Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

La Sorbonne s’implante à Abou Dhabi

Ils sont 165 étudiants, de 25 nationalités, à avoir fait le week-end dernier leur rentrée universitaire

Ils sont 165 étudiants, de 25 nationalités, notamment émiratie, à avoir fait le week-end dernier leur rentrée universitaire à la branche d’Abou Dhabi de la Sorbonne, la première hors de France de cette prestigieuse université parisienne. En dechdacha blanche pour les garçons et en abaya noire pour les filles, également voilées, de jeunes étudiants émiratis – au nombre de 66 au total – côtoyaient d’autres étudiants arabes, français, africains, asiatiques et même latino-américains qui ont choisi la Sorbonne d’Abou Dhabi pour faire leurs études universitaires.

Décidée il y a neuf mois par les autorités françaises et émiraties, « l’Université Paris-Sorbonne Abou Dhabi », un projet unique en son genre au Moyen-Orient et dans le monde, est conçue comme « un pont entre les civilisations », a déclaré dimanche le président de l’Université Paris-Sorbonne, Jean-Robert Pitte, devant les étudiants au premier jour de la nouvelle année universitaire. « Nous avons décidé, en plein accord avec les autorités d’Abou Dhabi, de dispenser un enseignement purement laïque. C’est l’esprit dans lequel nous enseignons à nos étudiants également à la Sorbonne à Paris », a-t-il ajouté, soulignant que « la mixité dans l’enseignement (...) est aussi une expérience nouvelle pour certains » dans cette monarchie conservatrice du Golfe.

Sept enseignants et trois administrateurs de Paris-Sorbonne ont été détachés à la branche d’Abou Dhabi, où une soixantaine d’autres enseignants feront des missions ponctuelles pour assurer les cours dans les différentes disciplines proposées (littérature, philosophie, histoire, géographie, histoire de l’art et archéologie, information et communication, langues...).

Si le tiers des étudiants sont francophones et se sont inscrits pour préparer une licence, la même que celle de Paris-Sorbonne, les autres, principalement des étudiants du Golfe, suivent des cours de français intensifs pour maîtriser la langue. Les frais annuels de scolarité sont de 60 000 dirhams (environ 12 000 euros) pour les premiers et de 40 000 dirhams (environ 8 000 euros) pour les autres dans une institution dotée d’un budget annuel estimé à 46 millions de dirhams.

« L’expérience m’intéresse et je l’affronte avec courage », dit à l’AFP Sulman Miska, une Française qui a fait ses études secondaires en France et qui s’est inscrite en philosophie à la Sorbonne à Abou Dhabi, où vivent ses parents depuis quatre ans. Soufya Bou Taleb, une Marocaine bachelière d’un lycée en France et boursière du gouvernement émirati, affirme être venue « chercher le changement, après dix ans passés en France », même si elle dit avoir été « surprise par la chaleur étouffante » du Golfe. Mais Shahd al-Jerbah, une Saoudo-Irakienne, avoue son admiration pour la langue française. « Tout un chacun parle l’anglais ici (...) et je veux être différente, pas ordinaire. » « Je crois en la Sorbonne », ajoute, dans un anglais parfait, cette jeune étudiante, revêtue d’une abaya.

Les promoteurs du projet tablent sur 1 500 étudiants inscrits dans deux ans lorsque l’Université Paris-Sorbonne Abou Dhabi s’installera dans ses nouveaux locaux sur le nouveau campus universitaire à Khalifa City, à l’entrée d’Abou Dhabi, pour un coût estimé entre 50 et 100 millions de dollars, à la charge des autorités émiraties. Par ce projet, « notre gouvernement veut diversifier les cultures et jeter des ponts entre les civilisations », a déclaré à l’AFP Omar al-Bitar, membre émirati du conseil d’administration de Paris-Sorbonne Abou Dhabi.

La Sorbonne d’Abou Dhabi nourrit déjà chez Jean-Robert Pitte l’idée de projets similaires ailleurs. « J’ai des contacts à ce sujet en Grèce, au Japon et en Corée, mais mon rêve se porte aussi sur les États-Unis, la Chine, Singapour et l’Inde », confie-t-il à l’AFP.

Beyrouth,10 16 2006
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |