Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Un forum sur les réformes démocratiques dans le monde arabo-musulman s’ouvre en Jordanie

56 pays et organisations conviés à la troisième édition de cette initiative US

Des ministres des Affaires étrangères de pays arabes et du G8 se retrouvent aujourd’hui en Jordanie pour un 3e Forum pour l’avenir, une initiative américaine destinée à encourager les réformes au Proche-Orient.

Cinquante-six pays et organisations ont été conviés à cette troisième édition du Forum pour l’avenir qui se tient pendant deux jours sur les bords de la mer Morte, et à laquelle participera notamment la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice.

Les ministres des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, et britannique, Margaret Beckett, doivent également participer à la réunion, selon des sources jordaniennes.

Comme les deux éditions précédentes, qui s’étaient tenues au Maroc et à Bahreïn, le 3e Forum pour l’avenir a pour objectif d’encourager des réformes démocratiques dans le monde arabo-musulman, un projet controversé lancé par les États-Unis en 2004.

« Les régimes arabes ne sont pas particulièrement favorables à des réformes, parce qu’ils ne veulent pas perdre leur pouvoir », estime Joost Hiltermann de l’International Crisis Group (ICG).

Selon le chercheur Farès Breizat, du Centre d’études stratégiques de Jordanie, le problème est que les peuples arabes, pourtant assoiffés de réformes, ne font pas suffisamment pression sur leurs gouvernements.
« Les sondages d’opinion dans plusieurs pays arabes montrent que beaucoup sont pour la démocratisation. Lorsqu’on les interroge sur leurs préférences politiques, une grande majorité opte pour le système démocratique », a-t-il insisté.

Mais cela s’arrête là, a-t-il ajouté, car « dans les pays arabes, l’État est le plus grand employeur ». Cela fait qu’un grand nombre de citoyens dépendent de l’État pour leurs emplois et les subventions.

Une action concrète est nécessaire pour instaurer la démocratie, afin de promouvoir le développement social et politique au Moyen-Orient et d’aider à résoudre les conflits, affirment ces analystes.

Mais l’attitude de l’Occident, qui tout en affirmant vouloir encourager les réformes au Moyen-Orient sanctionne le gouvernement palestinien du Hamas démocratiquement élu en janvier, suscite un certain scepticisme dans la région, soulignent des observateurs.

Les États-Unis en sont conscients. « Nous n’ignorons pas l’opinion publique arabe », a déclaré un haut responsable du département d’État américain à un groupe de journalistes à Amman.

Le responsable américain a exprimé l’espoir que « le scepticisme arabe disparaîtra avec le temps. Il n’est pas né en un jour, et il ne disparaîtra pas en un jour non plus ».

Admettant que les réformes ne pouvaient être imposées à la région, le responsable américain a souligné que les pays du G8 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni) devaient pousser les gouvernements à aller de l’avant.

Amman,12 04 2006
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |