Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

L’actualité vue par la presse jordanienne

Le dossier qui domine pratiquement la quasi-totalité du devant de la scène médiatique jordanienne reste toujours le développement de l’agression anglo-américaine contre l’Irak. Par conséquent, il est presque rare de trouver d’autres événements traités qu’ils soient nationaux ou bien régionaux.

En plus de la couverture massive des développements de cette agression sur le terrain, la presse écrite jordanienne s’intéresse aux conséquences de l’agression sur le plan régional et international ainsi qu’à plusieurs thèmes relatifs à cette agression, tels que la guerre médiatique entre Washington et Bagdad, la crise entre les Etats-Unis et la Turquie entraînée par le refus turc d’accueillir les soldats américains pour s’attaquer à l’Irak, la politique jordanienne à l’égard de cette agression, et les sous-estimations de la puissance de résistance irakienne face à l’agression diffusées par les planificateurs du Pentagone américain qui ont supposé une défaite irakienne dès les premiers jours.

L’actualité régionale qui a fait l’objet des commentaires des analystes jordaniens se concentre sur la position des pays arabes ou bien ce que l’on appelle le régime arabe face à l’agression anglo-américaine. Il semble que les analystes jordaniens s’accordent sur la mort de ce régime arabe qui semble paralysé face à une agression visant toute la région arabe. Il est à noter que les pays arabes, notamment dans le Golfe qui ont soutenu l’agression contre l’Irak, ont été sévèrement attaqués par les analystes jordaniens. De plus, plusieurs analystes jordaniens ont indiqué que l’agression contre l’Irak est le fruit de l’alliance étroite entre le Likoud présidé par Sharon en Israël et les faucons de l’extrême droite conservatrice aux Etats-Unis.

Le bombardement sauvage américain

La stratégie adoptée par les faucons de l’administration américaine pour conquérir l’Irak, basée sur le choc et l’intimidation lors des premières frappes sur l’Irak, a échoué face aux Irakiens qui sont plus déterminés que jamais à résister. C’est ainsi que M. Fahd El Fanek, l’un des analystes les plus connus en Jordanie, commence son article paru dans le journal Al Rai.

Ces généraux américains et britanniques se considérant comme très civilisés devraient avoir honte lorsqu’ils voient les images révélant les atrocités commises par leurs avions de chasse et leurs bombes ‘intelligentes’.

En sachant que le sang arabe coule en Irak et que cette agression a beaucoup augmenté la colère des 300 millions d’arabes et plus de 1000 millions de musulmans voire de toute l’humanité, on s’interroge si le président américain a trouvé la bonne réponse à la question posée depuis les événements du 11 septembre : Pourquoi nous détestent-ils ?

La guerre durera

L’argument que M. Osama El Sherif présente dans son article paru dans le journal Addustour, considère que l’Amérique vient de lancer une guerre qui lui sera difficile de terminer comme elle le souhaite.

Plus la guerre dure, plus elle devient coûteuse sur le plan politique, humain et économique. Et même si les Etats-Unis réussissent à mettre fin rapidement à cette guerre, il serait difficile de contrôler l’Irak de l’après Saddam car l’Irak est un pays entouré par des voisins tels que l’Iran, la Turquie, la Syrie et l’Arabie ayant des intérêts stratégiques dans ce pays ; ce qui va pousser ces pays à une ingérence dans les affaires irakiennes.
La situation sur le plan international ne semble pas moins facile que celle autour de l’Irak, car les divisions au sein du Conseil de Sécurité, à l’Union Européenne et à l’Otan ne se seront pas résorbées dès la fin de la guerre.

La crise diplomatique avec l’Irak

L’intervention du roi Abdullah II pour contenir la crise diplomatique entre les gouvernements jordanien et irakien, suite à la décision du gouvernement jordanien d’expulser quelques diplomates irakiens, a été saluée par M. Samir Hiyari dans le journal Al Rai.

Pour M. Hiyari les déclarations du roi sur la possibilité de remplacer les diplomates expulsés accusés de pratiquer des activités ne correspondant pas à leurs statuts diplomatiques, par d’autres nommés par le gouvernement irakien, représentent une victoire pour la politique jordanienne basée sur la transparence et sur la crédibilité.

Amman,04 07 2003
info
The Star
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |