Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

La Banque mondiale a recommandé à l’Algérie de « développer la bancarisation de masse »

Qui se résume dans l’offre de services financiers d’épargne, de crédit et de moyens de paiement, au profit des populations à faible revenu (artisans, commerçants, agriculteurs, voire salariés).

La bancarisation de masse comprend la banque de détail pour les populations exclues du système financier ainsi que le financement des besoins des très petites entreprises (TPE, moins de 10 salariés). On y inclut parfois les produits de crédit immobilier et de crédit à la consommation, voire des produits d’assurance.

Le principal établissement de bancarisation de masse est Algérie Poste. Pour l’instant, les banques semblent ne pas avoir les instruments adaptés ni la volonté stratégique de pénétrer ce segment de marché.

Dans le cadre de l’initiative G8, MENA pour la bancarisation dans le monde arabe, CGAP et de l’AFD, Certified Government Auditing Professional, rattaché à l’unité Finance et Développement du Secteur Privé de la Banque mondiale et l’agence française de développement, ont effectué une mission pour le développement de la bancarisation de masse en Algérie.

L’analyse du secteur financier algérien a permis de dégager de réelles opportunités pour le développement de la bancarisation de masse et des défis à relever. Le travail effectué sous le patronage du ministère des Finances et du ministre délégué chargé de la Reforme financière, fait état d’avancées considérables dans le domaine. Le rapport achevé en juin dernier signale les grandes mutations que connaît le marché financier en Algérie grâce à la multiplication des sociétés financières.

Pour les deux agences, l’Algérie est un pays qui a les moyens d’une politique économique et sociale ambitieuse. « L’excellente orientation de tous les indicateurs macroéconomiques (croissance, inflation, solde budgétaire, dette publique, courbe du chômage,...) donne à l’Etat algérien les moyens d’œuvrer massivement à la réduction des inégalités et à la satisfaction des besoins des jeunes générations ».

Les rédacteurs du document remis aux autorités fin juin dernier note que « le secteur financier est en mutation rapide » tout en signalant par la même occasion que « ce secteur est encore essentiellement public ». Statistiquement, « il y’a une agence bancaire ou postale pour 7.250 habitants. Ainsi, Algérie Poste offre un réseau de 3.271 agences avec une couverture nationale unique sur la zone MENA, mais qui reste encore à valoriser pour faciliter la bancarisation de masse, avec un créneau du crédit à la consommation naissant ».

Ce rapport, qui est en fait destiné également aux éventuels investisseurs étrangers dans le domaine, insiste surtout sur les réformes tous azimuts engagées dans ce sens. « Le secteur se modernise très rapidement, avec depuis trois ans une succession de réformes juridiques, financières et technologiques dont les plus récentes (RTGS et système de paiement de masse par compensation) vont grandement faciliter l’interbancarité et le développement de la bancarisation de masse ».

Le rapport note toutefois que « l’environnement réglementaire reste à améliorer. « Des réformes apparaissent nécessaires pour améliorer la réglementation, notamment au niveau du processus de crédit et des normes antiblanchiment ». Il note qu’il est nécessaire de créer « une banque spécialisée dans ce type de clientèle et qui pourrait aussi intervenir à moyen terme, et ce afin d’offrir tous types de services financiers de masse », surtout en direction des petites et moyennes entreprises. Pour les deux agences, les pouvoirs publics doivent intervenir pour surtout développer l’environnement réglementaire.

« Ce rôle passe notamment par le renforcement des infrastructures technologiques nécessaires aux services financiers de masse, et implique donc une continuité dans l’action entreprise depuis plusieurs années déjà en faveur d’Algérie Poste et de la modernisation des infrastructures technologiques du secteur financier (monétique, système de paiement de masse, etc.). Préconisant plus d’ouverture sur le monde, la CGAP et l’AFD soulignent que ‘les investisseurs internationaux sont aussi intéressés à appuyer le processus.

Des bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux ayant développé une compétence dans la bancarisation de masse semblent très intéressés par la création de nouvelles institutions spécialisées dans le financement des TPE (SFI, AFD, BEI, KfW), et le cas échéant par des actions de renforcement des capacités d’institutions existantes (UE, FIDA). Le rapport donne des détailles chiffrés sur le nombre de banques et d’agences bancaires existantes.

Il faut savoir qu’en Algérie, la culture de la bancarisation de masse n’existe pas. Le rapport explique que ce mode de travail a pour objectif « de construire des systèmes financiers inclusifs au profit du plus grand nombre, et non de mettre en place des dispositifs spécifiques voire temporaires pour des populations en marge du secteur financier ».

Une estimation globale des besoins en services financiers de masse fait état d’un nombre de ménages d’environ 5 millions. On estimait début 2000 à 148.725 le nombre de très petites entreprises déclarées (de 0 à 10 salariés), générant 221.975 emplois de salariés déclarés. Par ailleurs, les besoins des ménages en services financiers de proximité sont loin d’être couverts, avec un taux de bancarisation estimé à 30%.

Alger,11 14 2006
Rédaction
El Annabi
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |