Opportunités d'Affaires Liban
Opportunités d'Affaires Maroc
Opportunités d'Affaires France
- Opportunités d'Affaires Jordanie
- Opportunités d'Affaires Méditerranéennes
Iloubnan - Portail d'informations
www.iloubnan.info
Agent Exclusif de Philips & Whirlpool au Liban
www.azelectronic.com
- Nsouli - Bijouterie Liban
- Bijouterie Liban
www.andremarcha.com
- Agence interactive Marseille, Agence web
www.ebizproduction.com
- Location de Voitures à Beyrouth, Liban
advancedcarrent.com
- Immobilier Liban
www.real-estate-lebanon.com
- Montres Suisses
exposureswiss.com
- Montres Suisses
www.elogaswiss.com
   
 

ARCHIVES
Retour aux Archives
Retour aux infos
English Version

Coopération euro-méditerranéenne : davantage de sous mais pas de banque

Les ministres de l'Economie et des Finances des 37 pays du partenariat euro-méditerranéen (25 Etats de l’Union européenne et 12 pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée) se sont réunis les 26 et 27 juin derniers à Tunis pour débattre de l’avenir financier de leur coopération.

Au terme de la réunion, l’UE s’est engagé à investir "plus et mieux" dans le partenariat Euromed sans pour autant réaliser le projet de création d’une banque euro-méditerranéenne d'investissement.

Crée en 1995 lors du processus de Barcelone, le partenariat euro-méditerranéen visait initialement la définition d’un espace commun de paix et de stabilité par le renforcement du dialogue politique et de sécurité, le rapprochement entre les peuples et les échanges entre les sociétés civiles et l’instauration progressive d’une zone de libre-échange entre les partenaires d’ici 2010. Cependant dix ans plus tard, les résultats de la coopération ne sont pas encore tout à fait satisfaisants pour les principaux bénéficiaires, les pays méditerranéens.

Depuis le dernier élargissement de l’UE, les pays méditerranéens se sentent lésés quant à la contribution financière des états européens qui, à leurs détriments, se dirigent massivement vers les pays de l'Europe de l'Est et centrale. Selon certains chefs d’Etats de ces pays, le volume des investissements directs étrangers est encore trop modeste dans la région, représentant à peine 3% des flux des IDE mondiaux et 2% des investissements réalisés par les pays de l'UE à l'étranger et l’activité économique encore trop faible pour faire face à la concurrence et au chômage important dans ces pays.

Face à ces "frustrations", le commissaire européen à l’Economie et aux Affaires monétaires, Joaquin Almunia, a déclaré lundi que les ressources européennes attribuées aux 12 pays méditerranéens par la Facilité euro-méditerranéenne d'investissement et de partenariat (FEMIP), seraient augmentées de 45% entre 2007 et 2013, et le partenariat économique et financier renforcé dans le cadre de la nouvelle politique de voisinage de l’UE. Selon Philippe de Fontaine Vive, vice- président de la Banque européenne d'investissement, ces nouvelles ressources devront surtout être mieux réparties, sur des secteurs essentiels au développement économique de la région tels que l'énergie, le tourisme, la formation professionnelle et la micro-finance.

La possibilité, discutée à mainte reprises depuis quelques temps, de transformer le FEMIP en une banque d’investissement euro-méditerranéenne, n’a toutefois pas trouvé l’unanimité en raison notamment des coûts accrus des crédits qu'elle engendrerait pour les pays bénéficiaires. Joaquin Almunia a précisé que la question serait définitivement tranchée par "décision politique" lors du Conseil européen d’Helsinki en décembre prochain.

Marseille,07 10 2006
Rédaction
Fenêtre Europe
ebizproduction est soutenue par "Le Conseil Régional de la Région
Provence-Alpes-Côte d'Azur".
| Home | English version | contact@1stmediterranean.com | © ebizproduction - Agence web - 2002/2008 |