Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Entretien avec Pierre El Khoury, architecte et diplômé de l'Ecole des Beaux Arts de Paris

Cette semaine First Lebanon est allé rencontrer Monsieur Pierre El Khoury, diplômé de l'Ecole des Beaux Arts à Paris avec les honneurs, « Prix du Meilleur Diplôme » en 1957.

Cet éminent architecte est par ailleurs membre de l'Association des Architectes à Beyrouth depuis 1958 et à Paris depuis 1968, membre de l'Académie d'Architecture de France depuis 1983, ministre des Travaux Publics, des Transports et de l'Agriculture du gouvernement Libanais de 1982 à 1984.

Il nous est apparu pertinent de recueillir son avis sur l’architecture libanaise dans un Beyrouth qui retrouve son lustre passé et de le faire réagir sur de sujets plus préoccupants de l’actualité.

First Lebanon : Bonjour Monsieur El Khoury, à votre avis quelle place tient l'architecture dans la vie de tous les jours ?
Pierre El Khoury : Elle est de plus en plus importante et cela où que ce soit dans le monde, elle a un intérêt particulier en ce sens qu’elle se reflète sur l’environnement dans lequel les gens vivent et donc on peut le dire sur leur mental. L’intérêt est donc, je le pense, grandissant d’autant que les personnes sont d plus en plus sensibles à leur cadre de vie.

F.L : Quelle approche avez vous de l’architecture ?
P.E.K : J’ai une approche modern classique, je n’ai pas encore passé le cap du déconstructivisme, on trouve dans le classique moderne suffisamment de possibilités pour s’exprimer et pour laisser parler la créativité que je souhaite pour l’instant m’en tenir à cette tendance.

F.L : Comment a évolué l’architecture au cours des dernières années ou décennies au Liban ?
P.E.K : Le Liban a toujours été très influencé par ce qui se fait ailleurs, mais en architecture il est resté un peu plus prudent. Avec un petit décalage dans le temps cependant par rapport à ce qui se fait dans le monde, donc on voit ici des choses qui émergent s’inspirant des nouvelles idées et des nouvelles tendances.

F.L : Votre opinion sur le nouveau Centre Ville…
P.E.K : C’est une opération immobilière réussie même si j’ai des réserves sur le plan social. Mais il est certain qu’aujourd’hui tout est propre, reconstruit assez fidèlement par rapport à l’ancien. Cela plaît beaucoup aux Libanais ainsi qu’aux visiteurs étrangers qui trouvent que le centre ville, le coeur de Beyrouth qui était un peu dégradé puis détruit par la guerre est redevenu le centre du Liban.
Maintenant sur le plan financier c’est un autre problème.
Sur le plan esthétique il n’y a pas eu beaucoup d’innovations dans le centre ville car il y a des règlements relativement stricts, qui imposent la pierre et le respect de l’architecture passée pour garder au centre ville le cachet de l’ancien. C’est ce qui fait que les architectes n’ont pas laissé libre cours à leur idées.

F.L : Et au niveau de vos réserves sur l’aspect social ?
P.E.K : Eh bien si c’est une réussite pour les raisons que j’évoquais juste avant, au plan social il me semble que le centre ville est un endroit uniquement fréquenté surtout par les nantis et qu’ il n’y a pas ce mélange social qui serait souhaitable.
Ceci dit, cela est vrai des autres capitales du monde et la place de la Bastille n’est pas fréquentée par les mêmes catégories de population que la place Vendôme, même si le brassage social y est plus important.
A Beyrouth aujourd’hui, le centre ville rejette à la périphérie les couches sociales les moins favorisées.

F.L : Y a t’il un savoir faire architectural particulier et propre au Liban ou aux Libanais ?
P.E.K : Il est assez étonnant de constater qu’il y a effectivement un savoir-faire propre au Liban qui est né après la seconde guerre mondiale. Ce savoir-faire s’est diffusé à travers le monde au gré du déplacement des Libanais eux mêmes. Ainsi certains de nos ressortissants vivant aux Etats Unis ont cherché à reproduire ou à retrouver le style architectural Libanais pour leur demeure.
Ils avaient certaines habitudes de vie qu’ils ont cherché à conserver en dehors de leur pays d’origine. On peut donc penser que c’étaient donc de bonnes habitudes !!
Et puis bien sûr ce savoir-faire est très apprécié dans les pays arabes.

F.L : Et qu’est ce qui caractérise ce savoir-faire ?
P.E.K : Eh bien il est bien sûr empreint du mode de vie qui nous est propre. Nous aimons recevoir et même bien recevoir, passer du temps avec notre famille ou nos amis, les intérieurs sont donc soignés, mais il y a aussi le facteur climatique qui joue beaucoup. Les terrasses, la proportion entre espace intérieur et extérieur et surtout la large place consacrée aux espaces extérieurs caractérisent ce style.

F.L : Qui sont vos clients ?
P.E.K : En fait nous avons des clients pour tous types de réalisations, du chalet à l'immeuble de bureaux en passant par les hôpitaux ou les centres commerciaux. Le marché libanais est trop petit pour que l'on se spécialise dans un type de projet bien particulier, de plus cela m’ennuierait beaucoup d’avoir à ne travailler que sur un type de projets.
C’est un peu pour cette raison que nous prenons également des projets à ‘étranger, en Arabie, à Oman…
Aujourd’hui nous sommes en train de construire un centre résidentiel au Nigeria et ce sont par des connexions libanaises que nous obtenons ce type de contrats. Mais globalement nous travaillons à la demande, on nous présente un projet qui peut-être une prison ou une église (rires) et nous nous penchons alors sur ce qu’il nous semble bon d’apporter en terme d’expertise à un tel projet.

F.L : Quelle part de votre activité est réalisée à l’étranger ?
P.E.K : 20 ou 25% des projets sont destinés à l’étranger, maintenant les projets réalisés représentent 10 % de l’ensemble des projets du cabinet.

F.L : Comment approchez vous les clients étrangers ?
P.E.K : Le Liban est connu pour avoir une certaine expérience en architecture et on sait le pouvoir d’attraction dont Beyrouth dispose auprès des pays Arabes. Nous jouissons donc d’une image de créativité et de professionnalisme qui amène les gens à se tourner naturellement vers nous lorsqu’ils ont une idée de réalisation qui requiert un certain niveau d’expertise.

F.L : Je voudrais avoir votre opinion sur la situation régionale actuelle…
P.E.K : Nous sommes, à mon sens, à la veille de grands bouleversements. Il est difficile de savoir si nous nous dirigeons vers une période douloureuse pour les peuples de la région ou si au contraire ce qui se prépare peut être source d’assainissement de la situation, pour l’instant nous craignons que l’impact ne soit négatif et que cela stoppe les investissements. Aujourd’hui on pense beaucoup plus à détruire qu’à construire.
Nous avons travaillé sur quelques grands projets qui sont gelés dans l’attente de voir la situation évoluer. On dit que quand le bâtiment va tout va mais quand la guerre va rien ne va plus !!

Beyrouth,03 31 2003
Yann Rotil
Ebizproduction
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |