Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Les défis des libraires francophones en Jordanie

L'Association Internationale des Libraires Francophones (AILF) a été lancée officiellement le 27-mars 2002, lors du Salon du livre de Paris.

Dès lors, elle s'est donnée pour objectif de renforcer le réseau de la librairie francophone partout dans le monde, en instaurant des mécanismes de solidarité et de partage des compétences.

Le Jourdain a rencontré Michel Choueiri, le directeur général de l'AILF basé au Liban et Antoine Jean-Pierre, manager de la Librairie de Paris à Amman. Interviews.

Interview avec Michel Choueiri Pourquoi l'existence d'une association comme l'AILF est elle nécessaire-? Tout d'abord, afin de contribuer à la sauvegarde de la francophonie. Notre association s'intéresse à toute la chaîne professionnelle de la librairie, du contact avec les éditeurs, les achats, le transport, la gestion du stock, jusqu'à la formation des libraires et l'aménagement de leurs magasins. Car une librairie est attractive si les fournisseurs respectent les échéances afin que les derniers titres parus parviennent sur les étalages à temps. De plus, le pouvoir d'achat étant moindre dans les pays du sud, il est important de favoriser la co-édition avec des maisons françaises. Au Liban par exemple, Acte-Sud nous fait bénéficier de réductions de 35% sur tous les auteurs arabes. L'AILF Constitue-t-elle une sorte de groupe de pression-? Non pas vraiment. Le Bureau International de l'Edition Française, dépendant lui-même du Ministère français de la Culture nous soutient autant que l'Organisation Intergouvernementale pour la Francophonie. Nous formons surtout autour de 250 librairies une seule voix, car nous sommes dispersés géographiquement. Nous nous entraidons en organisant des stages et formations pour mieux connaître le monde de l'édition. Mais le libraire n'est pas seulement un commerçant, il est aussi un passeur de culture. C'est aussi cet aspect du métier que nous voulons développer. Comment voyez-vous l'avenir de la francophonie et des librairies francophones dans le région? Lors de mes voyages, je rencontre des collègues libraires d'Egypte, de Syrie, de Chypre et de Dubaï. Je leur dis de rester optimiste. Nous désirons améliorer l'image de la librairie francophone, car elle est un vecteur indispensable de la promotion culturelle.

C'est pourquoi nous formons nos libraires à organiser des animations autour de la francophonie. Il s'agit de travailler qualitativement. Nous ne pourrons contrer le ralentissement de la francophonie qu'en misant sur le culturel. D'où l'importance de travailler sur l'identité de la librairie francophone. Interview avec Antoine Jean-Pierre La Librairie de Paris est membre de l'AILF depuis deux ans, quels sont les changements qu'elle vous a apporté? Les avantages sont multiples. Tout d'abord, nous sommes informés de ce qui passe dans les autres librairies, ce qui nous donne une certaine cohérence dans notre travail. De plus, lors de réunion, nous échangeons des informations et de nouvelles idées. Par exemple, nous avons amélioré la signalétique qui indiquait les catégories des ouvrages. J'ai aussi appris à mieux utiliser le logiciel informatique spécialisé en librairie, Dilicom. Comment voyez-vous l'avenir de la francophonie et des librairies francophones en Jordanie-? Je suis très confiant. En arrivant en août de Doha, j'ai été impressionné par le nombre de Jordaniens qui parlaient français parfaitement, avec parfois même l'accent de Paris. Il y a une vraie implication pour la culture francophone avec des exigences culturelles en livre, musique et film. Les gens sont à la recherche d'une culture étrangère autre que l'anglo-saxonne, déjà omniprésente. C'est encourageant, surtout que le français a été récemment choisie comme deuxième langue obligatoire dans les écoles. AILF-: www.librairesfrancophones.org

Amman,12 26 2006
Rédaction
Réalités
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |