Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Le Maroc se branche sur le tourisme responsable

· Le Royaume cherche à passer du quantitatif au qualitatif
· Un plan d’action en préparation


LE Maroc se lance dans le tourisme responsable. Attention, il ne s’agit pas d’une nouvelle forme de tourisme! A ne pas comparer, donc, avec le tourisme rural (par exemple) qui concerne un créneau particulier du secteur.

Le tourisme responsable est l’affaire de tous. Il touche tous les segments d’activité et implique tant les opérateurs que les citoyens.

Le Comité marocain du tourisme responsable, qui vient d’être créé hier lundi à l’initiative de l’Observatoire du tourisme, est destiné à «donner une dimension qualitative à la Vision 2010 et à inscrire cette vision, souvent perçue comme trop quantitative dans une logique de développement durable et de préservation des valeurs, de la culture, des traditions nationales».

C’est du moins en ces termes que ses initiateurs le définissent. Parmi ces derniers, on compte le directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et des présidents de fédérations. C’est le ministre du Tourisme qui en assure la présidence.

Pour Adil Douiri, il s’agit d’une «action avant-gardiste». En fait, le tourisme responsable, encore peu développé sous nos cieux, est un ensemble d’actions dont l’objectif primordial est de contribuer à la préservation des valeurs culturelles, au développement du tourisme durable et à la protection de l’environnement.

Dans la majorité des pays développés, notamment européens, le tourisme responsable est une réaction à la contestation de plusieurs acteurs de la société civile et d’organisations non gouvernementales soucieuses de préserver l’environnement.

Au Maroc, ce sont les responsables gouvernementaux qui initient la démarche. «Je me réjouis de constater le niveau de maturité du tourisme national, déclare le ministre tutelle, et de voir que l’on passe du quantitatif au quantitatif associé au qualitatif». Selon le Comité, l’essentiel est d’anticiper sur les éventuels problèmes qui se poseront en 2010 ou après, une fois que sera installée une véritable industrie touristique de masse. Il n’est donc jamais trop tôt pour bien faire!

Plusieurs actions sont au programme. Le Comité aura pour tâche première l’élaboration de la Charte marocaine du tourisme responsable. Il y sera question notamment de la sauvegarde de l’environnement et des ressources naturelles, de protection des écosystèmes et de biodiversité ou encore de développement des activités d’écotourisme. Un guide du voyageur responsable sera édité et distribué aux touristes.

Un label «tourisme responsable» verra le jour. Aucune date n’est avancée pour l’heure. Mais pour que cela ait un véritable impact, il faudra surtout sensibiliser et impliquer les professionnels et les voyageurs. C’est l’Office qui se chargera d’une telle tâche. Aucune enveloppe de promotion n’est toutefois avancée.

Selon son directeur général Abbas Azzouzi, plusieurs actions de sensibilisation envisagées sont davantage qualitatives que quantitatives. Il cite à cet effet des projets avec la fondation Mohammed VI ou encore la mise en place d’une estampille à la conception de laquelle participeront l’ensemble des intervenants.

Mais surtout, il faudra, parallèlement à l’implication de tous les acteurs, beaucoup de bonne volonté de la part des opérateurs et des citoyens. Il faudra du temps aussi. Même dans les pays développés où il a fait du chemin, le tourisme responsable peine encore à devenir une priorité.

Casablanca,09 20 2006
Amale Daoud
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |