumanie de 2014.
Selon les traités, les États membres de l'UE sont tenus d'adopter l'euro dès qu'ils le peuvent. Seuls le Royaume-Uni et le Danemark, en vertu d'une clause particulière, et la Suède de facto, après un référendum négatif, ont été exemptés.

Marseille,06 27 2007
Rédaction
L'Orient-Le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |