Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

«Les entreprises marocaines doivent s’ouvrir sur le Maghreb» - Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI en charge de la Femip

· La BEI est prête à les soutenir dans cette vision
· Le Royaume, un des premiers pays d’intervention de la Femip


Pour Philippe de Fontaine Vive, vice-président en charge de la Femip, la coopération régionale signifie l’aptitude à avoir des entreprises présentes dans tout le Maghreb. Et ce, dans l’objectif d’élargir les marchés. Pour cela, il faut des moyens de transport pour une circulation libre entre les pays, une mise en commun de l’électricité… Un fonds spécial vient d’être créé pour justement encourager et soutenir cette nouvelle vision.

· L’Economiste: La Femip poursuit son développement en matière de partenariat. Quelles sont les principales réalisations de la rencontre de Tunis?

- Philippe de Fontaine Vive: La Facilité euroméditerranéenne d’investissement a réalisé jusque-là un volume d’investissement significatif de plus de 2 milliards d’euros. Et les perspectives d’avenir sont importantes. Les bureaux notamment à Rabat permettent de mieux connaître les PME et de développer leur activité.
Notre conviction est qu’il est de plus en plus nécessaire d’opérer en monnaie locale. Dans ce sens, nous opérons avec les autorités marocaines pour émettre des obligations au niveau local.
La finalité étant d’être capable de «reprêter» en dirhams. Ce qui serait une évolution significative. Pour la Femip, les opportunités d’emploi revêtent une grande importance. Lesquelles opportunités se développent dans un cadre flexible et aussi pragmatique que possible.

· Quelles sont les interventions de la Femip au Maroc?
-Le Royaume est un des premiers pays d’intervention. Nous y avons initié le premier concours sans garantie de l’Etat. Un concours à la BMCE Bank, pour l’octroi des prêts de long terme pour les PME.
Nous avons aussi constitué des fonds d’investissements qui peuvent intervenir au Maroc soit avec des intervenants marocains tels la BMCE Bank, soit avec un intervenant tunisien en l’occurrence Tuninvest.
La Femip vient d’ailleurs de monter un fonds d’investissements pour aller vers les entreprises de la région entre autres marocaines. Nous sommes prêts à répondre aux opportunités qui pourraient se présenter pour investir au Maroc.

· Quels sont les avantages comparatifs entre entreprises marocaines et tunisiennes?
- Il y a quelques différences. La première est que le marché domestique marocain est plus important que le tunisien. Aussi, beaucoup d’entreprises ont déjà une taille nationale qui leur paraît suffisante. Cela dit, le message que nous voulons passer est de viser davantage une vision régionale.
Les entreprises doivent être ambitieuses et s’ouvrir au niveau régional. Il est important que les entreprises marocaines s’ouvrent sur le Maghreb pour élargir leur marché et nous sommes prêts à les soutenir dans cette vision-là.

· Fathallah Oualalou n’a pas manqué de souligner dans son intervention l’importance de la coopération renforcée euroméditerranéenne…
- Le ministre marocain des Finances nous accompagne depuis plusieurs années. Il a à la fois cette volonté de gestion macroéconomique saine et en même temps une volonté politique de rapprocher l’Europe et la Méditerranée. C’est ce qu’il nous a demandé dans son intervention. Il est ainsi un guide dans nos travaux d’ensemble.

· Les observateurs s’accordent à dire que la coopération régionale (Maghreb) est un préalable…
- Il faut être concret. La coopération régionale signifie qu’il faut que l’on soit capable d’avoir des entreprises présentes dans tout le Maghreb. Pour cela, il faut des moyens de transport pour permettre la circulation libre entre les pays. Cela signifie aussi une mise en commun de l’électricité pour avoir les mêmes conditions d’approvisionnement dans l’ensemble du Maghreb. Voilà des exemples concrets qui améliorent la vie des gens, des exemples d’une intégration régionale.

· Pour revenir au fonds d’investissement Maghreb Equity Fund II, quelles sont les entreprises éligibles?
- Dénommé Maghreb Private Equity Fund II, il est destiné aux entreprises du Maghreb.
Pour l’heure, nous avons récolté 55 millions d’euros. La taille sera portée progressivement à 100 millions d’euros. Ce fonds est mis en place pour investir dans des entreprises régionales appelées à devenir leaders dans leurs secteurs respectifs.

Propos recueillis par
Yousra MAHFOUD

Casablanca,07 24 2006
Rédaction
L'Economiste
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |