Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Au bord de la crise sociale...

Ces derniers temps la majorité de la société jordanienne subsiste tant bien que mal à l’augmentation exorbitante des prix des carburants, et qui est le résultat du renchérissement internationale des produits pétroliers. Cette nouvelle situation économique a engendré automatiquement une hausse importante sur les prix des marchandises et des services, qui n’ont enregistré dernièrement aucune baisse malgré la récente diminution du prix du baril de pétrole de 76 à 60 $. Face à cette flambée des coûts, la question se pose: Sommes-nous au bord d’une crise sociale?

La Jordanie témoigne effectivement d’un changement remarquable au niveau des investissements, qui sont d’une influence positive sur l’économie du Royaume et particulièrement sur la situation financière des individus en possession des grands capitaux, qu’ils soient Jordaniens ou étrangers résidant dans le pays. En revanche, ce changement aurait des répercussions négatives sur le niveau de vie de la classe moyenne et la classe pauvre dans la société jordanienne. Avec l’escalade des investissements en Jordanie, ces deux classes se trouvent à brûle-pourpoint face à plusieurs défis, notamment la flambée des prix des logements, des loyers, et surtout des terrains et celle des prix des carburants. Mais le regrettable est de constater qu’en parallèle rares ont été les augmentations sur les salaires des citoyens aux revenus limités et qui représentent 70% environ de la population jordanienne. Il existe donc un déséquilibre notable et dont les conséquences peuvent devenir menaçantes sur le plan social.

Dorénavant nous aurons à craindre une extention de la pauvreté en Jordanie et tout ce que’elle sous-entend comme d’une part la propagation de la corruption, la fraude fiscale et le changement des standards mondiaux pour les intérêts des bénéficiaires. Et d’autre part la multiplication des crimes sociaux comme le cambriolage, le vagabondage, la délinquance, la violence, et le manque de sécurité dont a toujours bénéficié la Jordanie.

Sur le plan économique, on redoutera alors une expansion de l’importation des produits et services étrangers au détriment d’une exploitation des capitaux locaux favorable aux intérêts du pays. D’un autre côté, la vie culturelle ne pourra qu’être affectée par l’accroissement des soucis économiques et sociaux car «-ventre affamé n’a pas d’oreille-». Loin de se préoccuper des différents aspects culturels et parfois même éducatifs, les citoyens ne penseront plus qu’à se fournir de quoi assurer leur survie dans un monde où même la politique ne leur sera plus un facteur d’intérêt. Car comme le dit un dicton arabe et semblable au précèdent, «-chien affamé ne peut guère être indépendant-», ce qui voudrait dire que la démocratie en Jordanie pourrait être insignifiante dans la situation actuelle où le niveau de vie de 70% de la population est délicat et inassouvi.

Sans oublier de mentionner que l’inéquation dans le mode de vie entre les couches sociales jordaniennes, aisée et défavorisée crée déjà l’existence de deux communautés détachées dans une seule société. Ne remarque-t-on pas de manière flagrante deux catégories de population isolées l’une de l’autre au niveau géographique, culturelle et social? Ouvrons grands les yeux et commençons à prendre les choses au sérieux, nous ne sommes plus très loin d’un chaos social de grande ampleur… Notre sort ne tient-il plus qu’à nous? Le pire est malheureusement envisageable...

Marseille,02 19 2007
Rédaction
The Star
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |