Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Les antiguerre se vengent sur Internet

· Les Etats-Unis dénoncent des actes de piratage en provenance notamment du Maroc.

Après la guerre des chaînes satellitaires, c'est la guerre électronique qui s'embrase. Depuis le déclenchement du conflit en Irak, Internet, comme les autres médias, connaît un énorme trafic.

Le mot Irak est le mot le plus cherché sur les moteurs de recherche. Et les craintes de piratage grandissent.

Dans un rapport transmis hier aux multinationales, le département d'Etat américain a dénoncé “une vague d'attaques numériques”, perpétrées par des pirates informatiques et perturbant de nombreux sites privés.

Le Maroc a été cité parmi les pays qui abritent des hakers. A en croire le département américain, la liste incriminée comporte l'Indonésie, la Malaisie, le Pakistan, l'Egypte, l'Arabie saoudite, la Turquie, la France, le Brésil et le Mexique. Mais cette dénonciation est à prendre avec des pincettes. A y voir de plus près, la majorité de ces pays contiennent des foyers d'islamisme ou sont contre la guerre comme la France.

Le Maroc présente-t-il vraiment des menaces? “Non, je ne crois pas que la situation soit aussi grave”, estime Adil Bikardass, Information Technology manager chez MTDS. “Il est vrai que nous avons reçu beaucoup de plaintes de nos partenaires étrangers mentionnant un trafic bizarre en provenance du Maroc. Mais il ne s'agit pas de piratage. Ce sont des virus méchants qui infectent les machines et se propagent dans d'autres réseaux”, explique Bikardass. Pour lui, ces virus n'ont pas de relation avec la guerre, mais proviennent d'ordinateurs déjà infectés.

Selon la firme américaine antivirus F-Secure, plus de 1.000 sites Web auraient été piratés cette semaine par des groupes pro-islamistes, des patriotes américains ou des activistes contre la guerre. Le Washington Post rapportait d'ailleurs qu'un groupe de pirates informatiques pro-islamiques, “Unix Security Guards”, a vandalisé des centaines de sites Web américains et laissent derrière lui des messages tels que: “Voici la nouvelle ère de guerre en ligne que nous avions promise! De la même façon que les Etats-Unis font ce qu'ils veulent dans le monde, nous ferons ce que nous voulons dans Internet. Arrêtez les terroristes américains et nous arrêterons! Vive l'Irak!”.

Selon le département d'Etat, ces attaques ont un coût économique, dont notamment des interruptions de service d'aide aux consommateurs, des courriels ou virus indésirables, et du piratage de données, notamment bancaires.

Selon la société F-Secure, les pirates se répartissent en trois catégories: certains sont des patriotes américains qui ont trouvé ce moyen-là pour se joindre à l'effort de guerre, d'autres sont des groupes musulmans extrémistes visant des sites américains,
particulièrement des sites militaires, d'autres enfin sont des pacifistes.

Casablanca,04 07 2003
Nadia LAMLILI
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |