Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Mohammad Yunus récompensé - Le Nobel de la paix au « prêteur d'espoir »

Pour lui, la pauvreté n'est pas une fatalité. Pour lutter contre ce fléau qui ravage son pays, le Bangladesh, Mohammad Yunus, 66 ans, a créé la Grameen Bank, spécialisée dans l'octroi de microcrédits. Il a débuté l'aventure avec un capital personnel de 27 dollars.

Aujourd'hui, la Grameen Bank a débloqué 5,7 milliards de dollars de microcrédits qui ont sorti de la misère plus de six millions de Bangladais.

Pour son action, Mohammad Yunus, qui s'est lui-même surnommé le « prêteur d'espoir », et la Grameen Bank se sont vu décerner le Nobel de la paix. Fidèle à son engagement, M. Yunus, sur notre photo avec sa fille Dina, a annoncé qu'il ferait don de sa récompense de 1,4 million de dollars à des œuvres caritatives.

Le Nobel de la paix au Bangladais Yunus et à sa banque pour les pauvres

Le prix Nobel de la paix a été attribué hier au Bangladais Mohammad Yunus, le « prêteur d'espoir », et à sa banque spécialisée dans le microcrédit, la Grameen Bank, qui a mis en évidence le lien entre la lutte contre la pauvreté et la sécurité mondiale.

«Une paix durable ne peut pas être obtenue sans qu'une partie importante de la population trouve les moyens de sortir de la pauvreté », a déclaré Ole Danbolt Mjoes, le président du comité Nobel, en expliquant le choix opéré parmi les 191 candidats en lice. « Le microcrédit est un de ces moyens », a-t-il ajouté.

Surnommé le « banquier des pauvres » mais préférant lui-même le titre de « prêteur d'espoir », Mohammad Yunus est le père de la Grameen Bank, première banque au monde à pratiquer le microcrédit en faveur de personnes totalement insolvables.

« Je suis ravi, vraiment ravi. Vous soutenez un rêve pour former un monde débarrassé de la pauvreté », a réagi le lauréat, considéré comme un brillant économiste, sur les ondes de la radio NRK. « Cela va donner une bonne dose d'énergie au mouvement entier, je peux vous le garantir. Nous n'en sommes qu'au commencement », a-t-il prédit.

Fondée il y a 30 ans dans l'un des pays les plus pauvres au monde, la Grameen Bank (« banque de village ») a obtenu le statut de banque en 1983. Environ 6,5 millions de personnes, presque en totalité des femmes, sont aujourd'hui des « clients » de l'établissement. Forte d'un capital de 27 dollars à sa création, la banque a à ce jour distribué quelque 5,7 milliards de dollars de microcrédit. Ses activités représentent plus de 1 % du produit intérieur brut du Bangladesh. Seule condition pour y adhérer : les demandeurs doivent emprunter par groupes de cinq et s'épauler pour les remboursements.

L'initiative s'est étendue à des dizaines de pays. Des millions de personnes peuvent aujourd'hui développer une activité indépendante et échapper à la misère grâce au microcrédit.

Né à Chittagong, Mohammad Yunus est le troisième enfant d'une famille qui en compte 14, dont cinq sont morts en bas âge. Il est diplômé de l'université américaine de Vanderbilt, dans le Tennessee. Déjà titulaire d'une soixantaine de récompenses, cet homme de 66 ans, qui dit vouloir remiser la pauvreté au musée, n'a pas boudé son plaisir. « Peu importe le nombre de prix que vous obtenez, c'est celui-ci qui compte », a-t-il affirmé. « Je suis aussi fier pour tout le pays », a-t-il déclaré à des journalistes à son domicile de Dacca.

En décernant le Nobel à un artisan de la lutte contre la pauvreté, les cinq sages norvégiens ont une nouvelle fois étendu le champ couvert par le prix de la paix. Celui-ci a déjà considérablement élargi ses horizons ces dernières décennies, en s'intéressant aux droits de l'homme, à l'humanitaire ou encore à la défense de l'environnement avec l'écologiste kényane Wangari Maathai, distinguée en 2004. « Par-delà les cultures et les civilisations, M. Yunus et la Grameen Bank ont démontré que même les plus démunis peuvent œuvrer en faveur de leur propre développement », a affirmé M. Mjoes.

Pour ce prix de la paix 2006, le comité Nobel a déjoué tous les pronostics, alors que l'ex-chef de la diplomatie australienne Gareth Evans et le médiateur finlandais Martti Ahtisaari faisaient figure de favoris.
Le Nobel de la paix – un diplôme, une médaille d'or et un chèque de 10 millions de couronnes suédoises (environ 1,1 million d'euros) – sera remis à Oslo le 10 décembre, date anniversaire de la mort de son fondateur, le savant et philanthrope suédois Alfred Nobel, inventeur de la dynamite.

« J'utiliserai l'argent pour financer notre société commune dans l'agroalimentaire avec Danone afin que les pauvres puissent consommer des aliments hautement nutritifs à un prix abordable », a dit M. Yunus. Une partie de l'argent du prix permettra de créer un hôpital ophtalmologique et un projet de traitement de l'eau, a ajouté le lauréat.

Beyrouth,10 16 2006
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |