Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Environnement - Cri d’alarme de Greenpeace

Deux millions de Libanais menacés potentiellement par la pollution due à la guerre

La dernière guerre israélienne menée contre le Liban pourrait avoir laissé des conséquences environnementales durables sur le pays. C’est du moins ce qu’a annoncé hier Greenpeace qui croit savoir que deux millions de Libanais courent potentiellement un risque au niveau de leur santé en raison de la pollution de l’air causée par les bombes et la destruction de bâtiments et d’usines lors du dernier conflit.

L’organisation internationale faisait référence à un rapport préliminaire qu’elle a rédigé, plaidant pour une étude plus globale concernant toute la région, qui serait entreprise par la communauté internationale. Le bateau de Greenpeace, Raibow Warrior, continue par ailleurs sa mission de recensement de l’effet de la marée noire sur la côte libanaise.

-----------------------------------------------------

Risque potentiel sur la santé de 2 millions de Libanais du fait des effets des bombardements israéliens

Les résultats d’un rapport préliminaire sur les effets des derniers bombardements israéliens sur l’environnement ont été annoncés hier par l’organisation écologique Greenpeace. L’organisation internationale a notamment estimé que quelque deux millions de Libanais, soit environ la moitié de la population, courent potentiellement des risques sur leur santé en raison de traces de produits toxiques après les bombardements israéliens, lors de la « guerre des 33 jours » entre le Hezbollah et l’État hébreu, du 12 juillet au 14 août. « Des traces de produits chimiques et de poussière provenant d’immeubles détruits par les bombardements ont fortement contaminé l’air et le sol » au Liban, a indiqué Greenpeace dans son rapport.

« Des usines, qui ont été détruites par les bombes, ont causé des émanations chimiques qui pourraient affecter potentiellement deux millions d’habitants dans le pays », affirme l’organisation, qui a plaidé pour une étude complète et globale qui serait effectuée sur ce plan par la communauté internationale.

Concernant la marée noire causée par le bombardement israélien de la centrale de Jiyeh, en juillet, Greenpeace a estimé, citant la Commission européenne, que « presque tout le carburant dans la mer, les ports et les marinas a été récupéré, ne laissant que de très faibles quantités en mer ». « La marée noire ne devrait donc pas s’étendre davantage », a-t-elle indiqué.

Greenpeace a par ailleurs tenu hier une conférence de presse sur son bateau Rainbow Warrior, qui se trouve au port de Beyrouth depuis trois semaines afin de participer, en collaboration avec le ministère de l’Environnement et d’autres ONG, au nettoyage de la côte après la marée noire, et plus particulièrement à celui du fond marin. La conférence de presse a été tenue par Basma Badran, porte-parole de Greenpeace au Liban, qui a été rejointe par le ministre de l’Environnement, Yaacoub Sarraf, et accompagnée de l’expert italien Luigi Algaro.

Mme Badran rappelle que Greenpeace a répondu à un appel du ministère de l’Environnement pour participer au nettoyage de la marée noire, et qu’elle travaille actuellement avec une équipe d’experts italiens spécialisés dans le traitement de la marée noire. Le bateau en lui-même est chargé d’effectuer un recensement le long de la côte et de prélever des échantillons permettant d’évaluer le taux de pollution et l’effet sur les créatures marines dans les régions de Jiyé, Tyr, Sarafand, Beyrouth, Tabarja, Amchit, Barbara, les îles des Palmiers (Tripoli) et Jbeil. Les résultats devront être communiqués aux équipes travaillant sur le terrain.

Pour sa part, M. Algaro a expliqué que l’équipe italienne a découvert des nappes de fuel dans la mer en quantités différentes. Il a souligné que la région de Jiyé est la plus touchée avec une fuite de fuel de l’ampleur de quelque 500 mètres cubes, dont l’effet se fera ressentir à long terme et qui devra être retirée de l’eau le plus vite possible.

Enfin, le ministre Sarraf a insisté sur le fait que le ministère saluait la collaboration de toutes les ONG au nettoyage, mais à condition qu’elles travaillent en coordination avec le ministère et en toute transparence. Il a souligné l’importance de la collaboration avec Greenpeace et salué l’apport de l’ONG Bahr Loubnane et de l’ambassade d’Italie. Il a expliqué que, parmi les mesures prises par le ministère, certaines ont consisté à encercler des nappes de fuel formées de quelque 5 000 tonnes de carburant et à empêcher leur dispersion dans la mer. Il a ajouté que les priorités du ministère étaient d’empêcher l’extension de la pollution et de nettoyer la côte avant l’hiver, afin de prévenir de nouvelles vagues de pollution. Le ministre a souligné en conclusion que les activités de pêche et 90 % du tourisme devraient retourner à la normale avant la fin de l’année.

Beyrouth,10 09 2006
Rédaction
L'Orient le Jour
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |